•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les Ontariens ont-ils un nouveau Doug Ford?

Doug Ford en conférence de presse.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

ANALYSE – Doug Ford se révèle sous un nouveau jour récemment. La menace de la COVID-19 l’a rendu posé, bienveillant et rassembleur. Les Ontariens découvrent un premier ministre qui se montre à la hauteur de la situation.

Cherchez le politicien qui divise, qui confronte, l’homme bouillant qui s’emporte devant les journalistes, vous ne le trouverez pas. C’est un Doug Ford sensible et solide qui se présente chaque jour sur l'estrade pour s’adresser à ses citoyens.

Certes, il aura fallu quelque temps à son gouvernement pour s’ajuster devant l’étendue de la crise. Sa réaction avait été peu convaincante début mars. Mais la machine semble maintenant bien huilée; les lignes de communication sont plus claires qu’elles ne l’étaient. Tous les membres de l’équipage sont sur le pont et s’attellent à la tâche, pour paraphraser une expression que Doug Ford aime répéter depuis l’arrivée de la COVID-19. Pourtant, au début de la crise, son leadership laissait à désirer.

Le visage d'un homme

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford, lors d'un point de presse le 26 mars.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

En entrevue à la Presse canadienne, le premier ministre a avoué qu’une nouvelle approche était nécessaire devant cette situation sans précédent. Nous avons mis de côté nos différences et nous avons évolué ensemble, c’est ce à quoi s’attendent les gens, explique-t-il à propos de ses relations renouvelées avec le fédéral et les élus municipaux.

L’heure n’est plus à l’acrimonie. Le coronavirus a même fait naître une amitié improbable entre la vice-première ministre Chrystia Freeland et le premier ministre ontarien. Doug Ford n’a que de bons mots pour Freeland, une « vraie championne » qui travaille avec acharnement, rappelle-t-il au quotidien.

Si Doug Ford a davantage l’étoffe d’un premier ministre, c’est notamment parce qu’il sait bien s’entourer. Il n’hésite pas à s’appuyer sur ses ministres d'expérience, notamment Christine Elliott à la Santé et Rod Phillips aux Finances.

Cinq individus derrière un lutrin.

Doug Ford s'est présenté accompagné de trois de ses ministres et du médecin hygiéniste en chef de l'Ontario pour faire le point sur la situation de la COVID-19.

Photo : Pool via Citytv

Plutôt que d’esquisser une réponse vide et approximative en point de presse, le premier ministre redirige souvent les questions aux membres de son cabinet. Doug Ford brille davantage lorsqu’il utilise son franc-parler pour convaincre les Ontariens de la gravité de la situation. Il est efficace lorsqu’il dit les choses simplement, sans détour. Beaucoup plus que lorsqu’il essaie d’expliquer les détails techniques des méthodes de dépistage.

Un homme d’action

Doug Ford est avant tout un homme d’affaires. Il privilégie les actions à la parole. Pas étonnant alors qu’il se soit rendu en personne collecter des masques offerts par une clinique dentaire. D’autres images le montrant transportant les premiers masques fabriqués en Ontario ont aussi abondamment circulé sur les réseaux sociaux. Ces images nourrissent probablement le sentiment patriotique des Ontariens, mais elles témoignent surtout de la personnalité de leur premier ministre : un homme de terrain qui n’a pas peur de se salir.

Doug Ford portant un masque et des gants tient une boîte en carton.

Le premier ministre Doug Ford reçoit une première commande de masques médicaux fabriqués en Ontario par le groupe Woodbridge.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

L’expérience entrepreneuriale de Doug Ford est aussi un avantage lorsqu’il est question d’approvisionnement. D’ailleurs, il a fait de la pénurie en équipements médicaux une affaire personnelle. Doug Ford répète qu’il parle quotidiennement aux manufacturiers locaux et internationaux, parfois même lors d’appels nocturnes. Il évalue et réévalue les réserves d’équipements disponibles et encourage la production locale. Un comportement qu’on a peu de difficulté à croire. Doug Ford a promis que l’Ontario ne manquerait de rien. Il en a fait une obsession.

Une relation renouée avec les médias

Depuis son élection à la tête de la province, Doug Ford n’a pas développé d’affinité particulière avec la Tribune de la presse à Queen’s Park. Ses apparitions au podium pour répondre aux questions des journalistes étaient jusqu’ici sporadiques. Des semaines entières s’écoulaient parfois entre deux apparitions du premier ministre. Certains l’ont même accusé d’entretenir une haine viscérale envers les médias, qui ne représentent que les « élites du centre-ville de Toronto », comme aime le rappeler Doug Ford.  

Au début du mois de mars, plongé dans la tourmente du fiasco des plaques d’immatriculation, Doug Ford n’avait pu contenir sa colère devant l’insistance des journalistes. Il avait explosé au lieu de répondre aux questions posées : « Je peine à croire ce que je dois endurer avec les médias ici à Toronto », avait-il lancé. 

Or, voilà que le ressentiment envers les journalistes semble s’être dissipé. Doug Ford s’adresse aux médias jusqu’à six fois par semaine. Chaque fois, il répond à une dizaine de questions sans perdre patience. Le 24 mars, le premier ministre a même envoyé une lettre de remerciement aux représentants des médias pour souligner leur contribution pendant la pandémie. Espérons que cette nouvelle appréciation pour le travail des journalistes perdurera au-delà de la crise. 

Un nouveau souffle pour le gouvernement

La COVID-19 permettra-t-elle au gouvernement progressiste-conservateur de réparer les pots cassés avec la population? Un nouveau départ inespéré? Jusqu’ici, Doug Ford s’est avéré bon capitaine. Sa gestion de la crise n’est pas parfaite, mais il donne l’impression d’avoir le contrôle de la situation. Du moins, le gouvernement n’est pas dépassé par les événements. 

Les sondages pré-COVID-19 étaient peu favorables aux progressistes-conservateurs et il ne serait pas étonnant que le gouvernement gagne quelques points dans les sondages à venir. 

La crise semble avoir étrangement enlevé quelques épines des pieds des conservateurs. La preuve : qui se souvient du conflit de travail dans le milieu de l’éducation il y a de cela à peine quelques semaines? Des plaques d’immatriculation défectueuses?

Dans un monde post-COVID-19, le gouvernement Ford se retrouvera peut-être plus fort, poussé par un souffle nouveau, voguant paisiblement, à moins de deux ans des prochaines élections.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !