•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Mafiaboy, pirate informatique

Pascale Nadeau à son pupitre de présentatrice avec une mortaise illustrant une cyberattaque.

La présentatrice Pascale Nadeau annonce l'arrestation de Mafiaboy aux nouvelles du 19 avril 2000.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Vous souvenez-vous de l’affaire Mafiaboy? Il y a 20 ans, ce jeune pirate informatique montréalais était arrêté à son domicile de L’Île-Bizard. Les accusations portées contre lui : méfaits et déni de données électroniques.

Le samedi 15 avril 2000, les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) arrêtent en banlieue de Montréal le pirate informatique de 15 ans qui se cache sous le pseudonyme de Mafiaboy.

Du 7 au 14 février, l'adolescent a paralysé pendant des heures CNN.com et une dizaine de sites web américains, dont Yahoo!, eBay et Amazon.

Pour réussir son grand coup et ainsi impressionner une communauté de pirates, Mafiaboy a inondé ces sites de requêtes simultanées à l’aide de logiciels obtenus illégalement.

Dans les jours qui ont suivi, Mafiaboy s'est vanté de ses exploits à des amis, allant même jusqu’à dire que le FBI ne le retracerait jamais.

Or, le FBI a déjà remonté la piste à Montréal et a demandé l’assistance de la GRC. Les conversations téléphoniques de Mafiaboy sont sous écoute électronique.

C'est l’orgueil qui aura coulé le pirate dans cette affaire.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Montréal ce soir, 19 avril 2000

L’arrestation de Mafiaboy est annoncée au bulletin de nouvelles Montréal ce soir du 19 avril 2000.

Dans son reportage, le journaliste Alexandre Dumas donne les détails du méfait de Mafiaboy qui a paralysé des sites de commerce électronique sans toutefois commettre de fraude ni détourner de l’information.

« Bien que cela puisse sembler banal, la GRC et le FBI considèrent que ce type de criminalité ne doit pas demeurer impuni », souligne le journaliste.

Le pirate informatique mineur risque deux ans de prison et 1000 $ d’amende. D’autres accusations pourraient aussi être portées contre lui.

En attendant l'ouverture de son procès, Mafiaboy n'a pas le droit d'utiliser un ordinateur.

À Washington, la procureure générale Janet Reno demande aux tribunaux de punir sévèrement Mafiaboy. Elle estime que les entreprises touchées ont perdu plusieurs centaines de millions de dollars.

S'il était jugé aux États-Unis, où se trouvent les victimes du piratage, Mafiaboy serait passible d'une peine de 10 années de réclusion.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Montréal ce soir, 19 avril 2000

L’arrestation de Mafiaboy porte sous les projecteurs le phénomène du piratage informatique.

Le journaliste Claude Frigon s’entretient au sujet de cette nouvelle forme de crime avec le spécialiste du web Jean-Hugues Roy dans un second reportage au Montréal ce soir du 19 avril 2000.

L’animateur de l’émission Branché explique que de plus en plus de jeunes s’adonnent au « cybervandalisme » qui ne demande pas toujours de grandes connaissances informatiques. Il existe ainsi plusieurs niveaux de piratage.

Les policiers du SPCUM en ont d’ailleurs plein les bras. Leur petite équipe de six personnes a traité 700 dossiers dans l’année, soit le double de l’année 1998.

Un policier du module des crimes technologiques soutient qu’il ne s’agit que de la pointe de l’iceberg.

Il existe une loi du silence chez les victimes de piraterie informatique, souvent de grandes compagnies ou institutions financières.

Tout le monde se tait bien entendu pour ne pas perdre la réputation et puis ça cause un faux sentiment de sécurité actuellement.

Le policier Jacques Viau

Les entreprises se demandent à présent pourquoi elles ont tant investi pour prévenir le bogue de l’an 2000 et non pour se protéger d’éventuelles cyberattaques.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Montréal ce soir, 18 janvier 2001

Le 18 janvier 2001, Mafiaboy plaide coupable de 57 des 67 chefs d'accusation qui pèsent contre lui, évitant ainsi un long et coûteux procès à haute teneur technique.

Au Montréal ce soir, la journaliste Isabelle Richer explique que le jeune pirate informatique a décidé de reconnaître sa culpabilité afin d’en finir avec cet épisode et de reprendre une vie normale au plus vite.

Il veut poursuivre ses études en informatique puisqu'il a démontré un certain talent dans le domaine, ajoute la journaliste dans son reportage.

Le 12 septembre suivant, Mafiaboy sera condamné à huit mois de détention dans un centre pour jeunes contrevenants après quoi il pourra utiliser un ordinateur et accéder au web.

Jusqu'en juin 2004, il lui sera aussi interdit de monnayer son histoire ou d'être interviewé par les médias.

Encore plus de nos archives

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !