•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dans l'attente des scénarios de Québec

Les projections seront dévoilées à 15 h 30 lors d'une séance de breffage technique qui se tiendra à huis clos, en l'absence de François Legault et du Dr Horacio Arruda.

Un patient descend d'une ambulance avant d'entrer à l'hôpital.

Arrivée de nouveaux patients à l’Hôpital Notre-Dame à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Québec dévoilera cet après-midi ses projections de l’évolution possible de la COVID-19, malgré l'opposition abondamment exprimée par le directeur national de santé publique, le Dr Horacio Arruda.

Les scénarios, très attendus par la population, ne seront toutefois pas divulgués lors de la conférence de presse quotidienne que le premier ministre François Legault donne en compagnie du Dr Arruda.

Ils seront plutôt présentés à 15 h 30 lors d'une séance de breffage technique à huis clos à laquelle seuls les correspondants parlementaires pourront assister.

La séance, offerte par des experts de la direction nationale de la santé publique, ne sera pas diffusée au public, et ni le premier ministre ni le Dr Arruda ne seront présents pour l'occasion.

Elle sera suivie à 16 h 15 d'une conférence de presse de l'adjoint du Dr Arruda, Richard Massé, et du sous-ministre de la Santé et des Services sociaux, Yvan Gendron.

Personne ne sait avec exactitude quels scénarios seront dévoilés. Le premier ministre François Legault a indiqué la semaine dernière qu’il y en aurait probablement « quelques-uns ».

Il devrait s’agir d’un portrait des résultats qu’on anticipe dans les semaines et les mois à venir, qui comprendra une fourchette du nombre de morts prévus, a-t-il dit, en rappelant qu’il ne s’agissait pas là d’une science exacte.

Je pense que si on veut se comparer, faut se comparer à des pays qui ont des grandes villes, comme Montréal, comme Toronto, a-t-il aussi précisé lundi lors de sa conférence de presse quotidienne.

Vous allez voir les scénarios [mardi], pour moi ce qui est important ce sont les hospitalisations et les décès.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

Si on ne le fait pas, vous allez nous tuer, se plaint le Dr Arruda

Assis à ses côtés, le Dr Arruda n'a pas hésité à dire que la science aide les décideurs à prendre des décisions éclairées, mais n’a pas fait de mystère qu’il s’oppose toujours à la diffusion de scénarios.

Les projections ne sont que des estimations basées sur des données forcément imparfaites et les experts ne s’entendent pas sur ce qu’elles devraient inclure, fait-il valoir.

Elles ne seront donc d'ailleurs divulguées que pour satisfaire l’appétit des journalistes.

Les gens me disent : "annonce rien Horacio, on va te couper la tête si jamais t’as pas le bon chiffre". […] Le mieux, si je pouvais le dire à mes experts, ce serait de vous dire : "on ne vous dira rien avant encore une semaine". Là, si on vous dit ça, vous allez nous tuer, ça fait qu’on va vous donner des éléments importants.

Une citation de :Dr Horacio Arruda, directeur national de santé publique du Québec

Probablement qu’en avançant aussi, avec cinq jours de plus, le confort de mes épidémiologistes et de mes modélisateurs, qui s’obstinent entre eux autres sur la bonne affaire, va être plus grand, a-t-il ajouté.

Le Dr Arruda a insisté pour dire que les experts qu’il consulte ne veulent pas s’avancer au-delà du 30 avril dans leurs projections. Je vais être obligé de dessiner la courbe moi-même parce qu’ils ne veulent pas le faire, et je les comprends, a-t-il illustré.

Assis à ses côtés, le premier ministre Legault n’a pas paru trop ébranlé par les réserves de son directeur national de santé publique.

C’est l’équipe du Dr Arruda qui va faire les scénarios. Moi, mon seul travail, c’est de les pousser pour que toute l'info soit là, même celle qui n’est pas facile à donner parce qu’il y a beaucoup d’incertitude, a-t-il fait valoir.

Jusqu'à maintenant, seule la province de l'Ontario a révélé ses projections à la population. Des modèles présentés vendredi dernier faisaient état de 80 000 cas et de 1600 morts d'ici la fin du mois d'avril.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !