•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Report des funérailles, hommage virtuel : les rites funéraires chamboulés par la COVID-19

Un cercueil au cours d'une cérémonie funéraire avec des fleurs posées dessus

Dans le contexte actuel de pandémie, les funérailles sont soit reportées, soit célébrées en tout petit comité.

Photo : Shutterstock / Kzenon

Radio-Canada

Avec la crise de la COVID-19, les rituels funéraires se retrouvent totalement chamboulés. Même si le gouvernement du Québec considère les services funéraires comme « essentiels », les funérailles sont dorénavant réglementées : seuls les très proches peuvent assister aux réceptions ainsi qu’aux inhumations.

Tout a changé, notamment la manière dont les salons funéraires reçoivent la famille du défunt lors d’une première rencontre.

On a dû réaménager l’espace pour rencontrer les familles afin de respecter la distanciation sociale [...]; on doit aussi poser une série de questions par rapport a la possibilité de symptômes [de la COVID-19]. Ce n'est pas une façon très chaleureuse d’accompagner les familles qui sont endeuillées et vivent des moments très difficiles, a regretté Guylaine Beaulieu, directrice générale de la Coopérative funéraire de l’Outaouais, en entrevue lundi à l'émission Les matins d’ici.

La maison funéraire de la coopérative funéraire de l'Outaouais, située boulevard de la Cité-des-Jeunes.

La maison funéraire de la coopérative funéraire de l'Outaouais, située boulevard de la Cité-des-Jeunes.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Les funérailles, essentielles pour faire son deuil

Depuis le 16 mars, la coopérative funéraire a décidé de reporter toutes les cérémonies funéraires pour permettre aux familles de pouvoir les organiser dans des conditions plus favorables.

« Lorsqu’on pense aux modes de transmission de la COVID, les funérailles sont des événements où l’on pleure, où l’on se donne des caresses, et on juge que les risques pour nos employés et pour les familles sont trop élevés. »

— Une citation de  Guylaine Beaulieu, directrice générale de la Coopérative funéraire de l’Outaouais

Pourtant, les rites funéraires sont fondamentaux pour permettre à la famille du défunt de vivre son deuil. Ils permettent également aux familles de trouver un certain réconfort auprès de leur entourage pour les aider à accepter la dure réalité de perdre l’être cher, a ajouté Mme Beaulieu.

Les salons funéraires de l’Outaouais doivent donc s’adapter à cette situation hors normes.

On a une capacité de pouvoir garder ces corps, on a des salles réfrigérées, et on entrepose ou on garde de côté les cendres jusqu’au moment où il y a aura une réouverture des rassemblements, a précisé Mme Beaulieu.

La possibilité de funérailles virtuelles

Pour ne pas que les familles vivent leur deuil en étant totalement isolées, la coopérative funéraire va offrir dès la semaine prochaine la possibilité de rendre hommage à la personne décédée par l'intermédiaire d’une cérémonie en visioconférence.

Un prêtre parle devant une tombe en étant filmé par un téléphone cellulaire sur trépied.

Certains salons funéraires offrent depuis plusieurs années la possibilité de diffuser des funérailles en direct (archives).

Photo : Getty Images / Thomas Kronsteiner

C’est certain qu’il faut le faire avec toutes les précautions nécessaires; on va pouvoir offrir au moins à deux ou trois personnes de la famille [d’être présentes] avec un célébrant, en présence du cercueil ou de l’urne. La famille va pouvoir inviter les parents et amis à participer en webdiffusion, a indiqué Mme Beaulieu.

La Fédération des coopératives funéraires du Québec a aussi développé d’autres outils, comme un guide de soutien au deuil en période d’isolement (Nouvelle fenêtre).

Avec les informations de Louka Jacques

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !