•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police interdit la « run » du Vendredi saint

Il ne faut pas avoir peur de se salir pour prendre part à cette activité

Il ne faut pas avoir peur de se salir pour prendre part à cette activité.

Photo :  Youtube - BugCrush3r

La COVID-19 chamboule tout, même la fameuse « run » du Vendredi saint, un rassemblement annuel d'amateurs de véhicules à quatre roues motrices particulièrement populaire dans la Péninsule acadienne.

La police indique qu'elle gardera l'oeil ouvert, cette fin de semaine, pour empêcher ce type de rassemblements.

Vous avez l’intention de participer à une course dans la bouette, à un rallye en VTT ou à une autre activité en plein air en fin de semaine? Changez de plan! La GRC patrouillera et remettra des contraventions à ceux que ne respectent pas les directives, lance-t-elle sans détour.

En forêt, non loin de Paquetville, N.-B.

En forêt, non loin de Paquetville, N.-B.

Photo :  Youtube - BugCrush3r

Pour plusieurs, la déception est vive, même si la situation semble généralement comprise.

On se rejoint tous à une gravel pit, explique Sonia Downing. On peut être des 300, 400 personnes. On avait eu vraiment du fun, on allait manger dans le bois avec un petit charcoal, pis on se fait cuire tous des petits lunchs pis c’est le fun… J'ai participé deux ans passés avec ma Jeep, parce que je m’étais acheté une Jeep. J’étais contente!

Sonia Downing

Sonia Downing ressent une vive déception à l'idée de ne pas pouvoir perpétuer la tradition, cette année.

Photo : Radio-Canada

Mais cette fois-ci, Sonia Downing va rester à la maison.

Tout est annulé, rappelle-t-elle. Ça fait que ça, c’est la même chose, il faut que se soit annulé. Parce qu’il y en a beaucoup qui spinnent et qui sont pris dans la neige. Ça fait que les autres descendent pour aller pousser et ils sont tous côte à côte.

« La journée va être longue »

Elle n’est pas la seule à préférer attendre l’année prochaine. C'est le cas de Keven Mallais.

Quand ça fait plus d'une dizaine d’années que tu fais ça et puis tu dois rester à la maison, ce n'est pas trop plaisant, dit-il. Mais on n'a pas le choix, il faut suivre les règles.

En temps normal, la «run» du Vendredi saint peut rassembler des centaines de personnes.

En temps normal, la «run» du Vendredi saint peut rassembler des centaines de personnes.

Photo : Youtube - Steevess

Pour plusieurs, la journée du Vendredi saint va être longue.

On se parle sur Facebook, et on trouve ça pas mal plate toute la gang. Je vais être assis sur mon lazy-boy et je vais regarder ma jeep qui est sur la butte de neige... Ça me fait quelque chose.

Pour ces amateurs de sensations fortes, cette activité du Vendredi saint, c'est comme une religion.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Sports et loisirs