•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Organigram met à pied 400 travailleurs à Moncton

Deux travailleurs portant des combinaisons de protection examinent dans plants de cannabis dans une grande salle qui en contient des milliers.

Le producteur de cannabis Organigram à Moncton a mis à pied près de la moitié de ses employés.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le producteur de cannabis Organigram annonce la mise à pied de 400 travailleurs, soit environ 45 % de sa main-d’oeuvre, en raison de la pandémie.

Aucun représentant d’Organigram n'était disponible pour une entrevue, mais l’entreprise explique dans un communiqué qu’elle a proposé un licenciement volontaire à certains employés dans le but de limiter la propagation de la COVID-19.

La situation ces temps-ci est éprouvante et sans précédent, explique le PDG d’Organigram, Greg Engel. L’entreprise, dit-il, doit prendre des décisions qui servent les intérêts des employés et qui favorisent la rentabilité à long terme.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Les actions des producteurs de cannabis ont gagné de la valeur au début parce que plusieurs investisseurs espéraient que l’industrie améliore ses résultats étant donné que les gens sont confinés à domicile et ont plus l’occasion de consommer ces produits, indique un expert-conseil du Retail Advisors Network à Toronto, Bruce Winder.

Mais le gouvernement de l’Ontario a récemment annoncé que les magasins de cannabis dans la province ne sont pas essentiels et qu’ils devaient fermer, ce qui a réduit la demande pour les produits récréatifs, explique M. Winder.

Greg Engel interviewé dans une salle de conférence

Greg Engel, président-directeur général d'Organigram, affirme dans un communiqué que l'entreprise peut toujours répondre à la demande des consommateurs à court terme.

Photo : Radio-Canada

Bruce Winder dit croire qu’Organigram, comme d’autres producteurs, a dû mettre à pied des travailleurs pour protéger les autres employés.

Même avant l’arrivée de la COVID-19 dans le pays, l’industrie du cannabis faisait face à des vents contraires en matière de prix, de variété et de qualité des produits, affirme M. Winder.

Organigram fait partie des milliers d’entreprises au pays qui ont temporairement réduit leur main-d’oeuvre pour protéger leurs employés de la pandémie et réduire leurs coûts de fonctionnement dans un contexte de diminution de la demande pour leurs produits, estime Bruce Winder.

Espoir de relance après la crise

Dans son communiqué, Organigram dit pouvoir répondre à la demande actuelle avec ses employés toujours en poste à la production et à l’empaquetage des produits.

Des paiements forfaitaires seront versés aux employés mis à pied pour les aider en attendant qu’ils bénéficient des programmes d’aide gouvernementale, souligne Organigram.

Bruce Winder interviewé

L’industrie du cannabis a subi un coup dur quand l'Ontario a ordonné la fermeture des détaillants de ces produits, explique l’expert-conseil en matière de commerce de détail, Bruce Winder.

Photo : CBC

Bruce Winder dit croire que les affaires des plus grands producteurs de cannabis au pays, y compris Organigram, vont se rétablir après la pandémie parce que leurs marques de commerce et leur clientèle sont établies.

De petits producteurs risquent toutefois de ne pas survivre à la crise, ce qui mènerait à une consolidation de l’industrie, selon lui.

Organigram a commencé à réduire sa main-d’oeuvre le 24 mars.

L’entreprise continue d’observer l’évolution de la situation et elle compte prendre les décisions nécessaires, de son mieux, pour la sécurité de ses employés et l’avenir de ses affaires dans les circonstances, ajoute Greg Engel.

Avec les renseignements de Kate Letterick, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !