•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle réunion par vidéoconférence des pays producteurs de pétrole

Un travailleur marche devant le complexe pétrolier d'Abqaiq en Arabie saoudite.

L'OPEP et ses partenaires se sont entendus vendredi, à l'exception du Mexique, sur une réduction en mai et juin de la production mondiale à hauteur de 10 millions de barils par jour (bpj).

Photo : Reuters / Maxim Shemetov

Agence France-Presse

Les pays producteurs de pétrole vont se réunir une nouvelle fois par vidéoconférence dimanche, a indiqué une source proche de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) à l'AFP, pour tenter de s'entendre sur une baisse de la production, accusant les conséquences de la pandémie de coronavirus.

Cette source, qui a requis l'anonymat, n'a pas donné plus de détails sur l'organisation de la rencontre virtuelle, confirmée dimanche par l'Azerbaïdjan.

Les ministres des pays membres de l'OPEP et de ceux qui ont participé à la « déclaration de coopération » se retrouveront à 12 h (HAE), selon Zamina Alieva, la porte-parole du ministre de l'Énergie azerbaïdjanais, citée dans un communiqué du ministère.

La rencontre se déroulera dans le cadre des consultations issues de la réunion, le 9 avril, des ministres des pays de l'OPEP et hors OPEP. La réunion sera présidée par le ministre saoudien de l'Énergie, Abdulaziz bin Salman, et coprésidée par le ministre russe de l'Énergie, Alexander Novak, a-t-elle indiqué.

Après de longues négociations, vendredi à l'aube, l'OPEP et ses partenaires se sont entendus, à l'exception du Mexique, sur une réduction en mai et juin de la production mondiale à hauteur de 10 millions de barils par jour (bpj), selon l'OPEP.

La Russie – non membre de l'OPEP, mais deuxième producteur mondial – est le chef de file des partenaires du cartel. Mexico trouvait excessif l'effort qui lui était réclamé (réduction de production de 400 000 bpj), par rapport à d'autres pays. Les États-Unis ont accepté d'aider le Mexique à atteindre son quota de réduction pour parvenir à un accord mondial et freiner la chute des prix.

Mais samedi, les ministres de l'Énergie des pays du G20 ont échoué à se mettre d'accord sur une baisse de la production.

En raison du confinement de la moitié de la population mondiale pour limiter la pandémie du nouveau coronavirus, la demande de pétrole est en chute libre, alors même que l'offre était déjà excédentaire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !