•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID 19 : la première ministre des T.-N.-O. assume plus de pouvoirs

La première ministre Caroline Cochrane en conférence de presse.

Caroline Cochrane est la première ministre des Territoires du Nord-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest, Caroline Cochrane, a annoncé mardi matin qu’elle prendrait en charge le ministère des Affaires municipales et communautaires afin « d’assumer un rôle plus concret » pour répondre à la pandémie de la COVID-19.

Elle espère aussi une meilleure communication avec les collectivités et les groupes autochtones du territoire.

Dans un communiqué, la première ministre a indiqué que c’était une façon pour elle de mieux appliquer la Loi sur la gestion des mesures d’urgence qui découle du ministère des Affaires municipales et communautaires.

En tant que chef, j’estime avoir la responsabilité d’assumer un rôle plus concret dans la gestion de l’équipe du Cabinet, et de diriger la réponse du gouvernement en dirigeant personnellement l’Organisation de gestion des urgences, écrit la première ministre.

L'ancienne ministre des Affaires municipales et communautaires, Paulie Chinna, demeurera ministre responsable de la Société d’habitation des Territoires du Nord-Ouest et de l’Itinérance.

« La ministre Chinna continue de jouer un rôle essentiel en contribuant à la réponse globale du gouvernement face à la COVID-19, aux côtés de tous les autres ministres, écrit la première ministre. Je les remercie tous pour leur dévouement et pour les efforts accomplis dans la gestion de leurs ministères respectifs. »

5 ministres entourent la première ministre.

La première ministre des Territoires du Nord-Ouest et les membres de son conseil exécutif. Le ministre R.J. Simpson était absent.

Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Plus tard en conférence de presse, la première ministre a assuré que cette décision n’avait pas été prise parce qu'elle est insatisfaite du travail de sa ministre Paulie Chinna.

Caroline Cochrane a tout de même rappelé que son Conseil exécutif n’a que quelques mois d’expérience et qu’elle est la seule membre du cabinet à y avoir siégé avant les élections d’octobre 2019. 

C’est logique que cette responsabilité devienne celle de la première ministre, à cause de mon expérience, à cause de la dynamique de notre gouvernement et parce qu'il s'agit d’une pandémie mondiale.

Caroline Cochrane, première ministre des Territoires du Nord-Ouest

« Nous devons mieux communiquer »

Au cours des dernières semaines, différents leaders des collectivités du territoire ont critiqué la politique du gouvernement de ne pas identifier une collectivité aux prises avec un cas de la COVID-19, même si la réponse de la première ministre à ce sujet a toujours été claire et reste la même.  

« Je sais que des dirigeants d’un peu partout ne sont pas d’accord avec cette approche, mais je dois dire que même moi je n’ai pas accès aux informations à propos de qui a la COVID-19 et dans quelle communauté, dit-elle. [Ces informations sont réservées au Bureau de la médecin hygiéniste en chef], je respecte ça en tant qu’individu et en tant que première ministre. »

Certaines collectivités, comme Tuktoyaktuk ou Fort Resolution, ont aussi érigé des barrages routiers pour éviter les visiteurs chez eux. Une pratique qui va à l’encontre des démarches du gouvernement territorial, selon sa première ministre qui estime que les barrages routiers ne sont pas la solution. 

« Je reconnais que les gens et les communautés ont peur, tout le monde a peur, mais nous ne pouvons pas prendre de décisions basées sur la peur […], dit-elle. Il y a plein de choses que les gens peuvent faire pour contrer la propagation de la COVID-19 chez eux, un point de contrôle à l’entrée de votre collectivité n'empêchera pas la COVID-19 de vous atteindre. »

Un homme qui porte un masque chirurgical est debout dans sa camionnette lors d'un contrôle routier le long d'une route enneigée.

Un contrôle routier près de Fort Resolution, dans les Territoires du Nord-Ouest, afin de ralentir la propagation du coronavirus.

Photo : Première Nation Deninu K'ue/Facebook

Caroline Cochrane a expliqué qu’elle ne comptait pas démanteler les barricades pour l’instant, mais qu’elle espérait pouvoir bientôt en discuter avec les leaders de ces collectivités. 

Questionnée à savoir s’il y avait un problème de communication entre le gouvernement et ses collectivités qui prennent des mesures à l’encontre de son gouvernement, la première ministre a admis qu’il y avait peut-être eu un manque de communication au début de la pandémie. 

« Nous devons mieux communiquer et mieux répondre aux craintes des gens, dit-elle. Nous avons augmenté notre communication, ça a été une priorité au cours des dernières semaines, nous rencontrons régulièrement nos dirigeants municipaux et autochtones et en avançant nous voulons travailler ensemble. »

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !