•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec invité à discuter « ouvertement » des scénarios de déconfinement

Plusieurs personnes, dont une porte un masque, marchent sur un trottoir.

La reprise de la vie en société devrait faire l'objet de discussions ouvertes avec la population, selon certains critiques.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En évoquant il y a quelques jours une réouverture des écoles avant le 4 mai, le premier ministre François Legault a suscité l'incompréhension chez de nombreux Québécois. Alors que différents scénarios de déconfinement sont sans doute à l'étude, des voix invitent Québec à engager ouvertement une discussion avec la population sur la reprise des activités.

Après un mois entier de confinement, presque tout le monde se pose la même question : on repart quand? L'autre qui suit : est-ce qu'on va gâcher le fruit des efforts faits jusqu'ici? Surtout que le sommet de la courbe devrait être atteint d'ici vendredi au Québec.

Le Dr Gaétan Barrette, fort actif sur les réseaux sociaux durant cette pandémie, ne pense pas que le gouvernement ait manqué de cohérence en dévoilant la possibilité d'une reprise à court terme de certaines activités, comme les écoles ou les services de garde.

On se retrouve avec une position qui semble contradictoire. Elle ne l'est pas vraiment dans le contexte de la gestion d'une pandémie, explique le député libéral et ancien ministre de la Santé.

Le scénario mentionné par M. Legault ressemble à celui de la Norvège. Mais M. Barrette estime que la population québécoise n'avait pas été préparée à une telle déclaration, puisqu'on lui répète depuis des semaines que la province en a pour des mois de distanciation sociale. La population est toujours inconfortable face à ce qui est contradictoire en apparence, dit-il.

Le premier ministre parle tandis qu'un peu derrière lui, le Dr Horacio Arruda le regarde et l'écoute.

Le premier ministre a évoqué vendredi l'existence de scénarios de retour à la « vie normale ».

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le député de La Pinière estime donc que, si l'intention du gouvernement était vraiment d'aller de l'avant à court terme, il a devant lui un obstacle important. On a un problème de persuasion populaire. Pour la suite, il faudra, dit-il, éduquer et expliquer davantage aux citoyens les enjeux du déconfinement.

Émilie et Nicolas, s'ils veulent aller voir grand-papa et grand-maman, il va falloir qu'ils portent un masque.

Le Dr Gaétan Barrette, ancien ministre libéral de la Santé

La popularité d'une pétition en ligne s'opposant à la réouverture des écoles démontre l'incompréhension de nombreux Québécois, alors que plus de 175 000 personnes l'ont signée en deux jours. Les vives réactions ont poussé le premier ministre à ajuster le tir samedi.

La journée où on va rouvrir les écoles, c'est parce que j'aurais été prêt à envoyer mes propres enfants. [...] On regarde différents scénarios : avant, pendant, après. Il n'y a rien de décidé, a affirmé François Legault, soulignant que le critère fondamental serait la santé des Québécois, sans oublier l'approbation de la santé publique.

Stratégies à développer

Quelques instants après cet ajustement, le directeur national de la santé publique, le Dr Horacio Arruda, a offert l'image d'un rhéostat pour le retour à une vie dite normale.

Ce qu'on ne veut pas, c'est aller trop vite et ne pas pouvoir reculer, a-t-il expliqué, avant d'ajouter qu'on ne pourra rester confiné un an, deux ans, trois ans à attendre.

Lui aussi a parlé de toutes sortes de scénarios à l'étude, sans les préciser, alimentés par la littérature scientifique qui continue d'affluer à mesure que la pandémie évolue sur la planète.

Dans un monde sans vaccin contre le coronavirus, il a mentionné des stratégies à établir pour une reprise des activités sans compromettre la santé des personnes vulnérables à la maladie.

Des personnes portant des tenues de protection.

Au Québec, le coeur de la crise de la COVID-19 se déroule dans les CHSLD, dont les résidents âgés sont plus vulnérables à la maladie.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Ouvrir la conversation

Autre commentateur assidu de la pandémie, l'urgentologue Alain Vadeboncœur pense également que le gouvernement doit se montrer plus transparent avec les citoyens sur lesdits scénarios.

Il faut discuter plus ouvertement de ces réflexions-là, soutient le chef du service de médecine d'urgence de l'Institut de cardiologie de Montréal. Je suis persuadé qu’elles ont lieu.

Mieux vaudrait selon lui éclairer la population en offrant toutes les données et des explications, plutôt qu'entretenir des flous ou dévoiler des informations fragmentées.

Sans être épidémiologiste, il voit un certain bien-fondé dans le fait d'envisager un retour à l'école au printemps pour permettre aux élèves de développer une certaine immunité en prévision d'une prochaine vague de COVID-19 à l'automne. Laquelle serait, envisage-t-il, accompagnée de l'influenza (la grippe).

Il spécule, mais voilà selon lui le type de discussion que doit avoir le gouvernement et la santé publique avec les citoyens. Je crois qu'il faut commencer à avoir ces conversations-là avec la population.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Santé