•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Portes verrouillées et travail forcé dans un CHSLD de Montréal

Un homme marche devant le centre d’hébergement du Manoir-de-Verdun.

Des employés du CHSLD du Manoir-de-Verdun ont été contraints de demeurer dans l'établissement pour prolonger leur quart de travail.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Des employés du CHSLD du Manoir-de-Verdun, dans le sud-ouest de l'île de Montréal, ont été contraints de demeurer dans l'établissement pour prolonger leur quart de travail. Selon des informations obtenues par Radio-Canada, la gestionnaire du centre d'hébergement aurait ordonné de verrouiller les portes pour empêcher le personnel de quitter les lieux.

C'était prévisible. Le centre d'hébergement fonctionne à la limite du supportable depuis bien avant la pandémie, explique Françoise Ramel, présidente de la FIQ-SPSS, qui représente les infirmières sur place.

La dernière fois, c'était le 9 avril, précise la représentante syndicale, lors du passage du quart de travail du matin à celui du soir. Des infirmières ont été retenues une quinzaine de minutes, mais des préposées aux bénéficiaires ont dû faire du temps supplémentaire.

Alain Croteau, président du STT-CIUSSS Centre-Sud-CSN, qui représente les préposées aux bénéficiaires, confirme que cette méthode a été utilisée à au moins deux reprises.

C'est totalement inacceptable, dit-il. À son avis, la gestionnaire a agi sous le coup de la panique, ce qui donne une idée de la gravité de la situation sur le terrain.

La FIQ et la CSN ont dénoncé la situation auprès de la PDG du CIUSS du Centre-Sud, Sonia Bélanger, lors d'une réunion dimanche. Elle leur a assuré que la stratégie de la gestionnaire était maladroite et qu'elle ne se reproduirait plus.

Menaces et chantage émotif

Les syndicats dénoncent aussi l'intimidation dont le personnel serait victime. Françoise Ramel soutient que des infirmières ont été menacées de sanctions ou d'être réaffectées si elles refusaient de prolonger leur quart de travail.

Nous menacer et nous contraindre, ce n'est pas la solution, lance Mme Ramel, pour qui cette façon d'agir accentue la pénurie de main-d'œuvre.

Comment puis-je convaincre une infirmière d'aller travailler dans ce CHSLD dans ces conditions?

Françoise Ramel, présidente de la FIQ-SPSS

Même son de cloche chez les préposés aux bénéficiaires, souvent victimes de chantage émotif, selon Alain Croteau. On les fait se sentir comme si elles abandonnent leurs collègues, ou les résidents, alors qu'elles ne sont pas responsables du problème.

Des résidents privés de repas

Les difficultés liées au manque de personnel ne datent pas d'hier, rappellent les syndicats, mais la pandémie aurait exacerbé la crise.

C'est un CHSLD sur plusieurs étages, c'est un environnement difficile, explique Mme Ramel. Elle assure que jamais une infirmière ne permettrait qu'un résident soit privé de soins, mais elle admet que la surcharge de travail a pu provoquer des interruptions de service.

Des bénéficiaires ont pu manquer un repas, dit-elle.

Il est important que le public sache que ce ne sont pas seulement les CHSLD privés qui sont laissés à eux-mêmes, précise Alain Croteau. Le CHSLD du Manoir-de-Verdun est un CHSLD public, pourtant les employés sont à bout de souffle!

Réaction du CIUSS

Ginette Senez, directrice du programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées au CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, reconnaît que le système de verrouillage a été actionné à deux reprises pour empêcher le personnel de partir.

C'est désolant, on ne fait pas ça d'habitude, regrette-t-elle, tout en apportant certaines nuances à la version des syndicats. Elle affirme que la gestionnaire a agi de la sorte parce que les employés, craignant de devoir faire des heures supplémentaires obligatoires, ont voulu partir avant la fin de leur quart de travail.

On ne peut pas laisser les résidents sans surveillance, c'est hors de question, et la gestionnaire n'a pas trouvé d'autre moyen pour retenir le personnel, déplore Ginette Senez, qui promet que cette méthode ne sera plus utilisée.

Elle compte sur les renforts de personnel, prévus pour bientôt, pour donner un répit à l'ensemble des employés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !