•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : Un scénario optimiste se dessine pour l’Alberta

Une femme vêtue d'un sarrau, d'un masque et d'une visière.

Une professionnelle de la santé procède à un test de dépistage de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Radio-Canada

L’Alberta se dit prête à traverser la pandémie de COVID-19 sans que son système de santé manque de capacité si la situation se présente comme dans les projections faites par ses experts et présentées aux Albertains mardi.

Nous sommes parés à gérer la crise de la COVID-19 pour les mois à venir, a affirmé la présidente-directrice générale de Services de Santé Alberta, la Dre Verna Yiu.

Pour le meilleur...

Dans le premier cas de figure présenté, les autorités sanitaires anticipent que la maladie pourrait se répandre chez près de 800 000 Albertains et faire entre 400 et 3100 morts dans la province d’ici la fin de l’été.

Ce scénario qui est le plus optimiste, et aussi le plus probable, selon les autorités. Il implique qu’à chaque nouveau cas, une à deux autres personnes seront elles aussi contaminées par le coronavirus.

Si tout se passe comme prévu, la pandémie connaîtrait son pic à la mi-mai, et près de 818 Albertains seront hospitalisés, dont 232 aux soins intensifs.

Selon cette projection, la courbe d'infection de la COVID-19 en Alberta continuerait de suivre celle de la Corée du Sud, comme l’a indiqué le premier ministre Jason Kenney mardi.

Ce sont des données encourageantes, mais ne tenons rien pour acquis, a soutenu le premier ministre Jason Kenney qui se veut prudent.

À l’instar de la Corée du Sud, l’Alberta a semblé répondre très rapidement et imposer les mesures qui étaient nécessaires à empêcher le virus de se propager très rapidement dans la population, en particulier la transmission communautaire, constate le virologue et professeur à l'UQAM, Benoit Barbeau. Ils ont agi quand il y avait un nombre d’infections relativement faible et ils ont fait beaucoup de tests, donc ils ont été en avance, si on compare avec d’autres pays, ajoute-t-il.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Et pour le pire...

Le deuxième scénario, plus alarmant, prévoit un total d’un million de cas et jusqu’à 6600 morts, tandis que le pic de la pandémie arriverait plus tôt au mois de mai.

Il faudrait des lits pour accueillir 1570 malades, dont 392 aux soins intensifs.

Dans les deux modèles analysés, on s’attend à ce que le nombre de cas décline progressivement au fil de l’été, à condition bien sûr, que les mesures sanitaires imposées par le gouvernement continuent d’être suivies par la population. Des mesures qui pourraient d’ailleurs s'étendre jusqu’à la fin du mois de mai, ont prévenu les autorités.

Le gouvernement a rappelé que sans leur mise en place, la province aurait pu se retrouver dans un scénario catastrophe avec 1,6 million de malades, et déplorer jusqu’à 40 fois plus de décès ( entre 16 000 et 32 0000 décès) que dans le scénario qui devrait se profiler.

Les autorités ont admis que si ce scénario de l’extrême s'était réalisé, la province n’aurait pas pu faire face à la crise.

Ces modèles nous aident à anticiper et à nous préparer à faire en sorte que le système de santé albertain puisse répondre à l’afflux de patients attendus pendant le pic de la pandémie, a expliqué Jason Kenney.

Renforcer les soins intensifs

L’Alberta prévoit se doter de 1081 lits en soins intensifs supplémentaires d’ici la fin du mois d’avril, et de faire passer le nombre de respirateurs de 314 actuellement à 761, soit plus du double.

Services de Santé Alberta assure avoir suffisamment d’équipements médicaux de protection en stock pour fournir le personnel de santé jusqu’au début du mois en juin. D’ici là, des commandes d’équipements devraient être reçues, garantissent les autorités.

Services de Santé Alberta compte également accroître le personnel aux soins intensifs notamment en formant plus d’infirmiers ou en faisant appel à des travailleurs de la santé retraités.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !