•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick crée un comité « d'attaque » contre la pandémie

La médecin chef du Réseau de santé Vitalité, la Dre Nicole LeBlanc, le 6 avril 2020.

La médecin chef du Réseau de santé Vitalité, la Dre Nicole LeBlanc, le 6 avril 2020.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick met en place un nouveau groupe de travail pour lutter contre la COVID-19.

Ce groupe pourra contourner certaines procédures bureaucratiques et ainsi réagir plus rapidement au gré de l'évolution de la crise.

« C’est un centre de commandement. C’est ce dont nous avons besoin dans ce genre de situation de crise. »

— Une citation de  Blaine Higgs, premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le groupe de travail se compose du spécialiste des maladies infectieuses au Réseau de santé Horizon, le Dr Gordon Dow, de la médecin en chef du Réseau de santé Vitalité, la Dre Nicole LeBlanc, du sous-ministre de la Santé, Gérald Richard et de la médecin hygiéniste en chef de la province, la Dre Jennifer Russell.

Le spécialiste des maladies infectieuses au Réseau de santé Horizon, le Dr Gordon Dow, le 6 avril 2020.

Le spécialiste des maladies infectieuses au Réseau de santé Horizon, le Dr Gordon Dow, le 6 avril 2020.

Photo : Radio-Canada

Le comité sera investi du pouvoir décisionnel concernant la réponse à la pandémie en ce qui a trait à tous les aspects du système de soins de santé, y compris les régies régionales de la santé, le programme extra-mural et Ambulance Nouveau-Brunswick, les soins primaires et le système de soins de longue durée.

Un groupe clinique d’experts dotés d’une expérience pratique pertinente sera consulté, le cas échéant, pour fournir des conseils en vue d’éclairer ou de valider les décisions du groupe de travail.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Hugh Flemming, en conférence de presse sur le coronavirus, le 6 avril 2020.

Le ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, Hugh Flemming, en conférence de presse sur le coronavirus, le 6 avril 2020.

Photo : Radio-Canada

La situation exige du gouvernement provincial qu’il soit en mesure de réagir rapidement et efficacement pour veiller à minimiser les incidences de ce virus insidieux sur nos citoyens, soutient le ministre de la Santé, Hugh Flemming.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Application de l'état d'urgence

Les agents d’application de la loi imposent l’ordonnance d’urgence de façon active afin de limiter la propagation de la COVID-19. La plupart de leurs efforts visent à renseigner les gens pour qu’ils sachent ce qu’ils doivent faire. Les amendes peuvent varier entre 292,50 $ et 10 200 $.

L’état d’urgence a été décrété le 20 mars au Nouveau-Brunswick. Si au départ, Blaine Higgs avait d’abord dit espérer ne pas avoir à appliquer de sanctions, le non-respect aux règlements de plusieurs individus de la province a incité le gouvernement à rectifier le tir. Trop de gens ne se conforment aux règlements, et y cherchent des failles ou participent à des rassemblements qu’ils croient être sans risque. Aucun rassemblement n’est sans risque, explique la Dre Russell.

Neuf citoyens de la province ayant enfreint l’ordonnance d’urgence ont reçu des amendes entre le 3 et 5 avril.

Deux nouveaux cas

Le Nouveau-Brunswick signale lundi deux nouveaux cas de COVID-19, qui portent à 103 le nombre total de cas confirmés dans la province.

Les deux nouveaux cas sont dans la région de Moncton. Il s’agit d’une personne dans la vingtaine et d’une personne dans la quarantaine. Les deux personnes ont eu des contacts étroits avec des cas confirmés auparavant.

Le gouvernement a d'ailleurs précisé lundi que les tests positifs sont à nouveau classés à nouveau selon le code postal, et non selon le lieu du test.

Sur les 103 cas répertoriés dans la province depuis le début de la pandémie. On compte 30 personnes qui se sont rétablies de la COVID-19.

Ne vous méprenez pas. Ce virus sera vaincu à l'extérieur des hôpitaux. Il sera vaincu par les gens qui prennent des précautions, martèle Hugh Flemming, ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick.

Protéger ceux qui nous protègent

La semaine dernière, des travailleurs du système de santé ont fait part de leurs inquiétudes à l’égard de l’évolution rapide du virus. Le premier ministre a rappelé lundi que la mise en place de ce nouveau comité a aussi pour but de protéger les professionnels de première ligne. Nous devons être outillés et protéger les travailleurs essentiels. [...] Cette approche nous permettra de réagir en temps réel, soutient-il. Le ministre de la Santé Hugh Flemming a abondé dans le même sens affirmant que la chose la plus importante dans le système de santé sont les employés.

Le bilan du coronavirus en Atlantique

En date du lundi 6 avril, les quatre provinces de l'Atlantique recensent 644 cas de COVID-19, soit 42 de plus que samedi.

Il y en a 293 (+31) en Nouvelle-Écosse, 226 (+9) à Terre-Neuve-et-Labrador, 103 (+2) au Nouveau-Brunswick et 22 (inchangé) à l'Île-du-Prince-Édouard.

Deux personnes sont décédées des suites de la COVID-19 en Atlantique, toutes deux de Terre-Neuve-et-Labrador.

En Atlantique, 26 personnes sont hospitalisées : 6 au Nouveau-Brunswick, 9 en Nouvelle-Écosse et 10 à Terre-Neuve-et-Labrador. Aucun cas n’a nécessité une hospitalisation jusqu’à présent à l’Île-du-Prince-Édouard.

Dans les quatre provinces, 134 personnes qui ont contracté la maladie sont guéries, soit 64 en Nouvelle-Écosse, 30 au Nouveau-Brunswick, 32 à Terre-Neuve-et-Labrador et au moins 8 à l’Île-du-Prince-Édouard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !