•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nombreux cas d'infection dans les centres de soins pour aînés du Grand Montréal

Une camionnette d'un service de pompes funèbres devant le CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval.

Au CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval, 105 des 250 patients ont été infectés par le coronavirus. Huit en sont morts.

Photo : Radio-Canada / Davide Gentile

Radio-Canada

Plusieurs établissements de santé pour aînés de la grande région de Montréal sont devenus des foyers d'infection à la COVID-19. Ces endroits avaient pourtant été ciblés, dès le début de la crise, comme vulnérables.

À Laval, notamment, le Centre hospitalier de soins de longue durée (CHSLD) de Sainte-Dorothée compte 105 patients infectés, pour une population totale de 250 résidents. Les cas de 15 autres patients font également l'objet d'une investigation.

Cette situation inquiète les enfants de résidents du CHSLD, d'autant que les communications ont été considérablement réduites par l'équipe de soins.

On appelle et on harcèle, ou sinon on apprend par les journaux, explique Ginette Gagnon, dont les parents sont résidents au CHSLD de Sainte-Dorothée.

On a appelé quatre fois, on a laissé des messages sur la boîte vocale, ajoute quant à elle Suzanne Gagnon, dont le père, qui souffre notamment de la maladie d'Alzheimer, est résident de ce même CHSLD. Cette dernière souhaite simplement obtenir un retour d'appel, pour savoir comment il va.

Au total, trois des cinq CHSLD de Laval ont recensé des cas de contamination et neuf personnes y sont mortes, a fait savoir le Centre de santé et de services sociaux de Laval.

À Montréal, l'Institut universitaire de gériatrie a recensé 9 décès et 52 infections, sur les 450 personnes accueillies dans les deux pavillons de l'établissement. La maladie a d'ailleurs été détectée dans les deux pavillons en question.

Un cas d'infection a même été recensé dans une section de l'Institut qui était pourtant jugée sécuritaire. En effet, il n'existait pas de cas préalables à cet étage, aucun nouveau patient n'avait été admis, et les patients déjà hébergés n'avaient pas été en contact avec de possibles personnes malades.

Toujours à Montréal, le CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, boulevard Gouin Ouest, qui compte lui aussi 450 lits, recense 14 décès et 41 patients malades. Non loin de là, au CHSLD Laurendeau, on dénombre 3 décès et 30 patients infectés.

Selon des employés du réseau, la multiplication de cas découle du transfert de patients. Ainsi, à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, on estime que le premier patient infecté avait été transféré à partir de l'Hôpital Notre-Dame, au cours de la semaine du 23 mars.

Ledit patient aurait au départ séjourné sur un étage de l'hôpital sans cas connu de contamination à ce moment.

Du côté du CIUSSS du Nord-de-l'île-de-Montréal, la santé publique enquête pour déterminer l'origine de la contamination. Impossible donc, pour l'instant, d'affirmer que l'éclosion est imputable à un transfert de patient.

Avec les informations de René Saint-Louis et de Davide Gentile

Écoutez le reportage de René Saint-Louis à l'émission Le 15-18

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Santé publique