•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moins de dons, plus de demande : Moisson Winnipeg compétitionne pour trouver des denrées

Plusieurs conserves empilées.

Moisson Winnipeg fournit plus de 5000 tonnes de denrées alimentaires et articles d'épicerie aux Manitobains chaque année.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après une chute de 80 % de ses dons, l'organisme de collecte de denrées alimentaires Moisson Winnipeg doit concurrencer avec les épiceries pour regarnir son entrepôt et composer avec une hausse de 30 % de sa clientèle en raison de la pandémie de COVID-19.

Pour la première fois de son histoire, l’organisation doit acheter des denrées alimentaires. En temps normal, la banque alimentaire compte sur des dons de nourriture du secteur privé et d’autres partenaires, comme de grandes épiceries, pour approvisionner leurs paniers, explique la présidente et directrice générale de Moisson Winnipeg, Keren Taylor-Hughes.

Toutefois, depuis que la COVID-19 a suscité un consumérisme effréné au Manitoba, dit-elle, ces partenaires ne donnent plus parce qu’ils en ont besoin pour leurs propres stocks.

Pour garder son entrepôt bien garni, Moisson Winnipeg a commandé un montant considérable de provisions chez des grossistes en Ontario.

C’est le pire moment pour acheter des aliments en gros, parce que les épiceries sont aussi en train de s’approvisionner pour répondre à toute la demande.

Keren Taylor-Hughes, PDG de Moisson Winnipeg

En outre, Moisson Winnipeg s’attend à une hausse d’achalandage de 30 % d’ici la fin du mois en raison de la pandémie, soit de 70 000 à 90 000 Manitobains.

Par conséquent, la banque alimentaire restreint ses usagers à un seul panier par mois, au lieu des deux paniers habituels. Ces nouveaux paniers comptent toutefois plus de provisions qu'un panier standard et devraient tout de même nourrir une famille pendant 10 à 14 jours.

Avec les informations de Sam Samson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !