•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un refuge à Halifax loue un hôtel vide pour les sans-abris

Une personne endormie dans un sac de couchage sur le trottoir.

Depuis l’arrivée de la COVID-19 en Nouvelle-Écosse, plusieurs refuges de la région d’Halifax ont déplacé des personnes dans des chambres d’hôtel et de motel.

Photo : Autre banques d'images / Maryanne Dupuis

Radio-Canada

L'abri d'urgence Out of the Cold s’apprête à déplacer cette semaine une vingtaine de personnes sans domicile fixe dans des chambres d'hôtel privées.

Les responsables de la santé publique et les politiciens du monde entier répètent aux populations de rester à la maison durant la pandémie, mais il ne faut pas oublier que pour certaines personnes le concept n’existe tout simplement pas.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Jeff Karabanow, cofondateur du refuge Out of the Cold à Halifax, mentionne que les abris temporaires installés dans les gymnases et les centres communautaires ont permis d’atténuer une partie de la pression liée à la pandémie pour les sans-abris, mais que des gens ont tout de même besoin d'un espace privé.

Cette semaine, Out of the Cold prévoit installer ses membres dans des chambres d'un hôtel de la région d’Halifax, occupant ainsi un étage entier de ce bâtiment qui est par ailleurs vide.

Si la demande et les ressources augmentent, affirme M. Karabanow, l'hôtel pourrait accueillir 60 personnes supplémentaires.

Depuis l'arrivée de la COVID-19 dans la province, plusieurs refuges de la région d’Halifax ont déplacé des personnes dans des chambres d'hôtel et de motel. Il s’agit principalement de personnes immunodéficientes et plus vulnérables à des maladies graves. Toutefois, selon M. Karabanow, Out of the Cold sera le premier refuge en Nouvelle-Écosse à installer tous ses clients dans un hôtel.

Appel à un soutien du gouvernement

Le cofondateur du refuge explique que les unités individuelles permettent aux gens de bénéficier d’un abri digne et sûr. Son organisation préconise depuis longtemps ce type de logement et la pandémie de la COVID-19 ajoute une justification pour que les gouvernements soutiennent ce genre d'initiative.

Maintenant, c'est aussi un argument de santé publique, croit Jeff Karabanow.

L'Agence de santé publique du Canada a reconnu que les personnes sans domicile fixe peuvent être plus à risque de contracter le virus ou de développer des complications.

Les refuges pour sans-abris craignent de devenir des établissements de propagation en raison de la proximité des gens et des limites des bonnes pratiques d'hygiène.

Jeff Karabanow parle dans un micro

Jeff Karabanow est le cofondateur du refuge Out of the Cold.

Photo : Autre banques d'images / Maryanne Dupuis

Jeff Karabanow croit que l'efficacité des mesures de santé publique pourrait également dépendre de l'ampleur du soutien que reçoivent les populations vulnérables.

Je pense que les gouvernements municipaux et provinciaux doivent vraiment réfléchir à ce qui est le mieux pour cette population, ce qui est le mieux pour toute la communauté, pour que tout le monde ait accès à un lieu sûr pour faire face à cette pandémie, a-t-il déclaré.

Le gouvernement fédéral a jusqu'à maintenant accordé environ 157 millions de dollars pour aider les personnes sans domicile fixe à surmonter la crise.

Une partie de cet argent est remis au refuge Out of the Cold par le biais de l'Association pour le logement abordable de la Nouvelle-Écosse (AHANS). Le directeur, Jim Graham, précise que cet argent servira au déménagement à l’hôtel, mais que la durabilité du projet n'est pas définie, en partie puisqu’il est impossible de savoir combien de temps va durer la pandémie.

Avec les renseignements de Taryn Grant, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !