•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toronto renforce le soutien psychologique pour ses résidents

Un homme souffre de problèmes de santé mentale.

Le service 211 reçoit plus de demandes d'aide depuis le début des mesures d'éloignement physique.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Le maire John Tory annonce jeudi un partenariat entre la Ville et de nombreux acteurs du milieu de la santé mentale pour appuyer les personnes qui ressentent de la détresse ou de l’anxiété, stimulées notamment par les mesures d’isolement ou encore les pertes d’emploi liées à la COVID-19.

Tout type de stress ressenti, que ce soit d’ordre relationnel, financier, sanitaire, professionnel ou autre, peut trouver une oreille attentive par téléphone au 211 (appel gratuit), 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Les résidents à la recherche d’aide peuvent être connectés à l’un des sept partenaires de santé spécialisés dans le soutien aux enfants et aux jeunes, aux personnes âgées, aux travailleurs de première ligne et aux membres de communautés, comme les Autochtones, les Noirs, les personnes handicapées et les groupes LGBTQ2S.

Cette centralisation des structures vise à faciliter la prise de contact des personnes qui ressentent le besoin d'être aidées.

Des informations concernant les difficultés psychologiques sont également mises à disposition par la Ville sur son site Internet à la page http://www.211toronto.ca/ (Nouvelle fenêtre).

C’est correct de ne pas se sentir bien.

John Tory, maire de Toronto

Le service 211 reconnaît avoir géré plus d’appels qu’en temps normal depuis le début de la distanciation sociale. Cette nouvelle stratégie de santé mentale contribuera grandement à répondre à ce besoin, affirme sa directrice générale, Sue Wilkinson.

Le maire souligne par ailleurs la difficulté supplémentaire que peut représenter un congé de Pâques passé séparé de ses proches.

Nous sommes conscients du stress incroyable que la situation engendre et encourageons le personnel et les résidents touchés par la pandémie à demander de l'aide en cas de besoin, abonde Sylvain Roy, de l’Association des psychologues de l’Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Santé mentale