•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la courbe de progression de l’Alberta similaire à celle de la Corée du Sud

Le premier ministre albertain Jason Kenney lors de son allocution.

Le premier ministre albertain Jason Kenney s'est adressé aux Albertains mardi pour leur faire part des projections du gouvernement par rapport à la pandémie de COVID-19.

Photo : Radio-Canada

La courbe de progression de l’Alberta s’apparente à celle des pays qui ont réussi à contrôler la propagation du virus comme la Corée du Sud, explique le premier ministre Jason Kenney dans son allocution aux Albertains. Le scénario le plus probable établi par la province prévoit que celle-ci atteindra son pic d’infection à la mi-mai.

La province pourrait compter jusqu’à 800 000 cas de la COVID-19 et de 400 à 3100 morts d’ici la fin de l’été, selon les projections établies par le gouvernement.

Un scénario plus grave, mais moins probable, prévoit quant à lui un pic des infections au début du mois de mai avec jusqu’à 1 million de cas de la maladie et entre 500 et 6600 décès.

Je sais que ces chiffres peuvent être accablants, mais tout n’est pas encore joué. Je veux que les Albertains les voient comme un défi à relever, probablement le plus grand défi de notre génération, a déclaré le premier ministre Jason Kenney.

Ces chiffres ne sont pas inévitables. La quantité d’infections, de décès et l’impact sur notre système de santé dépendent de nous et de nos choix, a-t-il ajouté.

Les mesures de santé publique et de distanciation sociales prises par le gouvernement depuis le début de la crise fonctionnent, a ajouté Jason Kenney. Sans elles, l’Alberta pourrait compter jusqu’à 1,6 million de cas d’infections et 32 000 décès, affirme le premier ministre.

Jason Kenney affirme d’ailleurs que le système de santé albertain dispose d’un stock de matériel médical suffisant pour faire face à la crise.

La province arrive deuxième (après le Québec) pour ce qui est du nombre de cas par habitant, mais fait partie des endroits dans le monde qui effectuent le plus de tests de dépistage, selon le premier ministre. Pour le moment, l’Alberta présente également un taux d’hospitalisation moins élevé que l’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique.

Préparer l’après COVID-19

Le gouvernement prévoit maintenir les ordonnances de santé publique seraient en place au minimum jusqu’à la fin du mois de mai. Les mesures de distanciation sociales elles, devront probablement être maintenues jusqu’à la fin du mois de mai.

Rectificatif

Une version précédente de ce texte déclarait que les ordonnances de santé publique seraient en place au minimum jusqu'à la fin du mois d'avril, alors que c'est la fin du mois de mai.

Le gouvernement se prépare d’ailleurs à mettre sur pied un plan de relance économique dès que les mesures de distanciation sociale pourront être détendues.

Nous allons prendre exemple sur les pays comme Taiwan, Singapour et la Corée du Sud, qui ont réussi à maintenir le fonctionnement de leurs économies tout en maintenant un niveau de contamination bas, explique Jason Kenney.

La stratégie comprendra un système de dépistage de masse allant jusqu’à 20 000 tests par jour, un contrôle frontalier accru, des mesures pour s’assurer du respect des ordres de quarantaine telles que l'utilisation de la géolocalisation au besoin et l’utilisation de masques dans les endroits publics.

La cheffe de l’opposition officielle Rachel Notley a quant à elle sommé le gouvernement de Jason Kenney de s’attaquer au problème de personnel auquel font face les résidences pour personnes âgées de la province et de s’assurer que les travailleurs de première ligne aient le matériel de protection nécessaire pour garantir leur sécurité.

Ils n’ont pas encore ce qu’il faut et nous ne pouvons nous attendre à ce qu’ils s’occupent de nous si nous ne nous occupons pas d’eux, a-t-elle déclaré en conférence de presse.

Une relance économique plus difficile pour l'Alberta

La reprise économique de l’Alberta pourrait être plus longue que pour les autres provinces étant donné sa dépendance aux énergies fossiles, a noté le premier ministre.

Il se pourrait fort bien qu’étant donnée la surproduction de pétrole dans le monde, le prix de notre pétrole atteigne des valeurs négatives, avertit Jason Kenney, qui s’attend cependant à une reprise économique globale d’ici la fin de l’année 2020.

Le déficit budgétaire de la province pourrait tripler cette année et atteindre 20 milliards de dollars, soutient-il.

Pour faire face à ces défis économiques, le premier ministre a annoncé la création d’un conseil de relance économique (Economic Recovery Council) et a souligné l’importance de la solidarité.

Nous avons des institutions solides et une culture de la résilience, mais surtout, nous pouvons compter les uns sur les autres, conclut Jason Kenney.

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale