•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec lève les barrages routiers sur la Côte-Nord, puis revient sur sa décision

Des voitures en attente d'être contrôlées.

Un barrage routier a été mis en place à Tadoussac le 28 mars.

Photo : Radio-Canada / Marlène Joseph-Blais

Des barrages policiers sur la route 138 à Tadoussac et sur la route 172 à Sacré-Cœur ont été levés mercredi. 24 heures plus tard, Québec revient sur sa décision, devant les inquiétudes des élus de la région.

Les points de contrôle étaient en place depuis que le gouvernement avait ordonné le confinement de la région le 28 mars. La mairesse de Forestville et préfète de la MRC de la Haute-Côte-Nord, Micheline Anctil, affirme que les barrages ont été retirés mercredi sans consulter les élus de la région.

Elle dit avoir eu des discussions à ce sujet avec le ministre responsable de la région, Jonatan Julien, dans l'espoir de voir réapparaître les policiers aux entrées ouest de la Côte-Nord.

Le maire de Tadoussac, Charles Breton, a aussi fait part de ses inquiétudes au gouvernement. Il s’attendait à ce que la décision soit révisée. Le ministre Jonatan Julien confirme que les barrages routiers seront remis en place dès 16 h jeudi.

Les inquiétudes

Selon Micheline Anctil, des barrages érigés à Sainte-Anne-de-Beaupré et à Stoneham étaient jugés suffisants par le gouvernement québécois pour limiter la circulation entre les régions.

L'argumentaire, c'était qu'il y avait déjà des barrages du côté de Stoneham, donc pour l'accès au Saguenay-Lac-Saint-Jean, puis il y avait un barrage à Beaupré entre la Capitale-Nationale et Charlevoix. Ces barrages-là étaient jugés suffisants pour le confinement de la Côte-Nord par la même occasion.

Dans ce contexte, Micheline Anctil déplore que des résidents de Charlevoix et du Saguenay-Lac-Saint-Jean aient pu se rendre sur la Côte-Nord.

La mairesse de Forestville, Micheline Anctil

Micheline Anctil, mairesse de Forestville

Photo : Radio-Canada

Elle a aussi manifesté son mécontentement à l’égard du fait que les citoyens peuvent se déplacer sans restriction sur l’entièreté du territoire nord-côtier, alors que le gouvernement demande de limiter les déplacements entre les municipalités.

C’est aussi l’avis du maire de Tadoussac, Charles Breton. Il estime que des résidents de la Côte-Nord auraient pu être tentés d’aller à Chicoutimi ou encore, des Saguenéens auraient pu décider de venir se promener sur les plages de Tadoussac.

De son côté, la Sûreté du Québec refuse de confirmer l'apparition ou la disparition de ces points de contrôle.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !