•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Dame Nature n'est pas de notre côté » : l'hiver qui s'étire inquiète les fermiers

Un champ en Alberta avec de la neige.

Le gouvernement de l'Alberta estime que 10 % de toutes les cultures de 2019 ont été laissées dans les champs en raison des chutes de neige précoces.

Photo : CBC / Dave Gilson

Radio-Canada

Les fermiers albertains vont devoir attendre encore plusieurs semaines pour semer. La neige met du temps à fondre en ce mois d’avril.

Conditions hivernales

Dame Nature n’est pas de notre côté en ce moment, concède Larry Wooliams. Cet Albertain possède une exploitation de céréales de 3000 hectares à l'ouest d’Airdrie, au nord de Calgary. Ce mois-ci, on a trop souvent des tempêtes de neige, il fait -13 degrés sans vent, et le sol est gelé.

Larry Wooliams, à la tête des Fermes Wooliams, se tenait prêt avec son personnel et ses machines à récolter ce qui n'avait pas été fauché l'automne dernier, à puis semer de nouvelles graines à la fin du mois d'avril, mais la saison hivernale se prolonge, comme les jours d'attente.

Le gouvernement provincial estime d'ailleurs que 10% des récoltes de 2019 n'ont pas été moissonnées.

Nous sommes en mode de survie en ce moment. La qualité de notre récolte n'est vraiment pas au rendez-vous. Croisons les doigts pour l'année prochaine, , explique Larry Wooliams, qui s'inquiète pour ses céréales. 

Une question de temps

Si son orge reste dans le sol trop longtemps, il commencera à germer, ce qui entraînera une baisse de la qualité de la récolte. Dans ce cas, cette céréale vendue normalement à bon prix aux fabricants de bières artisanales sera dépréciée et vendue seulement comme aliment pour le bétail.

Le personnel extérieur que Larry Wooliams emploie en temps normal est en quarantaine, attendant que la pandémie de COVID-19 passe et que les beaux jours arrivent.

Une fonte des neiges à surveiller

Pierre Fillion attend aussi patiemment chez lui, les clés du tracteur jamais trop loin. Cet agriculteur de Jean Côté, dans le nord de l'Alberta, s'estime chanceux, contrairement aux fermiers voisins. 

Le francophone a récolté ses céréales sur ses 500 hectares en automne et doit maintenant semer. Une étape qu'il fait habituellement au début de mai, mais les 50 centimètres de neige vont l'obliger à repousser ses projets à plus tard.

Le plus qu'on avance, le plus le soleil prend de la forme. Ce qui m'inquiète, c'est le montant d'eau qui va en résulter tout en même temps. Il peut y avoir des dégâts avec beaucoup d'eau qui coule.

L'idéal, selon lui, serait qu'il gèle la nuit et que les températures se réchauffent durant le jour. L'eau n'aurait ainsi pas le temps d'inonder la terre.

Avec les informations de Dave Gilson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Agriculture