•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Panier bleu provoque une panne chez Mon Panier bleu... en France

Le logo de la plateforme française Mon Panier bleu.

Le logo de la plateforme française Mon Panier bleu

Photo : Mon Panier bleu / Facebook

Dimanche dernier, le Québec était informé du lancement de la plateforme Le Panier bleu pour favoriser le commerce local. Au même moment, dans le sud de la France, un entrepreneur était pris de panique. Son site web nommé Mon Panier bleu était victime d'une panne en raison d'un flux inexplicable de visiteurs.

Olivier Roubin n'a que le mot tsunami pour décrire ce qu'il a vécu. Sa plateforme de commerce en ligne Mon Panier bleu a été lancée sur la Côte d'Azur en juin 2017. Depuis, il prépare et livre des commandes pour des consommateurs de la région, avec les produits des artisans locaux.

Avec la COVID-19 et les restrictions de déplacement très strictes en France, son entreprise était très active sur le terrain. Mon Panier bleu connaissait même une explosion de demandes pour approvisionner les habitants de la Côte d'Azur, raconte-t-il.

Puis dimanche, vers 20 h, son site est littéralement tombé en panne sans raison apparente. Ses clients n'étaient plus en mesure de s'y rendre et de faire des transactions.

Au même moment, des tonnes de Québécois tentaient de se connecter à monpanierbleu.com en croyant qu'il s'agissait du site lepanierbleu.ca.

Une image du site web français Le Panier bleu

Le site web Mon Panier bleu, en France, est tombé en panne lors de la mise en ligne de la plateforme Le Panier bleu, au Québec.

Photo : Olivier Roubin / Mon Panier bleu

Par chance, des internautes se sont rendus sur la page Facebook de l'entreprise française. Ils ont signalé à M. Roubin que ses soucis étaient sans doute nés de l'autre côté de l'Atlantique. Le Panier bleu venait en effet tout juste d'être lancé en direct à la télévision par le ministre Pierre Fitzgibbon.

On a eu un gros problème. On a dû gérer ça avec notre hébergeur assez tard dans la soirée. On a été obligé d'empêcher toute connexion du Canada vers notre site pour pouvoir le remettre en ligne.

Olivier Roubin, fondateur de Mon Panier bleu, en France

Des pertes de temps et d'argent

La panne a duré un peu plus d'une heure, mais les problèmes ont continué jusqu'au lendemain matin, signale M. Roubin. Aucun client n'a pu commander jusqu'à la mi-journée, puisqu'il a fallu qu'on fasse un niveau de sécurité du firewall [pare-feu] maximal.

Des ajustements ont de nouveau été faits, mais en date du 7 avril, M. Roubin vivait toujours quelques problèmes avec son système de paiement qui découlent de cette séquence d'événements, selon lui.

M. Roubin dit avoir perdu quelques centaines d'euros dans cette méprise, mais ce sont surtout les pertes de temps qui lui font mal. On a passé des heures! Toute la journée, on est sur la route pour les livraisons. On est une petite start-up.

Olivier Roubin, fondateur de Mon Panier bleu, une plateforme française

Olivier Roubin, fondateur de Mon Panier bleu, une plateforme française

Photo : Radio-Canada

Je ne cherche pas à faire la guerre ou quoi que ce soit, dit l'entrepreneur. Il aimerait cependant que les administrateurs du site Le Panier bleu reconnaissent qu'il a subi un préjudice, même si sa marque n'était évidemment pas enregistrée au Canada.

Dès le lendemain de la panne, M. Roubin a communiqué avec les administrateurs du panier bleu québécois. Il demandait soit un changement de domaine, soit une compensation financière. Il n'a pas reçu de réponse.

Mais en entrevue, il affirme qu'il demande simplement à ce que l'erreur soit reconnue. Je ne cherche pas à aller devant la justice, je ne cherche pas de l'argent ou à profiter de quoi que ce soit.

J'aurais juste voulu qu'il y ait une communication de la part des administrateurs pour dire aux Québécois : "Attention, il y a un site français avec un nom qui est très proche et on s'excuse".

Olivier Roubin, fondateur de Mon Panier bleu, en France

Une demande non fondée

Interpellé par Radio-Canada, le directeur général de la plateforme Le Panier bleu dit avoir pris la demande d'Olivier Roubin très au sérieux et avoir tenté de mitiger les impacts dès le départ.

Aucune obligation légale ne nous y obligeait. Ni les lois internationales, ni le droit civil, ni le "droit Internet", écrit Alain Dumas dans un courriel.

M. Roubin estime que le nom de la plateforme québécoise était très, voire trop proche de celui de sa propre entreprise. Il n'a toutefois jamais mentionné avoir été copié par le gouvernement québécois.

Malgré cela, M. Dumas indique que leurs prétentions à l’effet que nous aurions copié le nom de leur entreprise sont totalement non fondées.

Le nom et le concept [du site] Le Panier bleu ont été créés par une agence externe de façon indépendante et rien graphiquement ne se rapproche de leur logo.

Alain Dumas, directeur général de la plateforme québécoise Le Panier bleu
Un homme tient un café dans ses mains et sourit à la caméra.

Le Panier bleu a été mis en ligne au Québec le 5 avril

Photo : Capture d’écran - Panier bleu

M. Dumas n'a pas voulu accorder d'entrevue, mais estime que les dommages subis par l'entreprise Mon Panier bleu, sur la Côte d'Azur, sont minimes.

Nous sympathisons sincèrement avec eux. Mais pour répondre directement aux réclamations de M. Roubin, elles nous apparaissent sans fondement, conclut M. Dumas.

Confusion momentanée

Les marques de commerce étant de juridiction nationale, la seule obligation de la plateforme québécoise était de s'assurer que sa marque ne causerait pas de confusion au Canada, chose qui a été faite.

De plus, les Québécois n'ayant plus accès au site français, la principale brèche a été colmatée. Le référencement sur les moteurs de recherche s'est aussi vite ajusté au Québec pour mettre de l'avant Le Panier bleu.

Les risques de confusion pour les consommateurs ont donc grandement diminué depuis l'incident, explique un avocat spécialisé en droit des marques de commerce qu'a consulté Radio-Canada.

Si l'entreprise française a subi les contrecoups de la mise en ligne de la plateforme québécoise, il n'est pas clair aux yeux de cet avocat qu'il s'agit d'un véritable préjudice.

Lettre d'un cabinet

Mercredi soir, M. Roubin signalait avoir reçu une lettre d'avocat rédigée pour le compte de la plateforme Le Panier bleu. On l'invitait à reconsidérer les propos qu'il tenait dans les médias québécois.

Avant de recevoir cette missive, M. Roubin nous confiait en entrevue qu'il n'était jamais venu au Québec, mais que cette mésaventure ne lui enlevait pas l'envie de visiter la belle province, un jour.

À plusieurs reprises, il a répété qu'il souhaitait tout simplement avoir un canal de communication avec les administrateurs du Panier bleu québécois.

On aimerait bien qu'ils nous répondent. On aimerait bien qu'ils communiquent auprès des gens qui utilisent lepanierbleu.ca. On aimerait bien qu'ils disent : "Il y a une méprise, on s'excuse, on s'y est un peu mal pris".

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Entrepreneuriat

Économie