•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Bureau du coroner va lui aussi enquêter sur les décès au CHSLD Herron

31 résidents sont morts depuis le 13 mars au CHSLD Herron, dont au moins 5 ont succombé à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le Bureau du coroner va enquêter sur les 31 décès survenus dans la résidence Herron depuis le 13 mars, une situation dont s'accusent mutuellement les propriétaires du CHSLD et le ministère de la Santé.

La coroner Géhane Kamel a été mandatée pour faire la lumière sur la cause et les circonstances de ces décès. Dans un communiqué, le Bureau du coroner précise qu'il intervient dans les cas de décès violents, obscurs ou qui pourraient être survenus par suite de négligence.

De leur côté, la section des crimes majeurs du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a débuté son enquête dimanche matin au CHSLD Herron, situé à Dorval.

Les enquêteurs étaient sur place aux premières heures du jour et ont visité les deuxième et troisième étages de la résidence.

Nous procédons à la saisie de différents documents - par exemple des horaires de travail, des listes de personnel - pour nous permettre d’accumuler des éléments de preuve, explique André Durocher, le directeur des communications du SPVM. Par la suite, des témoins seront rencontrés au cours des prochaines semaines, tout cela pour nous permettre d’établir un état de situation.

C'est vendredi soir que les autorités de la santé ont été informées des 31 décès survenus depuis moins d'un mois dans cet établissement, qui comptait 150 pensionnaires. On sait pour le moment qu'au moins cinq de ces décès sont reliés à la COVID-19.

Pourtant, le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal était au courant des difficultés que connaissait le CHSLD déjà depuis le 29 mars, date où il a envoyé, à la demande des gestionnaires de la résidence, du personnel en renfort pour être en mesure de fournir des soins adéquats aux pensionnaires.

Le CIUSSS affirme que le groupe Katasa, propriétaire de la résidence, lui a refusé toute collaboration dans cette affaire, notamment en lui refusant l'accès aux dossiers des patients et au matériel médical.

Une collaboration toujours absente

Le ministère de la Santé et le groupe Katasa se renvoient maintenant la balle et s'accusent mutuellement d'être responsable du drame.

Depuis le début de la crise, les employés du CHSLD Herron ont fait des efforts extraordinaires mais leurs appels à l’aide n’ont pas été entendus par le CIUSSS Ouest-de-l’Île. Nous espérons que l’attention suscitée par notre situation permette de lever le voile sur le manque de soutien du CIUSSS Ouest-de-l’Île aux équipes à l’oeuvre dans les CHSLD, a déclaré le groupe Katasa dimanche dans un communiqué envoyé par l'entremise de Louis Aucoin, stratège en communication.

De son côté, le ministère déplorait dimanche encore le manque de collaboration du groupe. Les deux parties n'ont pas échangé depuis 24 heures.

Par ailleurs, l'Association des établissements privés non conventionnés du Québec (AELDPQ) blâme maintenant elle aussi le gouvernement pour les propos méprisants et démobilisants envers les établissements privés et leurs employés qui ont été prononcés lors du point de presse du premier ministre Legault samedi. Lors de ce point de presse, la ministre de la Santé, Danielle McCann, a annoncé la tenue d'une enquête de son ministère sur le fonctionnement et les ressources des 40 centres d'hébergement privés non conventionnés du Québec.

Par contre, nous sommes d’accord pour dire que la situation au CHSLD Herron est déplorable et inacceptable et surtout, qu’elle n’aurait jamais dû avoir lieu. Je vous assure personnellement qu’en aucun temps cette situation reflète ce qui se passe ou encore ce qui a été mis en place dans les autres CHSLD privés non conventionnés de la province, a écrit le président de l'AELDPQ dans une lettre adressée à la ministre.

L'Association demande maintenant des excuses publiques à Mme McCann au nom de tous nos employés, tous les professionnels, tout le personnel de soutien et tous les bénévoles qui travaillent d’arrache-pied pour venir à bout de cette crise dans nos CHSLD privés non conventionnés.

Les choses s'améliorent au CLSC Herron

Le ministère de la Santé et le CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal assurent que les résidents du CLSC Herron sont maintenant entre bonnes mains.

Il y a quatre médecins qui sont sur place, des services de pharmacie, des infirmières, et progressivement, les choses reviennent à la normale, a assuré à Radio-Canada le porte-parole du ministère de la Santé, Sylvain Gagnon.

Chaque patient, chaque résident présentement est en très bonne condition. Il y a des évaluations par des spécialistes, des médecins de famille et aussi des infirmières.

La PDG du CIUSSS de l'Ouest-de-l'Île-de-Montréal, Lynne McVey.

Par ailleurs, Kristine Lasnier, une infirmière qui a effectué son premier quart de travail à la résidence Herron dimanche, a rapporté que la situation à l’intérieur est quand même relativement bien.

C’est moins pire que ce qu'on pensait.

L'infirmière Kristine Lasnier

« On récolte ce que des années d'austérité ont semé »

La Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a réagi avec indignation et colère face aux graves négligences relevées dans la résidence Herron.

Pour le président de la centrale syndicale, Daniel Boyer, cette situation est le résultat des années d’austérité du gouvernement précédent et du désengorgement de l’État à l’égard des personnes âgées.

Celui-ci salue la prise de conscience de François Legault, qui a indiqué samedi vouloir « poser les actions nécessaires pour qu'à l'avenir dans nos résidences on s'occupe bien de notre monde ».

Un autre centre privé de soins de longue durée situé sur le territoire du CIUSSS de l’Ouest-de-l’île-de-Montréal, la Résidence Floralies Lasalle, se trouve aussi dans une situation critique. L'établissement compte 12 morts et 10 cas confirmés de COVID-19. La police y a passé plusieurs heures samedi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé publique

Santé