•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Legault n'exclut pas de rouvrir les écoles et les garderies avant le 4 mai

La COVID-19 frappe moins fort chez les enfants, explique-t-il.

M. Legault en conférence de presse.

« Les beaux jours s'en viennent », a répété François Legault vendredi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Parents et enfants pourront peut-être retrouver un semblant de vie normale d'ici trois semaines, au Québec.

Plus que sérieux, le premier ministre François Legault n'exclut pas de rouvrir les écoles et les garderies avant le 4 mai, a-t-il déclaré vendredi, lors de sa conférence de presse quotidienne.

Rien n'est encore décidé, mais les enfants sont beaucoup moins à risque face à la COVID-19, insiste-t-il, soulignant au passage que le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, devrait au préalable lui donner son aval.

Présent à ses côtés, le principal intéressé a expliqué que la réouverture des écoles et des services de garde ferait en sorte que les enfants, moins vulnérables, participeraient à l’immunisation de la population.

Plus les enfants vont être immunisés par la maladie [...], moins ils vont devenir des vecteurs actifs pour les personnes plus âgées.

Horacio Arruda, directeur national de santé publique

Il faut comprendre que les jeunes qui pourraient attraper la maladie, avec presque aucun symptôme, c'est comme si on les vaccinait, a-t-il illustré. C'est la vaccination naturelle qui va s'installer.

La fermeture des écoles et des garderies du Québec a été annoncée le 13 mars. Elles devaient rouvrir le 30 mars, mais la période de fermeture a finalement été prolongée jusqu'au vendredi 1er mai.

L'évocation de la réouverture éventuelle des écoles et des garderies du Québec a aussitôt créé une onde de choc chez les parents, mais aussi chez les enseignants, qui ont été nombreux à partager sur les réseaux sociaux leurs craintes d'être infectés par les enfants à leur retour en classe.

Qu’en est-il des enseignants qui ont 55-60-65 ans?, nous demande Nathalie Robert. Ça m’inquiète grandement... Est-ce réellement sécuritaire pour le personnel des écoles?

Lancée jeudi – alors qu'une réouverture hâtive avait aussi été évoquée, de manière moins précise –, une pétition exigeant la fermeture des écoles et des garderies jusqu'en septembre a pris son envol, vendredi, sur Internet, récoltant pas moins de 50 000 signatures en moins de 24 heures.

Voyant peut-être la pression monter, le premier ministre a rappelé sur Twitter en début de soirée que toute ouverture des écoles sera faite avec l'accord de la santé publique. Nous ne précipiterons aucune décision, a-t-il promis.

« Les beaux jours s'en viennent »

Contrairement à son homologue fédéral – qui laissait entrevoir jeudi qu'il pourrait s'écouler un an, voire un an et demi avant que la vie reprenne son cours normal –, le premier ministre Legault demeure résolument optimiste au vu des derniers chiffres fournis par la santé publique.

Il estime que le Québec est en train d'atteindre le sommet de la courbe épidémique, qui serait moins haut qu'ailleurs, moins haut qu'anticipé.

On sait ça, nous, les Québécois : quand il fait -30 au mois de janvier ou quand il y a de la neige au mois d'avril, comme on l'a vu hier, on le sait que le beau temps va arriver. On le sait que le printemps va éventuellement arriver.

François Legault, premier ministre du Québec

Les beaux jours s'en viennent, a répété M. Legault, laissant présager une renaissance pour le Québec. Je pense qu'on va sortir grandis de cette épreuve. Plus unis, plus forts.

Fini, les transferts vers les foyers

Par ailleurs, Québec met fin au transfert de patients vers les foyers pour personnes âgées.

Cette mesure avait été mise en place afin de libérer des lits dans les hôpitaux, dans l'attente de la vague de COVID-19, a expliqué M. Legault. Mais le faible nombre d'hospitalisations – et la situation dramatique qui prévaut dans les CHSLD – ne justifie plus cette façon de faire.

Cela dit, personne n'a subi de conséquences négatives de ces transferts, a assuré le premier ministre. C'était correct de le faire et personne, à ma connaissance, n'en a souffert.

L'arrêt des transferts et des admissions dans les milieux de vie pour personnes âgées fait partie des recommandations faites par la nouvelle équipe d'experts présentée en milieu d'après-midi par la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Menée par le Dr Quoc Dinh Nguyen, médecin gériatre-interniste et épidémiologiste spécialisé en vieillissement au CHUM, ladite équipe de spécialistes aura pour tâche de suivre l'évolution de la situation en temps réel afin de réagir et d'intervenir plus rapidement dans chacun des milieux de vie pour aînés où la COVID-19 s'est propagée.

Selon les chiffres fournis vendredi par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), la présence du coronavirus a été confirmée dans 241 lieux d'hébergement pour personnes âgées, dont 99 CHSLD. Ce chiffre est très en deçà des 813 habitations où, en date de mercredi, on avait signalé des cas confirmés et suspectés de COVID-19. Le MSSS affirme qu'il ne compte plus les cas suspectés, car ceux-ci pouvaient s'avérer négatifs, ce qui faussait la réalité.

Jeudi, le premier ministre avait indiqué que la situation était particulièrement difficile dans six CHSLD de Montréal, Laval et Shawinigan.

Moins de malades aux soins intensifs

La santé publique a recensé jusqu'ici 11 677 cas de COVID-19 au Québec, une hausse de 765 par rapport à la veille.

Avec 25 nouveaux décès, le bilan total se chiffre maintenant à 241 morts des suites de la maladie.

Si les hospitalisations sont passées de 679 à 733 depuis jeudi, le nombre de personnes aux soins intensifs a quant à lui diminué – une première –, passant de 196 à 186 vendredi.

Depuis le début de la pandémie, pas moins de 118 217 tests ont été effectués au Québec. La grande majorité d'entre eux se sont révélés négatifs.

Aux dernières nouvelles, 2721 personnes étaient toujours en attente de leurs résultats et 1341 Québécois étaient considérés comme rétablis.

Comme pour montrer que le gouvernement maîtrise la situation, le premier ministre s'accordera deux jours consécutifs de congé, en fin de semaine – une première depuis le début de la crise sanitaire il y a un mois.

C'est la vice-première ministre Geneviève Guilbault qui le remplacera pour la conférence de presse samedi, tandis que le bilan quotidien des autorités québécoises de la santé publique fera relâche dimanche.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique