•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Fransaskois s’adaptent pour le week-end de Pâques

Marie-Jeanne Will est assise sur un banc dans une église de la paroisse Saints-Martyrs-Canadiens.

Cette année, Marie-Jeanne Will suivra les célébrations de Pâques de façon virtuelle depuis chez elle.

Photo : Radio-Canada / Grégory Wilson

Radio-Canada

La crise du coronavirus bouleverse notre quotidien en Saskatchewan et les célébrations de Pâques ne font pas exception. Le maître-mot cette année semble bien être l'adaptation.

Marie-Jeanne Will s’est ainsi résignée à passer Pâques dans sa maison de Saskatoon, en écoutant la messe en direct sur Internet, et en passant des appels par vidéoconférence avec ses proches.

Mais elle s'inquiète surtout pour une famille de réfugiés syriens qui est arrivée il y a quelques années à Saskatoon. La situation actuelle leur est extrêmement difficile, explique-t-elle.

Ils viennent de s’échapper de problèmes dans leur pays. Ils viennent ici croyant que la vie est meilleure, et l'on a ce virus.

Marie-Jeanne Will

Pour les soutenir, elle déposera des œufs de Pâques devant leur domicile, pour que les enfants pensent que le lapin de Pâques les a visités durant la nuit, confie-t-elle.

Comme plusieurs en fin de semaine, Marie-Jeanne Will prévoit aussi de cuisiner, non pas pour servir un repas autour d'une table avec ses proches, mais plutôt pour livrer des portions sur le perron de maisons de ses amis.

On sonne à la porte, on laisse sur le perron, et on s’en va. De cette façon, on peut partager en respectant une distanciation sociale, explique-t-elle.

Un état d'esprit différent

Même constat pour Nancy Auguste, qui célébrera Pâques depuis son domicile. Elle explique qu’il n’y a rien d’excitant autour des célébrations cette année.

D'habitude on est excités, car on va rester à la maison, en famille, pour la semaine sainte, mais comme on est déjà à la maison...

Nancy Auguste

Elle suivra elle aussi la messe à distance et en français dimanche, celle de Saint-Jean-Baptiste.

Nancy Auguste croit aussi que les fidèles n’ont pas la tête aux célébrations. Chaque année, elle reçoit plusieurs textos pour lui souhaiter de joyeuses Pâques, ce qui n’a pas été le cas cette année. C'est elle qui l'a souhaité à son entourage.

Des célébrations de Pâques dans des paroisses de la Saskatchewan sont prévues en ligne cette fin de semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !