•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police disperse une manifestation spontanée chez les Tosh de Boisbriand

La tension monte à l'approche de la Pâque juive, une fête de la plus haute importance pour les hassidim.

Un point de contrôle, la nuit.

La communauté juive hassidique de Boisbriand est confinée depuis le 29 mars dernier.

Photo : Radio-Canada / Alain Béland

La Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville a dû intervenir tard lundi soir pour disperser 200 membres de la communauté juive hassidique de Boisbriand, qui est pourtant en confinement obligatoire depuis le 29 mars dernier.

On ne rapporte pas d'arrestation et les agitations ont pris fin dans le calme, selon ce que relatait la police mardi matin.

L'ordonnance de la Direction de santé publique des Laurentides fait en sorte que la communauté Tosh doit être isolée pour une période de 14 jours à cause de la présence de plusieurs cas positifs à la COVID-19.

Le service de police collabore avec des dirigeants locaux pour contrôler en tout temps les entrées et sorties. Une barrière a même été installée à l'intersection de l'avenue Moishe et du chemin de la Rivière-Cachée.

Or, lundi soir, le conducteur d'un camion qui disait transporter des biens alimentaires a voulu entrer dans le secteur circonscrit même s'il ne figurait pas parmi les 70 personnes autorisées sur la liste établie conjointement par la Régie de police et les leaders de la communauté. L'accès lui a donc été interdit.

Selon la police, ce refus a provoqué une manifestation spontanée : environ 200 membres de la communauté sont sortis de leur résidence pour manifester leur mécontentement en s'avançant vers les policiers.

Pendant ce temps, des véhicules faisaient aussi jouer de la musique à tue-tête « pour causer du désordre », selon le récit du porte-parole de la Régie de police, Éric Huard.

Les policiers ont réagi en ordonnant aux citoyens de respecter la distanciation physique entre eux, dit-il, après quoi plusieurs échanges avec des responsables de la communauté ont permis de résorber la situation sans que le camion puisse entrer dans le secteur délimité.

La tension monte à Boisbriand à l'approche de la Pâque juive, une fête de la plus haute importance pour les hassidim.

Aussi, d'autres discussions sont prévues mardi avec les leaders de la communauté, la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville et des représentants de la Santé publique et de la Ville de Boisbriand.

Ces échanges, espèrent les autorités, déboucheront sur la collaboration de tous les membres de la communauté.

Cela dit, la Régie de police poursuit son enquête concernant les événements de lundi soir et il n'est pas exclu que des constats d'infraction généraux soient distribués aux membres de la communauté qui n'ont pas respecté les règles de distanciation physique, a expliqué l'agent Huard à Radio-Canada.

Avec les informations de La Presse canadienne

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Coronavirus

Justice et faits divers