•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Commandites : Charles Guité confirme une implication politique

Radio-Canada

L'ancien responsable du programme de commandites a déclaré qu'Alfonso Gagliano et le bureau de Jean Chrétien avaient participé à la marche du programme, mais qu'ils n'étaient jamais intervenus dans le choix des agences de publicité sélectionnées.

L'ancien responsable du programme fédéral de commandites, Charles Guité, confirme que des instances politiques sont bel et bien intervenues dans l'administration du programme.

M. Guité a indiqué que l'ancien ministre des Travaux publics Alfonso Gagliano et le bureau du premier ministre Chrétien avaient participé au choix des événements qui devaient recevoir de l'argent du programme.

Par contre, il nie qu'il y ait eu ingérence de la part de ces instances politiques dans le choix des agences de publicité qui servaient d'intermédiaires dans l'application du programme.

M. Guité a par ailleurs contredit Alfonso Gagliano, en affirmant qu'il rencontrait l'ancien ministre des Travaux publics en moyenne une fois par mois et jusqu'à une fois par semaine dans le cas de personnel de son bureau. Dans son témoignage, M. Gagliano a affirmé qu'il ne rencontrait Charles Guité que «3, 4 fois par année».

Haro sur le rapport Fraser

M. Guité a nié plusieurs des affirmations contenues dans le rapport de la vérificatrice générale.

Il a affirmé n'avoir jamais tenté, intentionnellement, de cacher la source de financement des activités de commandite, nié avoir bafoué les règles normales de gestion ou sélectionné des agences de publicité en faisant abstraction des directives établies par le Conseil du trésor.

M. Guité a déclaré que contrairement à ce qu'affirme la vérificatrice générale, tous les contrats étaient appuyés par des documents justificatifs. Il soutient que lorsqu'il a quitté la direction du programme, en août 1999, tous les documents pertinents étaient dans les dossiers. «Où sont-ils passés?» s'est interrogé le témoin. Enfin, il affirme qu'il est faux de dire que les agences ont empoché 100 millions de dollars sans effectuer de travail en contrepartie.

Règlements de compte

Dès le début de son témoignage, M. Guité s'en est pris au président du comité, John Williams, qui l'avait accusé de «lever le nez» sur le Parlement en refusant de témoigner au comité. M. Guité a affirmé qu'il n'avait jamais refusé de se présenter devant les députés et qu'à cause des commentaires de M. Williams, lui-même et sa femme s'étaient fait injurier par d'autres citoyens Canadiens, lors de leurs vacances en Arizona.

Dans ses réponses aux questions des députés, M. Guité a par ailleurs égratigné quelques anciens ministres et un de ses anciens employés, Alan Cutler, qui avait témoigné devant le comité.

Il a contredit les anciens ministres des Travaux publics Doug Dingwall et Don Boudria, qui ont déjà déclaré ne pas le connaître.

Dans le cas de Don Boudria, le témoin a rappelé une bonne demi-douzaine d'événements auxquels il a assisté en compagnie de M. Boudria.

Pour ce qui est d'Alan Cutler, qui avait soutenu que Charles Guité ne respectait pas les règles et l'avait menacé de lui faire perdre son emploi, il a dit qu'il ne l'avait jamais menacé de lui faire perdre son emploi mais plutôt de «geler» ses promotions futures. M. Guité est allé plus loin en affirmant que M. Cutler était un employé à problèmes, laissant même entendre que ce dernier pouvait être responsable de la destruction ou de la disparition de documents.

La vérificatrice générale du Canada, Sheila Fraser, a conclu dans son rapport que des firmes proches du Parti libéral avaient largement tiré profit du programme de commandites, ayant obtenu 100 millions de dollars en guise de commissions et d'honoraires, le plus souvent pour peu ou pas de travail du tout.

La section Commentaires est fermée

Compte tenu de la nature délicate ou juridique de cet article, nous nous réservons le droit de fermer la section Commentaires. Nous vous invitons à consulter nos conditions d’utilisation. (Nouvelle fenêtre)

Vous souhaitez signaler une erreur?Écrivez-nous (Nouvelle fenêtre)

Vous voulez signaler un événement dont vous êtes témoin?Écrivez-nous en toute confidentialité (Nouvelle fenêtre)

Vous aimeriez en savoir plus sur le travail de journaliste?Consultez nos normes et pratiques journalistiques (Nouvelle fenêtre)

Chargement en cours

Infolettre Info nationale

Nouvelles, analyses, reportages : deux fois par jour, recevez l’essentiel de l’actualité.

Formulaire pour s’abonner à l’infolettre Info nationale.