•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une très longue saison... d’un match et demi

Jacob Boucher lève les bras après avoir marqué un but lors du premier match de la saison.

Après avoir marqué lors du premier match de la saison, Jacob Boucher s'est blessé lors du deuxième et n'a pas rejoué de la saison.

Photo : Hurricanes de Lethbridge / ERICA PERREAUX

La saison 2019-2020 a été la plus longue de la carrière du hockeyeur Jacob Boucher. Pourtant, elle n’a duré qu’un match et demi. 

À l’approche du camp d’entraînement des Hurricanes de Lethbridge, le patineur de Legal, au nord d’Edmonton, avait révélé qu’il était fin prêt pour sa première saison complète au sein de la Ligue de hockey junior majeur de l’Ouest (WHL).

Bien que rien ne soit vraiment assuré dans le monde du hockey, il se doutait bien que sa place au sein de l’équipe était une place à perdre lors du camp, plutôt qu’une place à gagner.

Après avoir connu un bon camp, il a inscrit un but en infériorité numérique, lors du premier match de la saison, le 20 septembre, à Lethbridge.

Le lendemain, alors que son équipe visitait les Tigers à Medecine Hat, il a subi une mise en échec lors de la deuxième période. Le coup n’était pas trop violent, mais son épaule gauche a frappé durement la patinoire.

La saison de Jacob venait alors de prendre fin.

Sur le coup, tu ne penses pas trop, tu vis l’adrénaline du match, mais une fois au vestiaire, tu réalises ce qui vient de se passer.

Une citation de :Jacob Boucher, Hurricanes de Lethbridge

Jacob savait que la blessure qu’il venait de subir était sérieuse. Deux ans auparavant, il avait été blessé à la même épaule et on l’avait prévenu qu’une opération serait nécessaire s’il se blessait de nouveau.

Quelques jours plus tard, Jacob subissait une intervention chirurgicale à Lethbridge et amorçait une longue période de rééducation.

Je n’ai pas eu le droit de bouger pendant un mois et demi. J’ai recommencé à patiner à la fin du mois de décembre, mais je n’avais pas encore le droit de lancer.

Pas d’inquiétude sur sa place avec l’équipe

Durant les jours qui ont suivi la blessure, Jacob s’est questionné sur son avenir au sein de l’équipe. Les dirigeants des Hurricanes l’ont rapidement rassuré.

J’ai parlé avec le directeur général et les entraîneurs et ils m’ont dit que je faisais toujours partie de l’organisation, qu’ils n’allaient pas m’oublier. Ils m’ont aussi dit qu’on allait prendre le temps qu’il fallait pour bien guérir, car leur but était que je sois en pleine forme pour la prochaine saison.

De retour à Legal, il a amorcé son programme de remise en forme, sous la supervision de l’équipe.

Au début du mois de mars, la formation du sud de l’Alberta a constaté tout le progrès réalisé par Jacob et lui a demandé de revenir à Lethbridge pour reprendre l’entraînement avec l'équipe.

Je me suis entraîné avec l’équipe pendant deux semaines, je n’avais pas le droit aux contacts, mais je pouvais faire tout le reste.

Une citation de :Jacob Boucher, Hurricanes de Lethbridge

S’il y avait eu des séries éliminatoires dans la WHL, Jacob aurait pu faire un retour au jeu. Il a finalement reçu l’aval du médecin de l’équipe et il sent qu’il a retrouvé 100 % de ses capacités. Malheureusement pour lui, la décision des dirigeants de la ligue de tout arrêter en raison de la pandémie de la COVID-19 a mis fin à ses espoirs. 

Jacob entend profiter de l’été pour acquérir encore plus de force et de rapidité. Il n’entend pas changer son style de jeu à la suite de la blessure qu’il a subie. 

Il veut aider sa formation à se rendre loin en séries éliminatoires, afin de s’assurer que la prochaine saison soit plus longue que celle qu’il vient de vivre de son salon. Là où le temps passe très lentement et où les mois sont très longs. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !