•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les enseignants du Nunavut invités à regagner les salles de classe

Les autorités espèrent répondre aux besoins des élèves qui n’ont pas accès à une connexion Internet ou à un ordinateur à la maison.

Une école en hiver devant le soleil.

Les enseignants du Nunavut avaient la possibilité de regagner leurs salles de classe dès mardi pour préparer des trousses d'apprentissage pour leurs élèves.

Photo : Google Maps

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Nunavut invite les enseignants du territoire à retourner dans les écoles pour préparer des trousses d’apprentissage pour leurs élèves.

Les enseignants avaient la possibilité de regagner leurs salles de classe dès mardi, mais le ministre de l’Éducation, David Joanasie, a précisé en point de presse que ce n’était pas obligatoire.

« Ce retour en classe volontaire s’applique seulement aux enseignants et non pas aux élèves. »

— Une citation de  David Joanasie, ministre de l'Éducation du Nunavut

L’objectif du ministère est de fournir des ressources pédagogiques imprimées plutôt que virtuelles pour répondre aux besoins des élèves qui n’ont pas accès à un ordinateur ou à Internet.

Selon les autorités, un groupe de travail informera sous peu les enseignants des domaines à insérer dans les trousses d'apprentissages, en fonction du niveau scolaire.

Récemment, le gouvernement a mis sur pied une ressource en ligne (Nouvelle fenêtre) pour faciliter l’apprentissage à la maison pour les plus jeunes élèves. Le site web offre des outils linguistiques, des livres numériques et des outils sur la gestion du stress et la santé mentale.

Par ailleurs, le ministre Joanasie a annoncé que les élèves de 12e année n’auront pas à se soumettre aux examens de fin d’année qui ont habituellement lieu au mois de juin. L’obtention de leur diplôme dépendra de leurs résultats cumulés jusqu’à la suspension de leurs cours.

Des enseignants partis dans le Sud

Les écoles et les garderies du territoire sont fermées depuis le 17 mars et doivent rouvrir leurs portes le 21 avril. Pour le moment, le gouvernement du Nunavut n'a pas l’intention d'annuler les classes pour le reste de l’année scolaire, comme l’ont décidé les gouvernements du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest.

À la suite de la fermeture provisoire des écoles, plusieurs enseignants ont cependant quitté le territoire en direction du sud du pays pour retrouver des membres de leur famille.

« Le gouvernement avait pourtant recommandé d’éviter tout voyage non essentiel quand la fermeture des écoles a été annoncée, a souligné le ministre David Joanasie. Mais nous sommes en train d’évaluer comment nous allons procéder pour les enseignants qui ont quitté le territoire. »

Un politicien fait une allocution.

Le ministre territorial de l'Éducation, David Joanasie, affirme que la priorité est de répondre aux besoins de tous les élèves, particulièrement ceux qui n'ont pas accès à un ordinateur ou à une connexion Internet.

Photo : CBC / Beth Brown

À l’heure actuelle, les travailleurs essentiels et les habitants du Nunavut qui sont à l’extérieur du Nunavut, mais qui souhaitent y revenir, doivent toujours se soumettre au préalable à un isolement de 14 jours dans des hôtels choisis par le gouvernement territorial à Ottawa, à Winnipeg, à Edmonton ou à Yellowknife.

Les enseignants ne pourront pas contourner l’obligation de s’auto-isoler pendant 14 jours [dans le Sud], a dit le médecin hygiéniste en chef du territoire, Michael Patterson.

En point de presse, le gouvernement n’a pas donné plus de détails sur la manière dont seraient préparées les trousses d’apprentissages dans les cas où les enseignants refuseraient de retourner dans leurs salles de classe.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !