•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Profiter du printemps depuis chez soi

La vidéo du Winnipégois Tyler Walsh et de ses fils est rapidement devenue virale.

Malgré les récentes bordées de neige, le printemps se fait une place au Manitoba. Les animaux sortent au grand air, les oiseaux reviennent du Sud. Même si les gens sont enfermés en raison de la pandémie de COVID-19, il est possible à celui qui sait observer de profiter des beaux jours.

Comme des chats, beaucoup de Manitobains sont contraints de regarder la nature reprendre vie derrière leur fenêtre. Pour sa part, le responsable des communications et du marketing du marais Oak Hammock, Jacques Bourgeois, y voit une belle occasion de vraiment regarder les œuvres de mère Nature.

Souvent, on n’a pas le temps de le faire, mais là, on est confiné à la maison et on n'a pas grand-chose à faire, remarque-t-il.

Selon lui, pour profiter du printemps, il suffit d’installer une mangeoire pour se créer un poste d’observation.

Avec la neige qu’on a eue la semaine dernière, ça rend un peu la tâche difficile pour les oiseaux. S’assurer d’avoir une source de nourriture stable, c’est important pour les oiseaux migrateurs. Les graines de tournesol, c’est ce qui est le plus apprécié. C’est aussi une bonne occasion pour reconnaître les espèces qui viennent, explique Jacques Bourgeois.

Toutefois, une mangeoire doit respecter ses règles et la nature demande aussi qu'on la regarde à bonne distance.

Il faut maintenir une bonne distance de la maison, au moins 2 mètres comme ce qu’on fait pour la distanciation sociale, affirme Jacques Bourgeois.

Il ajoute qu’il est nécessaire d’installer la mangeoire dans une place qui est assez sécuritaire pour ne pas que les écureuils ou les chats puissent venir attraper ces oiseaux ou manger leur nourriture.

Elle doit également se tenir à bonne distance des fenêtres pour éviter toute collision malencontreuse avec un carreau en raison d’une trajectoire hasardeuse.

Le jeu en vaut toutefois la chandelle, dit Jacques Bourgeois, qui remarque d’ailleurs que les oiseaux affluent petit à petit.

Les bernaches sont de retour depuis le début du mois de mars. C’est la période où elles arrivent habituellement. Certaines sont arrivées environ deux semaines plus tôt. Des gens ont déjà remarqué des centaines, voire des milliers, de bernaches. Il y a aussi beaucoup d’oiseaux qui reviennent, comme les oiseaux de proie. Il y a des aigles, par exemple, ou des juncos, souligne-t-il.

Sortir les jumelles pour profiter de son poste d’observation douillet est également une activité familiale. Jacques Bourgeois recommande de profiter de l’occasion pour en faire une activité pédagogique.

Le responsable des communications et du marketing du marais Oak Hammock, Jacques Bourgeois en entrevue dans un jardin pavillonnaire.

Le responsable des communications et du marketing du marais Oak Hammock, Jacques Bourgeois, estime qu'avec moins de monde dans les rues, les animaux pourraient se montrer plus aventureux.

Photo : Radio-Canada

[Avec les enfants] il s’agit d’observer. C’est bien aussi d’avoir une bonne référence, comme un livre sur les oiseaux pour les identifier et il existe aussi plein d’applications. Il faut observer avec les oreilles et les yeux pour regarder ce qu’il y a dans sa cour et devenir plus connaisseur sur ce qu’il y a autour de chez soi, affirme-t-il.

Une nature plus tranquille

Si le marais Oak Hammock fait tous les efforts possibles tout au long de l’année pour ne pas perturber la vie des animaux et les laisser trouver leur propre nourriture et leur propre terrier, sa fermeture depuis le 13 mars dernier pourrait laisser des traces.

Comme il n’y a pas beaucoup de gens au marais présentement, peut-être que les oiseaux vont être plus curieux et vont venir plus près du centre. Dans le passé, il y a eu des oiseaux qui nichaient sur le toit du centre, et j’imagine que ça va être encore le cas cette année, s’amuse Jacques Bourgeois.

En attendant, le marais voit déjà les spermophiles, les mouffettes et les lapins s’activer, et des cygnes ont même été aperçus dans ses parages.

De son côté, un porte-parole du gouvernement manitobain indique que la province n'a pas prévu de fermer ses parcs pour le moment, mais rappelle qu'il est important de maintenir des distances sécuritaires en tout temps.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !