•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fête de Pâques différente au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap

Chargement de l’image

[Archive] Le Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap à Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les célébrations de Pâques seront bien différentes cette année au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap qui demande aux fidèles de ne pas se rassembler et de rester à la maison.

On invite les gens à rester chez eux, c’est les mesures de santé publique qui sont prioritaires à ce moment-ci, mentionne d’emblée le recteur du Sanctuaire Mgr Pierre-Olivier Tremblay.

Le site religieux du secteur Cap-de-la-Madeleine à Trois-Rivières a décidé de ne pas interdire la cueillette de la traditionnelle eau de Pâques dimanche matin, mais des mesures ont été prises pour assurer la sécurité des fidèles.

On sait qu’il y a des gens qui ne suivent pas les médias, ou qui n’ont pas entendu... Il y en a qui viennent de loin et pour qui c’est une tradition, explique Mgr Tremblay.

Des agents de sécurité seront donc postés à l'entrée du site dès minuit samedi soir. Ils s'assureront que les visiteurs ne présentent pas des symptômes s’apparentant à la COVID-19 et veilleront à ce qu’il n’y ait pas d’attroupements.

Les fidèles devront aussi suivre un sentier délimité et éviter de se retrouver à moins de deux mètres les uns des autres.

Durant les années précédentes, jusqu’à 300 personnes pouvaient cueillir l’eau de Pâques au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap avant le levé du soleil.

Chargement de l’image

De nombreuses personnes se déplacent tous les ans pour récolter de l'eau de Pâques.

Photo : Radio-Canada / Josée Ducharme

Par ailleurs, les célébrations de la veillée pascale et de Pâques seront diffusées par le Diocèse de Trois-Rivières sur Facebook et sur YouTube, notamment.

Aux yeux de Mgr Tremblay, les célébrations pascales qui se tiennent en ces temps de pandémie ne seront pas une occasion de se réunir, mais plutôt de réfléchir.

Pour moi, Pâques sera sous le signe de la compassion pour tous les gens qui souffrent, dit l’évêque. Ça nous donne aussi une occasion d’arrêter. On était dans un mode de vie très rapide, à la course. La fête de Pâques nous amène à ralentir, et peut-être à redécouvrir la valeur de choses qu’on prenait pour acquises : famille, amitié, communauté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !