•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Loyers commerciaux : un propriétaire de Tofino désemparé

L'homme de 68 ans pose devant un bâtiment qu'il possède.

Richard Beaupied est propriétaire à Tofino depuis 1987.

Photo : Richard Beaupied

Dans la ville touristique de Tofino, sur la côte ouest de l'île de Vancouver, Richard Beaupied possède neuf locaux commerciaux. En raison de la crise de la COVID-19, il a consenti à réduire les loyers pour ce mois-ci, mais pour les mois suivants, il appelle le gouvernement à la rescousse.

Richard Beaupied sait faire fonctionner un commerce : pendant de nombreuses années, il a dirigé une entreprise d'observation des baleines à Tofino.

Quand il a cessé son activité, il a loué les locaux à d'autres commerçants pour financer sa retraite. Dans les deux bâtiments qu'il possède, il y a une boutique de souvenirs, un restaurant, une entreprise d'observation de baleines, une école de surf, un chiropraticien ou encore une coiffeuse.

En raison de la fermeture des commerces non essentiels imposés par la Colombie-Britannique pour endiguer la pandémie de COVID-19, certains des locataires de Richard Beaupied ont du mal à payer le loyer du mois d'avril. Il a donc consenti à réduire les loyers au cas par cas.

J'ai demandé s'ils pouvaient payer le plein prix si ça allait, sinon la moitié, explique-t-il. S'ils n'étaient pas capables de payer la moitié, qu'ils me contactent et on peut discuter d'autres façons de procéder.

Richard Beaupied prévient toutefois que cela ne pourra pas durer plusieurs mois. Il a d'importants travaux de maintenance à mener. J'ai fait une nouvelle toiture qui a quand même coûté 17 000 $, dit-il. Une peinture devait être faite au printemps, mais je ne suis pas convaincu qu'on va pouvoir la faire.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le propriétaire salue l'extension de l'assurance-emploi à de nouvelles catégories de travailleurs et la création de la prestation canadienne d'urgence. Il doute, toutefois, que ses locataires soient admissibles, car ils sont à la fois l'employeur et l'employé.

Les petits commerces ont aussi accès à des prêts sans intérêts allant jusqu'à 40 000 $, mais Richard Beaupied se demande comment ils pourront rembourser s'ils n'ont pas de revenus cet été.

On parle de 4 mois avant que les gens puissent retourner en vacances. La saison du tourisme, il n'en restera plus beaucoup.

Richard Beaupied, propriétaire à Tofino

Richard Beaupied souhaiterait que le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial s'intéressent à la situation particulière des propriétaires de bâtiments commerciaux, en offrant éventuellement une aide financière directe aux petits commerces familiaux ou aux propriétaires comme lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Tourisme