•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : l’industrie du transport tente de se maintenir à flot

Un semi-remorque sur un autoroute au milieu des prairies.

Les camions de transport de marchandises continuent de rouler.

Photo : Radio-Canada / Emilie Dessureault-Paquette

Radio-Canada

Déclarés travailleurs essentiels, les camionneurs continuent de rouler pendant la pandémie pour acheminer les produits nécessaires à travers l’Amérique du Nord. Les acteurs de l’industrie redoutent cependant les fortes perturbations qui se profilent à l'horizon.

Les énormes camions et leurs longues remorques circulent toujours à Winnipeg comme dans le reste du Manitoba. Depuis le début de la pandémie, les chauffeurs routiers sont sur le pont.

D’un bout à l’autre du pays, ils parcourent des milliers de kilomètres pour acheminer les aliments nécessaires et les produits hygiéniques.

Le travail n’a pas trop changé, explique Jérôme Leclercq, chauffeur routier à son compte, sous contrat avec l’entreprise Bison Transport.

Ce dernier parcourt en moyenne 1000 kilomètres par jour, entre le Canada et les États-Unis. Depuis le début de la pandémie, son activité n’a pas baissé.

Le plus gros changement, c’est que l’on voit moins de monde sur la route, c’est un peu mieux, note le routier, à l’arrêt en Ontario.

Comme les 3000 employés de Bison Transport, tous corps de métier confondus, continue d’assurer sa mission. Mais pour combien de temps encore?

Beaucoup d'incertitudes

Selon le chef d’exploitation de l’entreprise, Trevor Fridfinnson, il est difficile de répondre à cette question.

Plus rien n’est comme avant. Notre mission en ce moment est de faire en sorte de garder notre flotte et notre réseau en marche le mieux possible, sans savoir de quoi demain sera fait.

Trevor Fridfinnson, chef d’exploitation, Bison Transport

Bison Transport a déjà connu plusieurs phases depuis le début de l’épidémie. Les premières semaines ont été intenses.

La plupart de ses clients qui ont besoin des produits alimentaires et d’hygiène ont vu leurs tablettes vidées par des consommateurs qui se précipitaient sur les produits. Il fallait faire vite pour les réapprovisionner.

Mais il y a d’autres clients pour qui les choses ont beaucoup ralenti et se sont même arrêtées, remarque Trevor Fridfinnson.

Certaines remorques doivent maintenant effectuer des voyages à vide, car il n’est pas aussi facile de trouver le juste milieu pour les trajets à l'aller et au retour. L’impact financier des trajets à vide n’a pas encore été chiffré.

Nous avons été capables de garder un certain niveau d’activité, mais nous nous inquiétons de savoir de quoi l'avenir sera fait, et si les besoins vont changer de manière radicale, dit le M. Fridfinnson.

Maintenir l'activité, un défi

C’est aussi ce que redoute le directeur général de l’Association du camionnage du Manitoba, Terry Shaw.

La chaîne d’approvisionnement s’érode. Il y a beaucoup d’incertitudes, confirme-t-il. Il y a des entreprises qui sont un peu plus occupées que d’habitude, mais d’autres qui pensent à licencier des employés.

En attendant de voir comment se profile l'avenir, l’Association soutient ses 3000 membres pour limiter les dégâts, mais aussi mettre les informations à la disposition des camionneurs afin qu’ils restent en sécurité et qu’ils trouvent tout au long de la route, les services dont ils ont besoin.

Association soutient ses 3000 membres pour limiter les dégâts, mais aussi mettre les informations à la disposition des camionneurs afin qu’ils restent en sécurité et qu’ils trouvent tout au long de la route les services dont ils ont besoin.

Ce brouillard d’incertitudes est tout de même traversé par un rayon de soleil, selon les différents acteurs de l’industrie du transport : celui de la reconnaissance envers leur métier, souvent moins bien considéré en temps normal.

Cette crise permet de mettre en lumière à quel point le transport est essentiel pour maintenir un bon niveau de vie.

Terry Shaw, directeur général de l’Association du camionnage du Manitoba

Et ce n’est pas le camionneur Jérôme Leclercq qui le contredira : Que ce soit la COVID-19 ou une tempête de neige, on assure le service.

#Thankatrucker

Encouragement et soutien sont aussi appréciés des professionnels de la route. L’Alliance du camionnage canadienne, dont l’Association du camionnage du Manitoba est membre, a lancé une initiative sur les réseaux sociaux au cours du mois de mars, pour apporter un peu de réconfort à ceux qui passent de longues heures sur la route.

Elle encourage le public à publier des mots de soutien avec l’aide du mot-clic #thankatrucker (Remerciez un camionneur) sur les réseaux sociaux, afin de répandre des messages positifs.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !