•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa prévoit jusqu'à 1,9 million de cas de COVID-19 au Canada

Le nombre de cas au pays double tous les 3 à 5 jours.

La docteure Tam en conférence de presse.

L'administratrice en chef de la santé publique du Canada, Theresa Tam.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Ottawa prévoit de 934 000 à 1 879 999 cas de COVID-19 et entre 11 000 et 22 000 morts au Canada d’ici la fin de la pandémie, selon les scénarios présentés.

Le Canada pourrait voir de 22 580 à 31 850 cas et entre 500 et 700 décès d’ici le 16 avril, selon des scénarios de la progression de la pandémie présentés jeudi par Ottawa.

En ce moment, le nombre de cas double tous les 3 à 5 jours au Canada et les autorités croient que la courbe de progression commence à s'aplatir. Par contre, les responsables de la santé disent qu'il est extrêmement difficile de dire exactement à quel moment le sommet de la progression sera atteint.

Les autorités de santé publique ont précisé qu'avec les mesures les plus strictes, de 1 % à 10 % des Canadiens pourraient être infectés, et que la courbe de progression pourrait atteindre son sommet d'ici le début de l'été.

Avec des mesures plus faibles, ce serait de 25 % à 50 % des Canadiens qui seraient infectés. Sous ce scénario, le nombre de cas atteindrait son point le plus haut au début de l'automne.

Sans aucune mesure, ce serait de 70 % à 80 % de Canadiens infectés, et ce, d'ici le début de l'été.

Un graphique montrant le nombre de décès possibles selon différents scénarios.

Scénarios du nombre de décès présenté par Ottawa le 9 avril 2020

Photo : Gouvernement du Canada

Ainsi, d'ici la fin de la pandémie, le Canada pourrait voir entre 934 000 et 1 879 000 cas de COVID-19 et entre 11 000 et 22 000 morts.

Le pays pourrait connaître entre 73 000 et 146 000 hospitalisations (et entre 23 000 et 46 000 cas aux soins intensifs). 

La Dre Tam a rappelé que le Canada est encore au début de la pandémie, mais que le nombre de cas augmente à un rythme beaucoup moins élevé que dans plusieurs pays. « Nous avons appris des autres pays et nous avons agi tôt pour contrôler l’épidémie », dit-elle.

Graphique montrant les différentes courbes de progression de la COVID-19 pour différents pays.

Au Canada, la transmission dans la collectivité a commencé plus tard qu’ailleurs.

Photo : Gouvernement du Canada

Ces chiffres nous montrent qu’il faut continuer de tout faire pour contrôler l’épidémie et rester dans une situation de meilleur scénario, a dit la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada. Seuls les efforts collectifs de tous les Canadiens permettront de minimiser le nombre de cas, d'hospitalisations et de décès, ajoute-t-elle.

Nous ne pouvons pas empêcher tous les décès, mais nous devons éviter autant de décès que possible.

Dre Theresa Tam

Certaines mesures de santé publique (notamment la distanciation physique, les restrictions de voyage et la mise en quarantaine de personnes infectées) devront demeurer en place pendant plusieurs mois afin de prévenir de futures vagues de coronavirus, selon la Direction de la santé publique du Canada.

Les modélisations présentées jeudi aident les autorités de santé publique et les politiciens à prévoir les pires cas et à orienter les mesures de santé publique pour obtenir le meilleur résultat possible, dit la Dre Tam.

Elle précise que les scénarios à long terme pourraient changer puisque « notre compréhension du virus évolue. »

Le premier ministre Justin Trudeau soulignait mercredi que chaque province avait sa propre courbe de la progression des cas, et qu'il existait des différences significatives entre elles. La semaine dernière, il soulignait qu’avant de dévoiler des scénarios fédéraux, il importait que les données des provinces soient harmonisées.

Il faut s'assurer que l'analyse des données [ait] du sens et reflète ce qui se passe au Canada, ce qui va arriver dans différentes régions du pays, a-t-il dit.

Les quatre provinces qui comptent le plus grand nombre de cas de la COVID-19 – la Colombie-Britannique, l'Alberta, l'Ontario et le Québec – ont déjà divulgué de telles projections.

Scénarios des provinces

Plus tôt cette semaine, la Direction de la santé publique du Québec a dévoilé ses propres scénarios. Les experts anticipent de 1263 à 8860 décès d’ici la fin du mois, mais s'attendent aussi à une stabilisation du nombre d’hospitalisations peu après la mi-avril. Au plus fort de la crise, au moins 1400 Québécois seront hospitalisés.

En Ontario, des modèles projettent 1600 morts et 80 000 personnes atteintes de la COVID-19 en Ontario d'ici la fin du mois d'avril. Toutefois, si le gouvernement imposait des mesures de confinement plus sévères que celles en vigueur, le nombre de morts chuterait à 200 d'ici le 30 avril.

En Alberta, les autorités ont estimé que la maladie pourrait se répandre chez près de 800 000 Albertains et faire entre 400 et 3100 morts d’ici la fin de l’été. Dans cette province, la pandémie connaîtrait son pic à la mi-mai, et près de 818 Albertains seront hospitalisés, dont 232 aux soins intensifs.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique