•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

50 millions pour accueillir les travailleurs agricoles étrangers

Une femme et deux hommes remplissent des paniers de fraises, accroupis près des plants.

Avant de pouvoir travailler dans les champs du pays, les travailleurs étrangers temporaires devront observer un isolement de 14 jours.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le gouvernement fédéral accordera 50 millions de dollars aux producteurs agricoles et aux transformateurs alimentaires afin qu’ils puissent accueillir de façon sécuritaire les travailleurs étrangers temporaires qui vont venir grossir les rangs de leurs employés au cours des prochaines semaines.

Dès leur arrivée au Canada, ces travailleurs devront être en isolement durant 14 jours – période pour laquelle ils seront payés.

Un montant forfaitaire de 1500 $ pour chaque travailleur étranger temporaire sera donc accordé aux employeurs afin de les aider à mettre en place toutes les mesures nécessaires au respect du protocole d’isolement.

Ce montant pourra servir pour faire des aménagements dans les résidences que les employeurs réservent aux travailleurs ou pour leur louer des chambres d’hôtel ou des résidences étudiantes, a précisé lundi la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau. Cette somme pourra aussi permettre d’absorber une partie du salaire qui leur sera versé.

Dans de nombreuses régions du Canada, la production d’une variété d’aliments frais vendus à des prix raisonnables, surtout pour les fruits et les légumes, dépend de l’apport de travailleurs étrangers temporaires expérimentés, et ce, depuis la saison des semences et des plantations jusqu’aux récoltes. Les usines de transformation du poisson, des fruits de mer et de la viande dépendent également de l’apport de ces travailleurs, a expliqué la ministre.

Pas de tests, mais une vérification des symptômes

La ministre Bibeau a confirmé que les travailleurs étrangers temporaires ne seront pas testés systématiquement pour la COVID-19.

Leurs symptômes seront cependant vérifiés avant leur embarquement dans l’avion, où ils devront porter un masque, à leur arrivée au Canada et chaque jour de leur isolement, a-t-elle indiqué.

Des consignes très strictes de sécurité leur seront également transmises pour les guider lors de leur séjour au pays.

Mme Bibeau assure que des sanctions extrêmement sévères attendent les employeurs et les travailleurs qui ne respecteront pas les nouvelles règles, notamment des amendes salées et même des peines de prison.

Des mesures insuffisantes, dit le Bloc québécois

Le Bloc québécois considère qu'Ottawa n'en fait pas assez, à la fois pour assurer la sécurité de tous et pour aider les producteurs. Il demande notamment qu’un test de dépistage de la COVID-19 soit effectué chez tous les travailleurs qui viendront au pays.

La santé publique n’est pas une expertise des producteurs agricoles. Il est injuste et irresponsable de leur infliger une telle charge, même avec une participation financière de dernière minute, et surtout sous la menace de lourdes amendes. La santé publique est la responsabilité du gouvernement, a déploré dans un communiqué le porte-parole bloquiste en matière d’Agriculture, Yves Perron.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique