•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Annulation des festivals : un coup dur encaissé avec lucidité dans l'Est

Le groupe Galaxie, sur scène.

Le groupe Galaxie en performance lors du Festival Musique du bout du monde de Gaspé, l'an dernier. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Québec demande l'annulation de tous les festivals et événements prévus d'ici le 31 août pour éviter la propagation de la COVID-19 dans des rassemblements cet été. Les organisateurs de festivals dans l'Est-du-Québec s'attendaient à cette nouvelle et l'accueillent avec déception, mais aussi avec compréhension.

Les responsables des festivals estiment qu'il s'agissait de la bonne décision à prendre, dans les circonstances, pour éviter de nuire à la santé de leur public.

On est un peu tristes parce que c'est quelque chose qu'on travaille à l'année, mais en même temps [...] je pense qu'on est dans une période où on essaie de sauver des vies.

Sébastien Noël, directeur général des Grandes Fêtes Telus

Les mesures de distanciation physique de deux mètres doivent être maintenues pour une période prolongée et elles auraient été difficiles à appliquer lors de grands événements.

Les organisateurs des Grandes Fêtes Telus, à Rimouski, du Festival de la chanson de Tadoussac et du Festival Musique du bout du monde, à Gaspé, n'avaient pas encore pris la décision d'annuler leurs événements.

C'est certain que c'est un coup dur pour toute l'industrie, mais encore là, je pense que tout le monde était lucide, puis conscient de la problématique et de la crise dans laquelle on est tous en ce moment, avance le directeur général du Festival de la chanson de Tadoussac, Julien Pinardon.

Deux musiciens sur des roches près de l'eau.

L'artiste Sara Dufour en prestation à l'Anse à la Barque pendant le Festival de la Chanson de Tadoussac, l'an dernier. (Archives)

Photo : Philippe Ruel

Le directeur général du Festival Musique du bout du monde de Gaspé, Steve Pontbriand, se désole de devoir annuler le festival, mais il compte évidemment suivre les recommandations du gouvernement pour assurer le maintien de la bonne santé des festivaliers.

Même si, à quelque part, il y a une partie de nous qui s'y attendait, on continuait à travailler dans l'espoir que ce jour-là ne vienne pas.

Steve Pontbriand, directeur général du Festival Musique du bout du monde

Il ajoute que l'organisation du festival sera au rendez-vous pour organiser des événements culturels à Gaspé lorsque les restrictions sanitaires en lien avec la pandémie seront levées.

On était déjà en train d'imaginer de nouvelles façons de célébrer la culture, de faire rayonner notre bout du monde, notre belle Gaspésie dans les prochaines semaines, s'attriste Steve Pontbriand.

Patrice Michaud et des enfants de la Petite école de la chanson à Petite-Vallée.

Patrice Michaud en scène avec les enfants de la Petite école de la chanson du Festival en chanson de Petite-Vallée. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

De leur côté, les organisateurs de Price en Fête et de Fort Causap, au Bas-Saint-Laurent, ainsi que ceux du Festival en Chanson de Petite-Vallée et BleuBleu de Carleton-sur-Mer, en Gaspésie, avaient pris la décision d'annuler leurs événements avant que la décision de Québec ne soit connue.

On n'est pas très différents des autres événements culturels dans la région, dans la province, on regardait un peu ce qu'il se passait avec l'épidémie de coronavirus. Donc, on espérait bien que, dans le meilleur des scénarios, tout soit terminé avant l'été, explique le vice-président de Price en Fête, Pierre-Luc Langlois.

Des impacts économiques importants à venir pour l'industrie du tourisme

Les organisateurs de festivals de l'Est-du-Québec à qui Radio-Canada a pu parler vendredi ont affirmé que le fait de devoir reporter leurs événements cette année ne les met pas en péril au plan financier.

Par contre, leur situation financière sera précarisée.

Une foule sur la rue de la Reine, à Gaspé.

La rue de la Reine bondée pendant le Festival Musique du Bout du Monde à Gaspé.

Photo : courtoisie Roger St-Laurent

L'absence des retombées économiques normalement associées à ces festivals pour, par exemple, les restaurants, les bars et les services d'hôtellerie, aura, elle aussi, un impact dans la région.

La députée de Gaspé, Méganne Perry-Mélançon, reconnaît que le défi qui attend les commerçants et les artisans de ce secteur d’activité sera colossal.

Ça fait mal, en tant que Gaspésiens [...]. On espère trouver des solutions avec le gouvernement pour au moins les aider, les accompagner cet été pour traverser la crise.

Méganne Perry-Mélançon, députée de Gaspé

Dans l'Est-du-Québec, l'industrie touristique représente l'un des principaux moteurs de développement économique.

Avec des informations de Zoé Bellehumeur et de Bruno Lelièvre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Tourisme