•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huawei fait de discrets dons de masques au Canada

Le géant chinois est au coeur d'un conflit diplomatique opposant le Canada et la Chine.

Des personnes marchent devant un panneau lumineux montrant le logo de Huawei.

Huawei est au coeur d'un conflit diplomatique entre le Canada et la Chine.

Photo : Reuters / Aly Song

Alors que la course aux masques se poursuit dans le monde pour faire face à la pandémie, le géant chinois des télécommunications Huawei donne discrètement des équipements médicaux au Canada.

L'entreprise a déjà acheminé plus d’un million de masques, 30 000 paires de lunettes et 50 000 paires de gants, selon une source confidentielle du Globe and Mail.

Nous voulons simplement aider. De nombreuses entreprises font des efforts similaires et nous avons la chance d’être technologiquement et financièrement en mesure d’aider la population canadienne, explique dans un courriel Sabrina Chartrand, représentante en chef de Huawei au Québec.

En tant que multinationale, nous opérons dans plus de 170 pays, nous sommes donc en mesure de localiser et d’accéder à notre approvisionnement. Ainsi, notre envergure et nos capacités logistiques nous permettent d’aider plus rapidement durant la crise, ajoute-t-elle.

La semaine dernière, des centaines de milliers de masques (N95 et non médicaux) ont notamment été acheminés de la Chine au gouvernement de la Colombie-Britannique par l’entremise de Huawei.

En entrevue au réseau Postmedia, le ministre de la Santé de cette province n’a pas voulu aborder cette question. Nous ne partageons pas d’informations à propos de nos fournisseurs, a dit le ministre Adrian Dix.

Est-ce que d’autres provinces, dont le Québec, ont reçu une telle offre de Huawei? Notre but n’est pas de faire de la publicité, mais bien d’aider au meilleur de nos capacités, s’est limité à dire la porte-parole de l'entreprise qui ne fabrique aucun équipement médical.

L’affaire Meng Wanzhou

Huawei est au coeur d'un conflit diplomatique opposant le Canada et la Chine.

En décembre 2018, la directrice financière de l’entreprise, Meng Wanzhou, a été arrêtée à Vancouver à la demande des États-Unis, qui réclament son extradition pour la citer à procès. Quelques jours plus tard, deux Canadiens ont été jetés en prison en Chine.

La femme d’affaires est accusée par les États-Unis d’avoir menti sur les liens unissant Huawei à sa filiale SkyCom, qui faisait des affaires en Iran. Cela contreviendrait aux sanctions imposées à l’Iran par les États-Unis.

L’audition d’extradition de Meng Wanzhou a débuté en janvier à la Cour suprême de la Colombie-Britannique.

Pas d’impact politique, dit Trudeau

Nous sommes très contents de recevoir des dons d’entreprises canadiennes et étrangères pourvu que l’équipement respecte les normes canadiennes, a dit le premier ministre Justin Trudeau en conférence de presse, mardi.

Le don de masques n’aura toutefois pas d’impact politique, assure-t-il. Ça n’affectera pas nos décisions sur d’autres enjeux.

Numéro deux mondial du téléphone cellulaire, Huawai emploie 1200 personnes au Canada. L’entreprise est considérée comme le leader mondial des équipements 5G, la cinquième génération de l'Internet mobile.

Son président Eric Li et trois consultants sont actuellement inscrits au registre des lobbyistes du Canada.

Liste noire

L'année 2019 a été difficile pour l'entreprise chinoise qui a été mise sur une liste noire par l'administration Trump, ce qui empêchait les entreprises américaines de lui vendre des équipements.

Washington redoute que les futurs réseaux mondiaux soient contrôlés, par l'entremise de Huawei, par le régime communiste chinois.

Les États-Unis, tout comme l’Australie, ont décidé d’écarter complètement Huawei de la création de leur réseau 5G.

L'administration Trump fait aussi pression sur ses alliés pour les convaincre de cesser leur coopération avec l'entreprise.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !