•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de travailleurs étrangers du Mexique arrivent au Québec

Le reportage de Félix Morissette-Beaulieu

Photo : Radio-Canada / Marie-Christine Rioux

Plus de 150 travailleurs étrangers temporaires sont arrivés samedi à Montréal à bord de vols nolisés en provenance du Mexique. D'autres sont attendus avec impatience par les producteurs dans les prochains jours, mais la pandémie complique leur venue.

Des autobus ont aussi été nolisés pour que ces travailleurs puissent se rendre dans les fermes, où ils devront s’isoler pendant une période de 14 jours. Sur les 159 travailleurs mexicains arrivés samedi, 110 sont attendus sur l’île d’Orléans.

Leur arrivée est un véritable casse-tête pour les producteurs agricoles, qui doivent faire respecter les règles de distanciation sociale.

Ça nous a amené des problèmes supplémentaires. Ça nous prend de deux à trois fois plus de superficie de logements pour les loger, explique François Blouin, propriétaire d’une ferme sur l'île d'Orléans.

M. Blouin a prévu les infrastructures nécessaires et il devra également s’assurer qu’ils ne manquent de rien.

Ils ne peuvent pas aller en ville. Toutes leurs commissions, leur épicerie, c'est nous qui allons devoir les faire pour eux, souligne-t-il.

De nombreux travailleurs attendus

D'autres travailleurs en provenance du Mexique et du Guatemala sont attendus dans les prochains jours. Si les producteurs se disent prêts à les recevoir, ils ne savent pas s’ils arriveront comme prévu.

François Blouin attend 16 travailleurs guatémaltèques pour débuter sa saison. Une partie de sa main-d'œuvre doit arriver mardi à l'aéroport de Montréal, mais comme les déplacements sont limités au Guatemala, il nage dans l’incertitude.

Le producteur a fourni un document à ses travailleurs afin de permettre leur venue. Ils doivent notamment être testés avant de pouvoir prendre l'avion.

On espère qu'avec ce document-là nos travailleurs vont pouvoir se déplacer à l'intérieur du pays, car pour plusieurs, c'est plusieurs heures de route de campagne pour se rendre à Guatemala, ajoute M. Blouin.

Un tracteur dans une ferme

La ferme de François Blouin est située sur l'île d'Orléans.

Photo : Radio-Canada / Félix Morissette-Beaulieu

Le producteur Louis Gosselin, lui aussi propriétaire d’une ferme sur l’île d’Orléans, attend 19 travailleurs mexicains lundi.

Vous savez, depuis le 15 mars, de semaine en semaine, on va de report en report. Il y a différentes décisions qui se prennent, il y a beaucoup d'impondérables qu'on ne contrôle pas, déplore-t-il.

Si leur arrivée venait à être retardée, les producteurs appréhendent la saison. Si tout va comme prévu, plus de 1000 Mexicains et 650 Guatémaltèques arriveront au Québec dans les prochains jours, ce qui permettrait de débuter la saison à temps.

Des règles de quarantaine critiquées

Le chef du Bloc québécois Yves-François Blanchet s’inquiète de l’arrivée de ces travailleurs étrangers temporaires au Québec. Il affirme que le fédéral n’a pas pris ses responsabilités en confiant la quarantaine aux producteurs.

[Ils] seront confiés à une organisation privée qui va les amener dans les régions du Québec où des entreprises agricoles, qui n'ont aucune expérience ni aucune qualification en matière de santé publique, vont être tenues responsables d'assurer une quarantaine, déplore M. Blanchet.

Il ajoute que les travailleurs n’ont pas été testés pour le coronavirus à leur arrivée au Canada.

Il est essentiel que le gouvernement canadien prenne ses responsabilités et assure la quarantaine et les tests aux travailleurs étrangers. [...] Si on se fie aux dernières années, on parle de milliers de personnes qui s'en vont dans les régions et les villages du Québec, a-t-il souligné.

D’après le reportage de Félix Morissette-Beaulieu

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Emploi