•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme sur dix s’inquiéterait de la violence conjugale en temps de pandémie

Les enquêtes ont été menées du 29 mars au 3 avril auprès de plus de 4600 répondants.

Une ambulance sur la route dans un décor champêtre et enneigé.

Les répondants à une série d'enquêtes menées par Statistique Canada affirment, dans une proportion de 50 %, avoir des inquiétudes concernant la santé de leurs proches dans leur ménage.

Photo : Ivanoh Demers

Radio-Canada

Une enquête de Statistique Canada révèle que la COVID-19 « a de profondes répercussions sur la santé, les comportements et les activités des Canadiens ». De plus, près de 10 % des répondantes se disent « beaucoup ou énormément » inquiètes de la violence au sein de la famille, en lien avec la situation qu'engendre la pandémie.

À l'heure où le Canada approche de la barre des 20 000 cas de COVID-19, Statistique Canada s'est livrée à une série d'enquêtes sur les perspectives canadiennes, avec l'apport de chercheurs de l'Université de Montréal.

Les questions portaient en majorité sur les inquiétudes des Canadiens relativement à leur santé et à leur famille.

Les résultats illustrent que la possibilité de violence au sein de la famille inquiète 8 % des répondants; le pourcentage est plus élevé chez les femmes (10 %) que chez les hommes (6 %).

Les inquiétudes liées à la famille portent aussi sur les tensions dues au confinement. À cet égard, le tiers des répondantes se disent beaucoup ou énormément inquiètes, contre 30 % des hommes.

Quant à la possibilité que du désordre civil survienne dans la collectivité, près de 4 Canadiens sur 10 ont dit qu'ils ressentaient beaucoup ou énormément d'inquiétude à ce chapitre.

Des personnes en tenue de protection travaillent dans le quartier Downtown Eastside, à Vancouver.

Des personnes en tenue de protection travaillent dans le quartier Downtown Eastside, à Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Plus inquiets pour les autres

Par ailleurs, plus du tiers des Canadiens ressentent beaucoup ou énormément d'inquiétude à l'égard des répercussions de la COVID-19 sur leur propre santé, selon les résultats de cette série de sondages menés par Statistique Canada.

Les personnes sondées sont encore plus inquiètes pour les autres que pour elles-mêmes : Plus de la moitié des Canadiens ont déclaré ressentir beaucoup ou énormément d'inquiétude à l'égard de la santé d'un membre de leur ménage.

En outre, 79 % des répondants disent s'inquiéter de la santé de personnes vulnérables. Enfin, 84 % ont dit ressentir beaucoup d'inquiétude quant à la possibilité que la COVID-19 engorge le système de santé.

Alcool et malbouffe

La grande majorité des Canadiens, soit 9 répondants sur 10, affirment suivre les directives de la santé publique : tant les hommes que les femmes disent qu'ils restent à la maison, se distancient des autres lors de sorties en public et évitent les rassemblements.

De plus, 92 % des répondants disent se laver les mains plus souvent et 70 % évitent de se toucher le visage.

Au sujet de la manière dont ils occupent leur temps en cette période de confinement obligatoire, les répondants âgés de 15 à 49 ans étaient plus susceptibles que leurs aînés de regarder la télévision (66 %) ou de fureter sur Internet (75 %).

Les Canadiens de 15 à 49 ans disent avoir passé plus de temps que les plus âgés à jouer à des jeux vidéo ou à des jeux de société. Ils ont aussi augmenté leur consommation de malbouffe et d'alcool, respectivement dans une proportion de 37 % et de presque 20 %.

Leur consommation de cannabis s'est aussi accrue de 9,6 %, si on en croit les réponses fournies à Statistique Canada.

S'informer en temps de pandémie

Quand vient le temps de s'informer sur la situation de la COVID-19, plus de la moitié des Canadiens disent s'en remettre aux médias d'information. Les 50 ans et plus le font dans une proportion de 56 %, contre 47 % pour les moins de 50 ans.

Pour environ 3 Canadiens sur 10, et ce, peu importe l'âge, les principales sources d'information sur la COVID-19 étaient les organismes de santé publique ainsi que les déclarations quotidiennes des responsables de la santé publique et des dirigeants fédéraux et provinciaux.

Des résultats représentatifs

À noter qu'un panel de Canadiens a répondu à de courtes enquêtes en ligne pour cette série d'enquêtes sur les perspectives canadiennes.

Celle-ci a fait appel à un panel probabiliste fondé sur l'Enquête sur la population active (EPA) et elle est par conséquent représentative de l'ensemble de la population. Les sondages ont été menés du 29 mars au 3 avril auprès de plus de 4600 répondants.

Statistique Canada affirme que l'objectif est de bien comprendre les besoins des collectivités afin de mettre en place des mesures de soutien appropriées pendant et après la pandémie de COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société