•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

« Black-out » et tunnels remplis d'enfants : la conspiration QAnon rejoint la COVID-19

Ces théories font partie d'un mouvement conspirationniste sans fondement qui fait des adeptes depuis 2017.

Il s'agit de deux publications Facebook.

Des avertissements du genre circulent depuis 2017 et n'ont jamais été avérés.

Photo :  Capture d’écran - Facebook

De nombreux messages circulent dans lesquels on affirme que la pandémie de COVID-19 sert en fait de couverture pour instaurer un « black-out » généralisé qui servira à faire arrêter des milliers de « traîtres ». Ou encore que 100 000 enfants maltraités ont été retrouvés dans des tunnels menant à la fondation Clinton, à New York. Voici d'où proviennent ces avertissements sans fondement.

De nombreux internautes ont écrit aux Décrypteurs au courant des dernières semaines, après avoir vu des messages qui parlent de l'avènement d'un « black-out », durant lequel Internet et la téléphonie mobile seront coupés et le président américain Donald Trump procédera à l'arrestation de centaines de milliers d'Américains.

Les premiers avertissements qui nous ont été acheminés affirmaient que cet événement aurait lieu avant la fin mars. Puisque cela n'a pas eu lieu, la date butoir est maintenant supposément le dimanche de Pâques, soit le 12 avril.

Dans ces avertissements, on explique que le chaos causé par la pandémie de COVID-19 est en fait soigneusement orchestré par l'administration Trump. On l'utilise comme prétexte pour forcer les gens à rester à la maison, où ils seront forcés à regarder leur téléviseur, puisque les autres canaux de communication seront inopérants.

C'est alors que le président Trump, à bord d'Air Force One, l'avion présidentiel, tweetera : nous sommes dans la tempête.

C'est un texte avec une image sur laquelle il est écrit « black-out imminent ».

Une des publications avertissant qu'un « black out » aura lieu sous peu.

Photo :  Capture d’écran - Facebook / JEFF YATES

Le président fera alors jouer en boucle pendant des heures sur tous les téléviseurs du pays les aveux de citoyens américains – pour la plupart des stars hollywoodiennes, des journalistes et des politiciens du Parti démocrate – dans lesquels ils admettront leurs crimes sordides. Au menu : satanisme, trahison, prélèvement de sécrétions corporelles dans des cadavres d'enfants pour en fabriquer une drogue psychotrope.

En parlant de tunnels, de nombreux lecteurs nous ont aussi envoyé un article intitulé Près de 100 000 enfants et cadavres ont été retrouvés dans un tunnel arrivant à la Fondation Clinton de New York.

Le billet, partagé plus de 11 000 fois, affirme qu'un tunnel reliant la fondation de l'ancien président Bill Clinton et de sa femme, Hillary Clinton, au port de New York a été découvert, et que 100 000 enfants affamés et terriblement maltraités ont été retrouvés morts ou sauvés dans celui-ci.

Un navire-hôpital escorté sur le fleuve Hudson près de la ville de New York.

Le navire-hôpital USNS Comfort lors de son arrivée près de Manhattan

Photo : Getty Images / Dimitrios Kambouris

On avance en outre que les mesures prises par la Ville de New York pour affronter la crise de COVID-19 – commande de milliers de respirateurs, création d'une clinique à ciel ouvert dans Central Park, venue du navire-hôpital USS Comfort, importation de milliers de cercueils – serviront en fait à traiter ces enfants, victimes d'horribles tortures et d'abus sexuels de la part de la fondation Clinton.

Tout cela, bien sûr, n'a aucun sens pour le commun des mortels. Toutefois, pour ceux qui observent la conspiration QAnon depuis maintenant plus de deux ans, ces avertissements sont tristement familiers.

Depuis octobre 2017, des théories complotistes du genre circulaient seulement au sein de communautés hermétiques bâties autour de la conspiration QAnon. Avec la pandémie actuelle, par contre, les messages des disciples de cette conspiration ont commencé à infecter le reste du web.

Pris hors contexte, ceux-ci peuvent causer de l'anxiété chez des internautes qui ne connaissent pas les rouages de ce mouvement. Toutefois, lorsqu'on comprend d'où proviennent ces avertissements, on peut facilement les ignorer.

Comment reconnaître une conspiration QAnon?

  • On parle d'une « tempête », de la loi martiale et de faire arrêter des dizaines, voire des centaines de milliers de « traîtres » et de les envoyer à « GITMO », la base américaine de Guantanamo, à Cuba.
  • Le message cite « Q », parle de « patriotes », de « anons » ou mentionne l'acronyme « WWG1WGA », le slogan du mouvement.
  • L'avertissement fustige les « élites sataniques » et avance que les opposants de Trump font du trafic d'enfants ou sont coupables de trahison.

QAnon : qu'est-ce que c'est?

C'est une lettre «Q».

QAnon est une conspiration sans fondement qui émane des bas-fonds du web.

Photo : iStock / Radio-Canada

La conspiration QAnon a commencé le 28 octobre 2017, sur le forum en ligne 4chan. Un utilisateur anonyme, se nommant simplement « Q », a publié un message dans lequel il affirmait que l'ancienne candidate démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, serait arrêtée sous peu.

Ce « Q » affirmait être un haut placé dans l'administration Trump, et qu'il utiliserait désormais 4chan, un forum autrefois dédié aux dessins animés japonais, pour communiquer avec les « patriotes » pour les avertir d'une « tempête » qui serait déclenchée par Trump d'un instant à l'autre. Les traîtres seraient arrêtés. Trump viderait finalement le « marais » de Washington.

« Q » n'était pas le premier soi-disant agent secret à publier des informations supposément privilégiées sur le forum 4chan. Avant lui, il y avait FBIAnon, CIAAnon et bien d'autres. Dans tous ces cas, les utilisateurs de 4chan ont vite fait de s'en moquer, et les faux agents secrets ont cessé de publier.

Pour plusieurs raisons, « Q » a attiré l'attention de la communauté conspirationniste aux États-Unis. Des YouTubeurs populaires ont commencé à scruter à la loupe tous ses messages. Les publications cryptiques et parfois même incompréhensibles de « Q » sont devenues en quelque sorte des feuilles de thé, dans lesquelles des devins tentent de prédire l'avenir.

C'est du texte incompréhensible.

Un message de « Q »

Photo :  Capture d’écran

« Q » a publié un message exactement une heure avant un tweet du président Trump? C'est la preuve qu'il existe. « Q » a dit de surveiller tel ou tel politicien, et deux mois plus tard celui-ci se retrouve dans l'embarras? « Q » l'a prédit. Et ainsi de suite.

Pourtant, quand « Q » fait des prédictions précises, par exemple quand il prédit que Hillary Clinton sera arrêtée ou que « 10 jours de noirceur » auront lieu en décembre, il se trompe toujours. Qu'à cela ne tienne, les prédictions ratées de « Q » ne font qu'encourager ses disciples à fouiller encore plus. Comme un dieu mystérieux, « Q » est infaillible : ce n'est pas qu'il a eu tort, mais bien que ses fidèles ont mal compris le message.

Inutile, donc, de tenter de démentir telle ou telle affirmation de « Q ». Seuls les adeptes peuvent vraiment comprendre et décoder les messages. Si on n'y croit pas, c'est qu'on n'a de facto pas compris.

Un mouvement qui a pris de l'ampleur

Aussi improbable cela puisse paraître, la conspiration est devenue un phénomène social aux États-Unis. On peut désormais voir des t-shirts et des écriteaux à son honneur lors des rassemblements politiques de Trump. Des chaînes YouTube entières, des films, des diffusions en direct 24 heures, des livres et des groupes Facebook lui sont consacrés.

La conspiration a aussi débordé dans la vraie vie. En juin 2018, un homme lourdement armé a bloqué la circulation routière sur le barrage Hoover, à la frontière entre l'Arizona et le Nevada. Il demandait des documents en lien avec la conspiration QAnon.

Vous avez vu une publication circuler et vous voulez que les Décrypteurs la vérifient?

Envoyez-nous un courriel (Nouvelle fenêtre). Vous pouvez aussi joindre le groupe Facebook des Décrypteurs (Nouvelle fenêtre), ou nous suivre sur Twitter (Nouvelle fenêtre).

En mars 2019, un partisan de QAnon, Anthony Comello, a assassiné Frank Cali, un membre de la famille du crime organisé Gambino, à New York. L'assassin était convaincu que sa victime faisait partie d'un vaste complot qui lui avait été révélé par « Q ».

En mai 2019, un bureau du FBI à Phoenix, en Arizona, qualifiait la conspiration QAnon de menace terroriste nationale. C'était la première fois qu'un mouvement conspirationniste était considéré comme une menace à la sécurité publique des États-Unis.

Un mouvement désormais implanté ici

Si cette conspiration vise surtout ce pays, le mouvement a tout de même fait des adeptes partout au monde. Les férus de QAnon croient non seulement que le président Trump déclenchera sa « tempête » aux États-Unis, mais que celle-ci atteindra la planète entière.

Des discours à saveur QAnon ont commencé de plus en plus à infiltrer le pendant canadien du mouvement des Gilets jaunes, sur les réseaux sociaux.

Dernièrement, des fanatiques de QAnon affirmaient que le premier ministre Justin Trudeau n'était pas vraiment en confinement après que sa femme, Sophie Grégoire, eut été atteinte de la COVID-19, mais que Trump l'avait fait arrêter (tout comme l'acteur Tom Hanks, lui aussi en quarantaine).

C'est une publication Facebook où on voit M. Trudeau.

Des disciples de QAnon croient que Justin Trudeau a été arrêté par le gouvernement américain.

Photo :  Capture d’écran - Facebook / JEFF YATES

Ce n'est pas nouveau. Déjà, en décembre 2018, on affirmait dans ces cercles que Justin Trudeau était sur le point d'être arrêté par Donald Trump et que son procès commencerait le 1er janvier 2019.

Lorsque ces prédictions seront démenties, lorsque Justin Trudeau sortira de sa quarantaine ou lorsque Pâques aura lieu sans que Donald Trump ne déclare la loi martiale, les adeptes replongeront de plus belle dans les écrits de « Q », à la recherche de nouvelles illuminations.

Si un de vos proches est inquiet après avoir vu passer, à son insu, une conspiration de style QAnon, la meilleure stratégie est de lui faire comprendre que cet avertissement ne sort pas de nulle part. Qu'il fait partie d'un vaste mouvement qui prononce régulièrement des prédictions du genre, et que celles-ci n'ont jamais lieu.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.