•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Michel-des-Saints, un royaume du chalet (presque) épargné par la COVID-19

Le reportage de Frédéric Arnould

Photo : Radio-Canada

Lanaudière est une des régions où il est encore relativement facile de se rendre, malgré les contrôles de circulation imposés par Québec. Saint-Michel-des-Saints est connu comme un centre de villégiature avec ses nombreux amateurs de vie de chalet. Pour l'instant, on n'y retrouve techniquement aucun cas d'infection par le virus, mais la municipalité vit avec la crainte que tout change du jour au lendemain.

Comme chaque mardi, on prépare les commandes d'épicerie au Provigo pour les résidents des environs âgés de plus de 70 ans et pour ceux qui sont actuellement en quarantaine. Ce service est assuré par Réjean Gouin, le maire de la municipalité.

Quand je me suis impliqué, c'était pour les gens, j'aime bien ça rencontrer le monde. Et grâce à la livraison, tout le monde se sent plus sécurisé et ça nous garantit de garder une épicerie ouverte ou une pharmacie ouverte, dit-il.

Sur son chemin, il livre à Lise Champagne, une résidente d'un HLM. J'ai hâte quand vient le mardi pour recevoir ma commande, pour voir monsieur le maire, parce que c'est lui qui m'a livré la semaine passée, puis j'ai la chance qu'il me livre encore aujourd'hui, raconte Mme Champagne. Pour elle, c'est sa seule visite hebdomadaire depuis le début de la crise.

Population quadruplée grâce aux chalets

Avec sa population de 2400 âmes, la petite ville n'a techniquement pas encore enregistré un seul cas d'infection au virus. Le maire Gouin aimerait que cela reste ainsi. Mais au pays du chalet de saison, le nombre des résidents monte à 10 000. De quoi générer de l'inquiétude. Nous autres, on est résidents et on vous dit : on aime ben ça vous voir l'été, mais là, c'est plus le temps, restez chez vous, dit le maire. Ou alors, si vous venez au chalet, eh bien, restez là.

Rester au chalet, c'est ce qu'a fait André Payant, un résident de l'arrondissement Saint-Hubert, à Longueuil, qui ne regrette pas son choix. On dit toujours que dans les villes, souvent, quand tu restes dans une maison appartement, tu ne connais pas ton voisin, tandis que dans une petite municipalité, tous les gens se connaissent, se côtoient, s'aident, s'entraident et se rendent service, explique-t-il.

Un maire touché de près par le virus

Réjean Gouin, le maire de Saint-Michel-des-Saints.

La femme, la belle-mère et la fille aînée de Réjean Gouin, le maire de Saint-Michel-des-Saints, sont revenues d'Europe contaminées par le coronavirus.

Photo : Radio-Canada

Saint-Michel-des-Saints n'a pas de cas de coronavirus, enfin presque, parce que Réjean Gouin a failli s'y frotter de très près. Avant la semaine de relâche, sa femme, avec sa belle-mère, a rejoint en Europe leur fille aînée qui était en vacances.

Elles en sont revenues contaminées par le virus. Sa belle-mère a même failli y passer. Ma belle-mère, il faut qu'elle réapprenne en réalité à remarcher et prendre de l'énergie, parce qu'elle a été huit jours intubée et endormie avec oxygène aux soins intensifs, explique le maire.

Depuis leur retour, les trois femmes sont en isolement dans un appartement à Joliette, sans aucun contact avec l'extérieur. Résultat, M. Gouin n'a pu serrer sa femme dans ses bras depuis le vendredi précédant la semaine de relâche.

Les seuls regards qu’ils peuvent échanger, c'est par visioconférence ou lorsqu’il lui apporte son épicerie, une fois par semaine. Je vais mener la commande, puis je laisse ça sur le bord de la porte, puis je recule de trois mètres, et là elle ouvre la porte, c'est pareil comme si dans les films, la lèpre, tsé, c'est particulier, illustre-t-il.

Entre forêts et lacs, la municipalité est donc épargnée par la COVID-19, mais pour combien de temps? Optimiste, le maire veille au grain pour que rien ne change au pays des chalets. C'est sûr que c'est paniquant, mais un coup on est dedans, il faut traverser la rivière, puis on va la traverser.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société