•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Il y a 10 ans décédait Michel Chartrand, l’éternel protecteur des droits des travailleurs

Portrait du syndicaliste Michel Chartrand.

Michel Chartrand,figure de proue des luttes syndicales et sociales au Québec durant des décennies.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le 12 avril 2010 disparaissait Michel Chartrand. Sa fougue et son indignation envers les abus commis contre les travailleurs et les plus vulnérables de la société ont contribué à l’adoption d’importantes réformes sociales au Québec.

Du catholicisme…

Il faut que tout le monde puisse passer sur le pont. Il faut que le pont puisse franchir la misère.

Michel Chartrand, 1968

Au bout de mon âge, 18 février 1968

Cette phrase, dite par Michel Chartrand lors d’une entrevue accordée au journaliste Pierre Paquette pour l’émission Au bout de mon âge du 18 février 1968, révèle son profond souci de la justice sociale.

Michel Chartrand est né en 1916 à Outremont. Il appartient à une fratrie de 14 frères et sœurs. Peut-être est-ce là qu’il acquiert son caractère combatif qui le caractérisera toute sa vie…

Dans l’entrevue accordée à Pierre Paquette, Michel Chartrand parle beaucoup de charité chrétienne.

Dans sa jeunesse, Michel Chartrand adhère à la doctrine du catholicisme social.

Ce mouvement de pensée s’intéresse au sort des masses populaires écrasées par l’application du capitalisme sauvage tel que vécu au 19e siècle et au début du 20e siècle.

En 1933, Michel Chartrand entre à l’abbaye cistercienne de Notre-Dame-du-Lac près d’Oka. Il devient moine reclus et entend consacrer sa vie à la lecture et au silence!

Il quitte l’abbaye en 1935 pour des raisons de santé.

Dans la deuxième moitié des années 1930, il rejoint la Jeunesse indépendante catholique (JIC) et milite pour des partis et des mouvements politiques de gauche.

… au militantisme de combat

En 1949, la grève des travailleurs de l’amiante à Asbestos le bouleverse. Il appuiera activement les grévistes contre la répression policière.

C’est ainsi que commence le combat syndical de Michel Chartrand, qui se déploiera sur plusieurs fronts pendant des décennies.

Dans les années 1950, 1960 et 1970, Michel Chartrand est actif lors de plusieurs conflits importants de travail au Québec.

En parallèle, il plonge dans la politique active.

Saviez-vous que Michel Chartrand a été chef de deux partis politiques dans sa vie?

En 1956, il devient chef du Parti social-démocrate qui est l’aile québécoise de la Fédération du Commonwealth coopératif (FCC ou CCF pour l'acronyme anglais), l’ancêtre du Nouveau Parti démocratique du Canada (NPD).

Nouvelles, 29 novembre 1957

Les nouvelles de Radio-Canada ont capté le 29 novembre 1957 un discours de Michel Chartrand en tant que chef social-démocrate.

On constatera dans ses propos que son sens de la justice ainsi que son humour si caractéristique étaient déjà présents à cette époque.

En 1963, il rompt avec le FCC pour fonder le Parti socialiste du Québec.

En 1968, Chartrand est élu à la présidence du Conseil central des syndicats nationaux de Montréal (affiliés à la CSN), un poste qu'il conserve jusqu'en 1978.

Le discours radical et le style enflammé de Michel Chartrand le propulsent alors à l'avant-scène de la vie publique québécoise et en font une véritable incarnation du syndicalisme de combat.

Le militantisme de Michel Chartrand pour les travailleurs possède un large horizon.

Alors qu’il préside le Conseil central des syndicats nationaux de Montréal, Michel est responsable d’une initiative qui jettera les bases du concept du bail de location de logement tel qu'on le connaît aujourd'hui.

Il collabore aussi à la création de la coopérative de consommation alimentaire Cooprix, qui ouvre rue Legendre à Montréal en 1969.

Parce que les travailleurs doivent aussi se loger et se nourrir.

… défendre les accidentés du travail

Michel Chartrand a été de ce point de vue là le plus grand éveilleur sur les questions de santé et de sécurité au travail.

Michel Rioux, ancien directeur de l’information à la CSN, 2010

Cette évaluation de Michel Chartrand, Michel Rioux la fait dans le cadre d’un reportage du journaliste Vincent Maisonneuve présenté au Téléjournal du 13 avril 2010.

Téléjournal, 13 avril 2010

Ce reportage met l’accent sur la contribution de Michel Chartrand à l'adoption d'une loi protégeant mieux les travailleurs et les indemnisant en cas d’accident du travail.

Michel Chartrand interpelle à plusieurs reprises le gouvernement de René Lévesque à ce sujet.

À la fin 1979, le gouvernement du Québec adopte la loi 17 qui introduit la notion de prévention et d’élimination des dangers à la source.

La loi innove en accordant aux travailleurs le refus de travailler dans des conditions jugées dangereuses et accorde le droit de retrait aux femmes enceintes.

La loi 17 donnera aussi naissance à la Commission de la santé et de la sécurité au travail (CSST).

En février 1983, Michel Chartrand met sur pied la Fondation pour l'aide aux travailleuses et travailleurs accidentés (FATA).

Il défend personnellement des dossiers contestés d’accidentés, comme procureur syndical, devant la CSST.

Des barricades à la poésie

Michel Chartrand est connu pour ses coups de gueule et son côté révolutionnaire.

Avis de recherche, 7 avril 1986 (Extrait)

Mais dans un entretien accordé à la journaliste Aline Desjardins et diffusé à l’émission Avis de recherche du 7 avril 1986, Simonne Monet-Chartrand, le grand amour de Michel Chartrand, rectifie les faits.

L’image que les médias projettent de Michel Chartrand est grossière. C’est un homme beaucoup plus complexe que ça.

Elle confie qu’entre deux réunions syndicales, il ne rechignait pas à changer des couches ou à faire prendre des bains à un de leurs sept enfants.

Et Michel Chartrand ne se couchait jamais sans avoir lu un peu de poésie…

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Archives

Société