•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des résidents de la municipalité rurale de Montcalm évacués en raison d'inondations

La rivière Rouge dont le niveau de l'eau atteint un chemin de gravier qui se trouve tout près.

La montée du niveau d'eau de la rivière Rouge a forcé la fermeture de certaines routes et voies.

Photo : Radio-Canada / Dana Hatherly

Radio-Canada

La municipalité rurale de Montcalm a annoncé avoir mis en place son état d'urgence local afin de procéder à des évacuations en raison du niveau de la rivière Rouge qui continue de monter.

Les maisons touchées par cette évacuation se trouvent le long de St Mary's Road et la route 246.

Paul Gilmore, le préfet de la municipalité rurale de Montcalm située au sud du Manitoba, a précisé que six familles avaient déjà été évacuées de leur maison et que deux autres le seront d'ici la fin de la journée de dimanche.

Le préfet explique que ces évacuations sont faites par mesure de précaution parce que la municipalité rurale s'attend à ce que le niveau de l'eau monte suffisamment pour couper les routes d'accès à ces maisons. Les familles y seraient donc en quelques sortes emprisonnées.

Les familles évacuées seront temporairement logées dans des hôtels et des motels à Winnipeg et à Altona.

Paul Gilmore admet que ce n'est pas une situation facile, mais que les gens de la région y sont habitués.

C'est probablement inquiétant pour les résidents d'avoir à quitter leur maison. Ce n'est pas quelque chose que nous aimons faire, mais c'est pour la sécurité des familles. C'est ce qui est important, dit-il en soulignant que tout a été fait pour respecter le plus possible les mesures de distanciation physique présentement en place dans la province pour combattre la COVID-19.

La rivière Rouge devrait atteindre son point de crue la semaine prochaine à Emerson à la frontière américaine.

Routes fermées

Des sections des autoroutes 204 et 212 au nord de Winnipeg ont été fermées samedi après-midi en raison du niveau de l’eau qui ne cesse d’augmenter.

Selon un rapport de Manitoba 511, un service qui fournit de l’information sur les routes de la province aux conducteurs, les fermetures ont été occasionnées par des inondations.

L’autoroute 204 est fermée à partir du pont de la rivière Rouge à Selkirk jusqu’à un demi-kilomètre à l’est de l’autoroute 212.

L’autoroute 212 est elle aussi fermée sur un kilomètre au nord de la route 204 à East Selkirk.

Les autorités ne savent pas quand ces routes seront à nouveau accessibles à la circulation.

Une rivière sur laquelle s'empilent les blocs de glace.

Des blocs de glace sur la rivière Rouge au sud de Selkirk, mercredi soir.

Photo : Radio-Canada / John Einarson

Situation moins inquiétante ailleurs

Dans certaines municipalités du sud du Manitoba, les autorités locales affirment être moins inquiets par rapport aux inondations. C’est le cas de la municipalité rurale d’Emerson-Franklin, située à la frontière canado-américaine dans le sud du Manitoba où le coordinateur d’urgence, Bill Spanjer, déclare que la situation n’est pas inquiétante.

Bien que la rivière soit montée la semaine dernière, il soutient que les autorités n’auront peut-être pas besoin de prendre de mesures supplémentaires si la tendance actuelle se maintient.

À ce stade, nous ne prévoyons même pas que ce soit gênant pour la plupart d’entre nous, dit-il.

Il rappelle que les autorités municipales n’ont pas procédé à des évacuations forcées au cours des dernières années. Les habitants qui avaient quitté la région pendant la saison des inondations l’ont fait de leur plein gré.

D’après le coordinateur, certains de la municipalité, par mesure de prudence ou en raison de leur niveau d’anxiété, préfèrent de s’évacuer et s’installer chez des proches qui vivent hors des zones inondables.

Toutefois, avec la pandémie de la COVID-19 qui sévit dans la province, la municipalité décourage les déplacements. Actuellement, nous n’avons eu qu’un seul individu qui a décidé de quitter son domicile pour ne revenir que lorsque la menace d’inondations se serait atténuée, dit-il.

Il souligne que le plan d’urgence de la municipale n’a pas été modifié malgré la pandémie. Le pire des scénarios selon lui se produirait si tout d’un coup des précipitations importantes s’abattaient sur la région. Cela ferait monter le niveau de la rivière et augmenterait les inondations terrestres, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !