•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les « Tiger King » disparus depuis longtemps en Colombie-Britannique

La Colombie-Britannique a banni la propriété privée des tigres, lions et autres grands félins en 2009 après qu’une femme ait été tuée par le tigre de son fiancé.

Gros plan sur un tigre.

L’un des tigres de Kim Carlton a tué sa fiancée Tanya Dumstrey-Soos en Colombie-Britannique en 2007.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il n’existe plus de version de Joe Exotic, Doc Antle ou Carole Baskin, ces personnages plus grands que nature dépeints dans la populaire série Netflix Tiger King, mais les choses étaient très différentes il y a un peu plus d’une décennie.

« Il y avait des gens comme Joe Exotic qui prétendaient sauver l’espèce en amenant de grands félins aux fêtes d’anniversaires d’enfants », rappelle Sara Dubois de la Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de la Colombie-Britannique.

Depuis 2009, le gouvernement de la province interdit la propriété privée, l’élevage et la vente d’environ 1 200 espèces d’animaux exotiques, y compris les tigres, lions, singes et crocodiles.

Il faut aussi un permis pour transporter ces animaux dans la province et les permis sont généralement limités aux aquariums et zoos accrédités, aux équipes de tournages et aux établissements de recherche.

Selon la SPCA de la Colombie-Britannique, ces règles sont parmi les plus restrictives du pays.

Il aura toutefois fallu une tragédie pour que le changement se produise.

« L’accent a été mis sur la sécurité publique après un certain nombre d’incidents où des personnes ont été tuées ou hospitalisées à la suite de contacts avec ces animaux qui n’étaient pas réglementés auparavant », explique Sara Dubois.

L’incident le plus grave est survenu en 2007. Tanya Dumstrey-Soos a été mutilée à mort par l’un des tigres de son fiancé. Sa fille de 14 ans et le fils de 15 ans de son fiancé ont assisté, impuissants, à la scène.

Un homme est assis sur un divan et tient une chaîne attachée à un tigre couché sur le plancher. Un enfant caresse la tête du tigre.

La SPCA de la Colombie-Britannique tentait depuis des années de saisir les tigres de Kim Carlton lorsque le drame s'est produit.

Photo : La Presse canadienne

Le tigre, euthanasié deux jours après le drame, était l’un des nombreux félins appartenant à Kim Carlton sur sa propriété de Bridge Lake près de 100 Mile House.

Kim Carlton y tenait une attraction touristique appelée Siberian Magic Farm où il exécutait des tours de magie avec ses animaux et où les visiteurs pouvaient se faire photographier avec des lions et des tigres.

Au moment de la mort de Tanya Dumstrey-Soos, la SPCA tentait de saisir les animaux de Kim Carlton depuis près de deux ans.

Sara Dubois croit que le drame n’a fait que renforcer l’urgence d’agir contre la propriété privée d’animaux exotiques.

En 2010, à peine un an après que la Colombie-Britannique eut modifié la loi, Kim Carlton est devenu la première personne reconnue coupable d’avoir enfreint le nouveau règlement sur les espèces exotiques après que deux lionceaux ont été saisis sur sa propriété.

Malgré les restrictions sévères mises en place par la province, Sara Dubois confirme que le problème n’est pas complètement éliminé.

« Même si vous ne pouvez pas avoir un tigre ou un lion comme animal de compagnie, ils sont toujours amenés dans la province sous une échappatoire pour l’industrie cinématographique et télévisuelle », mentionne-t-elle en soulignant qu’elle aimerait que celle-ci soit levée maintenant que les images générées par ordinateur ont rendu les vrais animaux non nécessaires pour la réalisation de films.

Il y a donc encore occasionnellement de grands félins qui apparaissent illégalement en Colombie-Britannique, par exemple ce guépard nommé Annie qui s’est échappé de son enclos dans les Kootenays et a été photographié le long de l’autoroute 3A en 2015.

Earl Pfeifer et Carol Plato pose pour la caméra à l'extérieur avec deux guépards à leurs côtés.

Earl Pfeifer et Carol Plato ont tenté d'obtenir sans succès un permis pour garder leurs deux guépards en Colombie-Britannique.

Photo : Fournie par Earl Pfeifer

Annie était l’un des deux guépards appartenant à Earl Pfeifer, un homme qui voulait transformer sa propriété de Crawford Bay en une réserve pour les guépards et un centre où les enfants pouvaient promener les animaux en laisse.

Ses demandes de permis ont été refusées à maintes reprises. Les animaux sont apparemment maintenant en Ontario.

Avec les informations de Bethany Lindsay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Animaux