•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’anxiété grandit chez les femmes enceintes pendant la pandémie

Une femme qui porte un nouveau-né dans ses bras est entourée de trois autres femmes.

Une photo de la doula Rebekah Nathan illustre les premiers contacts entre une mère et son bébé après l'accouchement à domicile.

Photo : Rebekah Nathan

Les sages-femmes de la Colombie-Britannique remarquent une hausse des demandes de renseignements sur l'accouchement à domicile ces dernières semaines, en raison de l'appréhension des mamans à accoucher à l’hôpital en cette pandémie de la COVID-19.

La doula de Westside Midviwes, Marella Falat affirme que son cabinet de Vancouver note que 25 à 50 % de femmes de plus veulent en savoir davantage sur les possibilités donner naissance à la maison. Cette anxiété augmente chez celles qui sont proches de l’accouchement. Elles redoutent de donner la vie dans un établissement dont les autorités recommandent d’éviter pour des raisons de sécurité sanitaire.

Pour Louise Aerts du Collège des sages-femmes de la Colombie-Britannique, il faut s’attendre à ce que ces demandes montent en flèche au cours de cette pandémie. Lors de l’épidémie de SRAS de 2003, explique-t-elle, le même boom de naissances à domicile avait été observé.

Un couple à la maternité.

Les futurs parents de la Colombie-Britannique s'inquiètent de l'impact que la COVID-19 aura sur la naissance de leurs bébés.

Photo : Rebekah Nathan

Lerato Chondoma peine à retenir ses larmes depuis une semaine. Elle doit accoucher par césarienne à la fin du mois avril à l’Hôpital des femmes de la Colombir-Britannique à Vancouver. Mère célibataire, elle redoute de vivre cette expérience seule, sa mère étant coincée au Lesotho, en Afrique, alors qu’il était prévu qu’elle soit là pour la naissance du bébé. Mme Chondoma se demande comment elle pourra gérer la dépression post-partum, si elle en est victime, en étant isolée avec deux enfants.

Vais-je m'endormir et ne pas entendre mon bébé? Ou, vais-je manquer quelque chose parce que je suis trop fatiguée? Je m'inquiète vraiment d’être seule les premiers jours.

Lerato Chondoma, femme enceinte

Au-delà des inquiétudes que toute maman qui vient d’accoucher ressent, la femme, chercheuse à l’Université de la Colombie-Britannique, craint que son nouveau-né ne soit exposé à la COVID-19. Ou encore, elle redoute de rapporter le virus à la maison alors que son premier enfant de cinq ans est asthmatique.

Pour celles qui sont censées accoucher naturellement, le choix de la maison semble aussi s’imposer. C’est le cas de Nathalia Gama qui a décidé à la dernière minute de mettre au monde dans le confort de sa maison étant donné que sa grossesse ne présente aucun risque de complication à la naissance.

Si vous devez accoucher à l’hôpital

Cependant, la plupart des accouchements auront toujours lieu dans les hôpitaux cette année. Par ailleurs, l'accouchement est la principale raison d'hospitalisation au Canada et les autorités sanitaires prennent des mesures supplémentaires pour réduire le risque d'exposition au coronavirus durant le séjour hospitalier.

Voici à quoi vous attendre si vous devez accoucher en Colombie-Britannique :

  • Dépistage : les femmes sur le point d’accoucher et leurs accompagnatrices seront examinées à l'entrée de tous les hôpitaux de la province. Si la doula présente des symptômes du virus, elle ne pourra pas être admise.
  • Visites réduites : pour les maternités, une personne de soutien et une doula enregistrée seront admises. Aucun autre visiteur n'est autorisé à entrer dans les hôpitaux après l'accouchement.
  • Pas de gaz hilarant : ce gaz peut être offert en fin de travail pour favoriser la détente et ainsi aider à contrôler la douleur de l'accouchement, mais la plupart des hôpitaux n'offrent plus cette possibilité.
  • Pas de bain ni de douche : certains hôpitaux n'autorisent pas les douches ou les bains pendant le travail. Dans d'autres régions, les femmes peuvent prendre des bains, mais à la discrétion de la direction de l'hôpital. C’est notamment le cas à l'Hôpital Saint-Paul à Vancouver.
  • Une sortie anticipée : Le Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique recommande de que la famille reçoive son congé de l’hôpital dès que cela est médicalement possible afin de réduire le risque d'exposition.

Le bilan de la santé mentale

Parallèlement à ces changements pratiques, la doula Rebekah Nathan rappelle à ses clients d'Eventide Birth de tenir aussi compte de leur santé mentale. Alors que pendant deux décennies, elle a conseillé les familles sur la meilleure manière à intégrer les proches dans le processus d’accouchement, aujourd’hui l’accompagnatrice de naissance aide la future maman à traverser cette épreuve toute seule.

Généralement, la naissance a lieu dans une communauté, a-t-elle déclaré. Maintenant, ça va probablement être avec des gens qui portent des masques et des gens que vous ne connaissez pas. C’est triste.

D'après les informations de Jennifer Wilson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !