•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec veut profiter de la pandémie pour former ses travailleurs

Les entreprises intéressées pourront toucher jusqu'à 100 000 $ par l'entremise du programme PACME.

Un homme avec une casquette assis devant un ordinateur.

Les formations à distance seront priorisées par le PACME.

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

« Profitons d'avril pour augmenter nos profils »; c'est le nouveau slogan du ministre de l'Emploi, du Travail et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, qui a annoncé lundi la création d'un nouveau programme pour préparer le Québec à la relance économique postpandémie.

Le gouvernement Legault veut profiter des mois à venir pour former ses travailleurs. Il annonce donc l'attribution de 100 millions de dollars pour la mise en oeuvre du Programme actions concertées pour le maintien en emploi (PACME).

Ça vise à fidéliser notre main-d'oeuvre et la préparer à la reprise économique pour accroître la productivité, a indiqué le ministre Boulet lors d'une conférence de presse tenue lundi après-midi au parlement.

Jean Boulet en conférence de presse.

Le ministre Boulet estime qu'entre 550 000 et 600 000 personnes ont perdu leur emploi au Québec au cours des dernières semaines.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Les sociétés intéressées, de même que les OSBL, les organismes communautaires et les entreprises d'économie sociale, pourront toucher jusqu'à 100 000 $.

Les promoteurs collectifs, comme les comités sectoriels de main-d'oeuvre, pourront également soumettre des demandes dans le cadre du PACME. Celles des coopératives et des associations professionnelles seront aussi prises en considération, a précisé le ministre.

Toutes ces organisations seront admissibles, et ce, peu importe leur taille ou leur secteur d'activité, que celui-ci fasse partie des activités jugées prioritaires par le gouvernement ou non.

Préparer l'après-pandémie

Le PACME entre en vigueur dès maintenant et prendra fin le 30 septembre prochain.

Les formations admissibles peuvent viser les compétences numériques, la communication organisationnelle, les langues, le marketing, le commerce en ligne, le développement des affaires ou toute formation qui vise fondamentalement à rehausser le savoir-faire des employés, a illustré le ministre Boulet.

L'aide financière offerte par le gouvernement du Québec vise à couvrir les salaires, jusqu'à un taux horaire maximal de 25 $, ainsi que les honoraires du formateur, l'achat de matériel et les activités en gestion des ressources humaines.

Les entreprises et les organismes intéressés seront invités à se tourner vers les universités, les cégeps, les commissions scolaires et les ordres professionnels pour organiser ces activités de pédagogie professionnelle. Un inventaire des formations disponibles sera d'ailleurs rendu public sous peu sur le site du gouvernement du Québec.

Toute autre activité de formation devra être préalablement approuvée par l'un des 220 conseillers en entreprises de Services Québec ou par la Commission des partenaires du marché du travail.

L'enseignement en ligne sera privilégié, sauf exception : des formations avec plusieurs personnes dans une même salle seront permises si elles respectent les règles de distanciation sociale de la santé publique.

M. Legault en conférence de presse.

Le gouvernement a un double défi à relever, répète François Legault depuis quelques semaines : lutter contre la pandémie de coronavirus sur le plan de la santé publique, mais également préparer la relance économique.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

C'est François Legault qui, le premier, avait annoncé la création de ce programme, plus tôt en après-midi, en expliquant que les entreprises devaient se préparer pour l'après-pandémie.

Les choses vont beaucoup changer dans les prochains mois.

François Legault, premier ministre du Québec

Ce nouveau programme, avait-il souligné, va permettre : un, de se préparer à la réorganisation du travail, et puis, deux, de garder plus d'employés, qui vont continuer d'être payés.

Des milliards pour pallier l'impact du coronavirus

Le PACME s'ajoute à une foule d'autres mesures économiques prises par Québec depuis la mi-mars pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Le gouvernement Legault a notamment lancé le Programme d'aide temporaire aux travailleurs (PATT), qui s'adresse aux salariés et aux travailleurs autonomes en quarantaine qui n'ont pas accès à l'assurance-emploi.

Il a aussi créé un programme d'aide d'urgence aux PME, en plus de hausser temporairement le salaire des préposés aux bénéficiaires du secteur privé et de reporter les dates limites de production de la déclaration de revenus et de paiement des soldes dus.

Le PACME sera financé grâce à des fonds déjà existants. Il sera modulé en fonction de l'aide d'urgence du fédéral, précise-t-on dans le communiqué de l'annonce, puisque le gouvernement Trudeau a lui aussi adopté plusieurs mesures afin d'aider les entreprises à surmonter la crise.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Économie