•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La genèse de l'arc-en-ciel québécois

Une façade d'appartement décorée avec un arc-en-ciel et un carton sur lequel on peut lire «Soyons forts»

Le reportage de Marie-Pier Mercier

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Mi-mars, la pandémie de COVID-19 gagne du terrain au Québec. Le gouvernement Legault annonce la fermeture des CPE et des écoles, la province s’apprête à s'encabaner pendant que l’Italie en est à sa 5e semaine de confinement. Gabriella Cucinelli est découragée. L’Italienne établie à Québec depuis huit ans cherche alors un message d’espoir pour se remonter le moral.

Ce message, elle le trouve dans les médias italiens : Andrà tutto bene, qui signifie en français tout ira bien. Cette petite phrase accompagnée d’un dessin d’arc-en-ciel se propageait dans les rues de l'Italie à une vitesse fulgurante.

Quand j'ai vu ça, pour moi, c'était comme si j'avais trouvé le moyen d'extérioriser un peu l'anxiété et l'impuissance que je vivais à ce moment-là, souligne la mère de deux élèves du primaire.

Elle a alors envie d’allonger un bout d’arc-en-ciel jusqu’au Québec. Elle commence par contacter l’organisme italien Progetto Infanzia qui est à l’origine du mouvement dans son pays natal afin d'obtenir l’autorisation d’utiliser l'arc-en-ciel et le slogan.

Gabriella Cucinelli

Gabriella Cucinelli a fait traverser l'arc-en-ciel italien jusqu'au Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Un projet familial

On a sorti la gouache et les cartons, et on a fait notre arc-en-ciel, les enfants étaient très heureux de pouvoir lancer ce message d'espoir à la ville et à la province.

Pour ce qui est de la phrase, elle trouvait que tout ira bien n’était pas assez proche du parler québécois. “Ça va bien aller” c'était plus dans la vie quotidienne des gens.

Le 14 mars, son bout d'arc-en-ciel touche terre au Québec après une publication du dessin familial sur Facebook. L’éducatrice en service de garde le diffuse sur un groupe de 26 000 personnes, comprenant des collègues et des parents. L’initiative fait boule de neige.

C'était impressionnant, en quelques jours seulement il y avait des posts sur les réseaux sociaux, pleins d'enfants qui sont allés apporter l'arc-en-ciel chez leur voisin, se réjouit-elle.

Une dessin d'arc-en-ciel avec le slogan «Ça va bien aller» affiché dans la fenêtre d'une maison.

Gabriella Cucinelli encourage tous les Québécois à afficher un dessin d'arc-en-ciel dans leur fenêtre comme elle l'a fait.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy-Roussel

Le 31 mars, elle a placé une demande d’enregistrement du dessin et du slogan comme marque de commerce au Canada. Non pas pour s’enrichir, mais pour aider les plus vulnérables. Elle a dit avoir conclu une entente avec l’organisme La Cantine pour tous dans laquelle elle leur cède ses redevances.

Elle veut que les entreprises qui utilisent l’arc-en-ciel aux côtés du slogan Ça va bien aller fassent un don à l’organisme qui lutte contre l'insécurité alimentaire.

Peu importe ce qu’il adviendra de sa demande, l’important pour Gabriella c’est que le message se répande. J'espère que l'arc-en-ciel va servir comme ça m'a servi à moi, comme moi je l'ai trouvé comme moyen pour m'accrocher à quelque chose de bon dans un moment d'anxiété et de stress. C'était un moyen pour moi pour prendre le contrôle justement sur une situation où on n’a pas grand-chose à faire, conclut-elle.

Avec la collaboration de Cathy Senay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !