•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pâques à l’ère de la pandémie, l’importance de consommer du chocolat local

Des chocolats de Pâques. Ils ont la forme d'un avocat, d'un poussin et d'un lapin.

De nombreuses variétés de chocolats sont proposées dans les chocolateries.

Photo : Catherine Zimmerman

Malgré la pandémie de COVID-19, des chocolatiers britanno-colombiens ont fait le choix de maintenir leur production d’oeufs ainsi que d’autres douceurs en chocolat. Un choix important pour ces producteurs locaux durement touchés par la crise sanitaire.

Merci, merci d’être encore ouvert durant ces moments difficiles, dit une femme au chocolatier vancouvérois Thomas Haas. Celui-ci est venu remercier ses clients qui patientent depuis de longues minutes devant sa boutique située dans le quartier de Kitsilano.

Cette année, c’est stressé et déboussolé que le chocolatier a lancé sa production de lapins et de cocos en chocolat pour Pâques.

Le chocolatier Thomas Haas tient une poule en chocolat dans les mains.

Le chocolatier vancouvérois Thomas Haas a voulu continuer sa production de chocolats pour Pâques.

Photo : Radio-Canada / Hélène Bardeau

Avec seulement deux pâtissiers dans sa chocolaterie, au lieu des 19 qui y travaillent en temps normal, le spécialiste explique qu’il a dû réduire sa production de chocolats pour Pâques. Toutefois, il était inconcevable pour le chocolatier de passer à côté de cette fête traditionnelle.

C’est de ma responsabilité de garantir un salaire au peu de mes employés qu’il me reste, explique-t-il.

Une responsabilité, mais également un devoir de maintenir la tradition de Pâques et de remettre de la normalité dans la vie des clients, précise Thomas Haas.

Même son de cloche pour le chocolatier Christophe Bonzon, qui possède une chocolaterie à Burnaby et à White Rock.

C’est important d’amener un peu de plaisir aux gens dans la situation actuelle.

Christophe Bonzon, chocolatier-pâtissier
Un assortiment de chocolats et de douceurs.

Malgré la pandémie, il y aura bien des chocolats pour célébrer Pâques.

Photo : Catherine Zimmerman

Le pâtissier-chocolatier dit livrer lui-même les commandes effectuées par les clients sur le site Internet de ses boutiques. Il propose également de déposer les commandes sur le trottoir afin que les clients qui viennent sur place n'aient pas à rentrer dans la boutique.

L’importance de consommer des produits locaux

Si les commandes pour Pâques sont nombreuses, Christophe Bonzon et Thomas Haas disent avoir observé une forte baisse de leur chiffre d’affaires en raison de la pandémie. L’un comme l’autre restent impressionnés du soutien apporté par leur clientèle respective.

Je suis très heureux du support de nos clients qui continuent de soutenir les petites entreprises, souligne Christophe Bonzon.

Une pâtisserie en forme de lapin.

Le lapin de Pâques réinventé par Christophe Bonzon.

Photo : Catherine Zimmerman

Un soutien vital dans la survie des commerces locaux, précise Thomas Haas. Il est vraiment important que les gens soutiennent les petites entreprises locales sinon beaucoup d’entre elles vont disparaître dans les prochains moins, dit-il.

Olivia Chorny doit patienter encore quelques instants avant de pouvoir entrer dans la boutique de Thomas Haas. Venue récupérer son gâteau d’anniversaire, elle en profite pour acheter quelques lapins et poules en chocolat pour Pâques.

Plusieurs personnes attendent devant une chocolaterie.

La file d'attente est longue devant la boutique de Thomas Haas.

Photo : Radio-Canada / Hélène Bardeau

La jeune femme de 26 ans se rend régulièrement chez le chocolatier pour la qualité de ses produits, mais aussi pour soutenir le commerce local.

Il faut garder la scène artistique de Vancouver dynamique.

Thomas Haas, chocolatier

Selon Mme Chorny, le meilleur moyen de soutenir les commerces locaux est de s’y rendre. Vancouver est une ville chère où vivre et habiter et c’est encore plus difficile pour les artistes, qu’ils soient musiciens, peintres ou chocolatiers, précise-t-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !