•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

3 employés d'épiceries IGA de l’Outaouais déclarés positifs à la COVID-19

L'enseigne IGA en gros plan.

La direction du groupe Sobeys, qui possède les magasins IGA, a confirmé que trois cas de COVID-19 ont été recensés chez des employés de l'Outaouais.

Radio-Canada

Le groupe Sobeys, qui possède les enseignes IGA, a confirmé que trois employés travaillant dans deux magasins IGA de l’Outaouais, l’un situé à Gatineau et l’autre à Cantley, ont reçu résultat positif après un test de dépistage de la COVID-19.

Sur son site Internet, l'entreprise diffuse les cas de COVID-19 confirmés dans ses différents magasins au pays, en plus de préciser les mesures prises depuis le début de la crise pour protéger les employés et les clients.

On y apprend que le 3 avril, un employé d’un magasin IGA de Gatineau, situé au 1248, boulevard de La Vérendrye, a été déclaré positif à la COVID-19. Le dernier jour travaillé de l’employé était le 22 mars, précise le groupe Sobeys sur son site.

Le 4 avril, ce sont cette fois deux employés d’un magasin IGA de Cantley, situé au 455, montée de la Source, qui ont appris être porteurs du virus. Leur dernier jour de travail était le 30 mars.

Au besoin, nous communiquerons directement avec les clients du magasin concerné en y apposant des affiches qui expliquent les mesures prises pour gérer la situation. Par mesure de précaution, à chaque fois qu’un cas est signalé, nous nettoierons et désinfecterons à fond le magasin concerné, souligne Sobeys sur son site.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Des mesures en place

Selon la porte-parole pour Sobeys IGA, Anne-Hélène Lavoie, un protocole est mis en place en magasin, en plus de celui de la santé publique.

À Gatineau, comme le cas a été officialisé hier, on est en train d’évaluer combien de personnes vont se retirer, indique Mme Lavoie.

La compagnie a choisi de placer en quarantaine 10 employés du IGA de Cantley par précaution, contrairement aux recommandations de la santé publique voulant qu’un seul employé soit retiré.

Des clients rencontrés par Radio-Canada se sont dits peu inquiets de la situation et ont indiqué prendre plus de précautions lorsqu'ils vont faire leur épicerie.

On est exposés n’importe où et, parfois, on ne le sait pas. Quand on le sait, on prend plus de mesures et je pense que c’est rassurant.

Edwing Diaz, client du IGA de Cantley

La moitié des Canadiens évitent les supermarchés

Ce sont 25 magasins IGA du groupe Sobeys qui ont fermé leurs portes au cours des deux derniers jours, selon Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie et directeur du Laboratoire de recherche en sciences analytiques agroalimentaires.

Selon l'expert, la population canadienne est craintive à l’idée de se rendre dans les supermarchés pendant la pandémie.

Il y a plus de la moitié des Canadiens qui évitent le supermarché ou qui veulent éviter le supermarché et ça va être comme ça pour un certain temps.

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie

M. Charlebois affirme que des discussions ont lieu dans l’industrie des supermarchés quant à la possibilité de fermer les succursales au public.

Les services pourraient être offerts à l’extérieur des magasins. Il serait envisagé de mandater un magasin par région pour les commandes en ligne, selon le professeur.

Des employés nerveux d’aller travailler

Même si des mesures sont prises pour réduire le risque de contracter la COVID-19 dans les supermarchés, plusieurs employés ressentent de la nervosité lorsqu’ils vont travailler.

Selon Stéphane Lacasse, directeur des affaires publiques et gouvernementales de l'Association des détaillants en alimentation du Québec, les employeurs font tout pour que les employés se sentent bien en magasin.

On croit que les bonnes mesures sont prises. C’est sûr qu’on demande également aux clients de respecter les directives de la santé publique, indique-t-il.

Lorsque des clients entrent dans un magasin, des employés du commerce leur expliquent les règles à suivre et leur posent quelques questions.

Les fermetures prévues des commerces les dimanches au Québec permettront de répondre aux commandes en ligne ou par téléphone.

Des risques aussi pour les travailleurs des dépanneurs

Mariama Diallo, la propriétaire du dépanneur Épicerie Kesso dans le quartier du Vieux-Hull, à Gatineau, est très inquiète.

On a tout le temps peur. Mais il faut être là, parce qu’on est dans l’alimentation. On est là jusqu'à ce qu’on nous demande de fermer. On est là pour les clients surtout.

Mariama Diallo, propriétaire du dépanneur Épicerie Kesso

En plus de la vitre installée devant la caisse, Mme Diallo porte un masque pour éviter de contracter le virus et de le transmettre à ses clients.

Selon elle, les clients respectent la distance de deux mètres entre eux. Certains portent aussi des masques et des gants.

On est très inquiet, mais on prend les précautions qu’ils ont dit de faire. On se lave les mains chaque fois. On nettoie le matériel avec de l’eau de Javel, souligne-t-elle.

Jihad Charara, le propriétaire du Dépanneur Chénier, dans le quartier du Musée, limite le nombre de clients à quatre à la fois. Il est aussi d’avis que les clients respectent les mesures de précautions mises en place.

Avec les informations de Jérôme Bergeron, Boris Proulx et Denis Babin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus