•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Non, il ne faut pas craindre une pandémie d’hantavirus

Il n'existe pas de transmission interhumaine de cette maladie extrêmement rare.

Une illustration de cellules de virus.

L'unique manière de contracter l’hantavirus est d’entrer en contact direct avec l’urine, les excréments ou la salive d’un rongeur infecté.

Photo : getty images/istockphoto / ffikretow

À la fin mars, un cas mortel d’hantavirus a été observé en Chine. Cette nouvelle a déclenché une vague d’inquiétude et de désinformation sur le web, où certaines personnes ont comparé cette maladie à la COVID-19, craignant une nouvelle pandémie. Soyez rassurés : l’hantavirus n’a rien à voir avec le coronavirus, et le risque d’infection au Canada est faible.

C’est sur Twitter que tout a commencé. Le 24 mars, le média d’État chinois Global Times tweete la nouvelle, accompagnée d’une photo d’une personne en train de subir un test de dépistage de la COVID-19, sans fournir énormément de détails. On mentionne seulement que la victime est morte dans un autobus et que les 32 autres passagers ont passé un test de dépistage de la maladie.

La publication obtient plus de 20 000 retweets, 25 000 mentions J’aime, et plus de 400 000 gazouillis accompagnés du mot-clic #hantavirus sont relayés dans les 24 heures qui suivent.

Sur les réseaux sociaux, certaines personnes se sont mises à comparer l’hantavirus au coronavirus. Une vidéo YouTube, intitulée L'hantavirus nouvelle maladie decouvert en chine qui à dejâ causé 3 morts [sic] et visionnée plus de 260 000 fois, prétend que ce virus est le cousin de celui au centre de la crise mondiale actuelle.

Or, l'unique manière de contracter l’hantavirus est d’entrer en contact direct avec l’urine, les excréments ou la salive d’un rongeur infecté. La transmission interhumaine est impossible, annulant tout risque d’épidémie.

Cette maladie extrêmement rare a toutefois un taux de mortalité très élevé, se situant dans les alentours de 38 %, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies. Les symptômes les plus préoccupants sont l’essoufflement et des difficultés respiratoires graves.

Le risque d'être infecté par l'hantavirus au Canada ou dans différentes parties du monde est faible. Toutefois, quiconque vient en contact avec des rongeurs porteurs de l'hantavirus est à risque. Même les personnes en santé peuvent être infectées et devenir gravement malades, fait savoir l'Agence de la santé publique du Canada (ASP) dans une déclaration écrite.

Depuis 1989, 109 cas confirmés et 27 décès liés à une infection par l'hantavirus ont été déclarés au Canada, selon les données de l’ASP.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fausses nouvelles

Société