•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 au Canada : ce qu’il faut retenir aujourd’hui

Un drapeau flotte devant le parlement à Ottawa.

Des documents montrent qu’en janvier et en février le gouvernement fédéral faisait peu état du risque de pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Des rapports détaillés de l’éclosion à Wuhan entre les mains de l’armée canadienne en janvier; Justin Trudeau confirme son intention d'adopter une nouvelle mesure d'aide aux entreprises; et l’Ontario teste bien en dessous de ses capacités. Voici ce que vous devez savoir aujourd’hui.

Une petite unité consacrée au renseignement médical au sein de l’armée canadienne avait soumis dès le début du mois de janvier des rapports détaillés et des analyses de l’éclosion à Wuhan de ce qu’on connaît aujourd’hui comme la COVID-19, a appris CBC. L'unité en question a pour mandat d’assurer un suivi des tendances en matière de santé à travers le monde et des éclosions de maladies contagieuses afin d’en déterminer l’effet potentiel sur les opérations militaires canadiennes.

Cette unité a pu avoir accès à des informations confidentielles récoltées par d’autres agences, dont celle du renseignement américain qui, selon des sources de la chaîne ABC, avait prévenu l’administration Trump des risques de l’éclosion d’une pandémie dès le mois de novembre. Selon le rapport américain, le gouvernement chinois dissimulait une épidémie déjà hors de contrôle.

D’autres documents rendus publics mercredi montrent qu’en janvier et en février, le gouvernement se concentrait sur le rapatriement de Canadiens à l’étranger. On faisait peu état du risque de pandémie. La santé publique mettait alors en doute la transmission du coronavirus de personne à personne.

Par ailleurs, le premier ministre Justin Trudeau a confirmé vendredi matin les modalités d'une mesure afin de venir en aide aux entreprises frappées par les contrecoups de la pandémie, dont des prêts sans intérêt consentis à de petites entreprises et à des organismes à but non lucratif qui ont vu leurs revenus diminuer en raison de la crise.

Justin Trudeau parle dans un micro.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, pendant son point de presse quotidien au sujet de la pandémie de COVID-19

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Justin Trudeau exclut toujours, par ailleurs, la possibilité de recourir à la loi sur les mesures d'urgence, héritière de la loi sur les mesures de guerre. Il pourrait néanmoins revoir sa position si les gouvernements provinciaux perdaient le contrôle de la situation.

Le nombre de demandes pour la Prestation canadienne d’urgence continue d’augmenter rapidement, a pour sa part indiqué lors d’une autre conférence de presse la ministre de l'Emploi, Carla Qualtrough. Un peu plus de 615 000 demandes auraient été faites jeudi, a-t-elle indiqué. Depuis lundi, on en compte 3,8 millions.

Le projet de loi du gouvernement Trudeau sur les subventions salariales aux entreprises devrait être adopté dans les prochains jours. Le président de la Chambre des communes, Anthony Rota, a convié un nombre réduit de députés à siéger samedi afin de débattre et de voter la suite du plan d'urgence.

Dans les provinces

Le gouvernement du Québec demande l'annulation des festivals et événements publics sportifs et culturels jusqu'au 31 août. Cette décision a été prise conjointement par la ministre du Tourisme, Caroline Proulx, la ministre de la Culture, Nathalie Roy, et la ministre déléguée à l’Éducation, Isabelle Charest. Ainsi, la Coupe Rogers et les saisons des Alouettes et de l’Impact sont compromises.

Le premier ministre François Legault a quant à lui déclaré en conférence de presse qu'il n'exclut pas de rouvrir les écoles et les garderies avant le 4 mai. Rien n'est encore décidé, mais les enfants sont beaucoup moins à risque  face à la COVID-19, insiste-t-il, soulignant au passage que le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, devrait au préalable lui donner son aval.

De plus, c'est la fin des transferts de patients des hôpitaux vers les établissements pour personnes âgées, comme les CHSLD, au Québec.

La santé publique du Québec a recensé jusqu'ici 11 677 cas de COVID-19 dans la province. Avec 25 nouveaux décès, le bilan total se chiffre à 241 morts des suites de la maladie. On dénombre 679 patients hospitalisés.

L'Ontario révise une fois de plus à la baisse le nombre de tests de dépistage de la COVID-19 qu'elle espère effectuer par jour. La province comptait tester 19 000 personnes par jour d'ici le 17 avril. Elle a ensuite repoussé cet objectif à la fin d'avril. L'objectif est désormais d'effectuer 16 000 tests par jour d'ici le 6 mai.

Doug Ford, Christin Elliot et le Dr David Williams en conférence de presse.

Le premier ministre ontarien Doug Ford, accompagné de Christine Elliott, ministre de la Santé, et du Dr David Williams, médecin hygiéniste de la province.

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Une recherche effectuée par CBC révélait hier que les centres d’évaluation de la COVID-19 de l’Ontario sont la plupart du temps vides, et que seulement une poignée de personnes se présentent pour être testées chaque jour.

Ainsi, les centres ont refusé de tester de 25 % à 30 % des gens qui se sont présentés la semaine dernière. Mercredi, le premier ministre Doug Ford a demandé que la province augmente sa cadence de tests à 13 000 par jour. Jeudi, la province a annoncé 4097 nouveaux résultats de tests.

Santé publique Ontario a confirmé vendredi matin 478 nouveaux cas de la maladie, ce qui porte le nombre total de cas dans la province à 6237. Il s'agit ainsi d'une augmentation de 8,3 % entre jeudi et vendredi. L'Ontario dénombre désormais 222 morts, mais aussi plus de 2500 guérisons.

Par ailleurs, la commissaire aux services en français de l’Ontario, Kelly Burke, indique avoir reçu plus d’une dizaine de plaintes qui ont principalement pour objet le manque de français lors des conférences de presse quotidiennes des autorités provinciales.

La Nouvelle-Écosse dénombre 407 cas d’infection au coronavirus. Vendredi, la province a confirmé que 34 personnes de plus avaient contracté la COVID-19. Dans la seule journée de jeudi, 915 tests ont été effectués, indique le gouvernement néo-écossais, et le nombre cas dépistés est un nouveau record pour une seule journée.

La province avait annoncé son intention d’augmenter son dépistage, et elle a détecté 145 nouvelles infections depuis lundi dernier. La Nouvelle-Écosse a maintenant effectué 13 421 tests de dépistage au total.

La Santé publique du Nouveau-Brunswick a annoncé que 60 personnes se sont maintenant rétablies dans la province. Une seule nouvelle personne a été déclarée positive, portant ainsi le total provincial à 112 cas de COVID-19.

Bilan

En fin d'après-midi, le bilan canadien faisait état de 22 148 cas confirmés de COVID-19 et 621 morts liés à la maladie. À ce jour, 6026 personnes sont rétablies au pays.

Les provinces les plus touchées sont toujours le Québec (11 677 cas) et l’Ontario (6237 cas).

L’Alberta (1500 cas) est au troisième rang, devant la Colombie-Britannique (1410 cas), pour ce qui est du nombre total de personnes infectées.

La cinquième province la plus touchée par le virus est la Nouvelle-Écosse avec 407 cas déclarés. À ce jour, elle compte 93 personnes rétablies et deux décès.

Près de 395 000 tests ont été effectués au pays. On attend les résultats de près de 4800 autres.

En rafale :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société