•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus de 60 % des cas de COVID-19 sont guéris en Colombie-Britannique

Deux personnes portant des masques devant l'hôtel de ville de Vancouver, le jeudi 19 mars 2020.

À l'inverse d’autres provinces, la Colombie-Britannique compte plus de personnes guéries de la COVID-19 que personnes qui sont infectées.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique annoncent que près de 62 % des personnes infectées par la COVID-19 en sont rétablis, soit 783 sur un total de 1266 cas. Si certains en sont rassurés, les épidémiologistes rappellent que cette donnée a peu d’incidence sur l’infectiosité de la maladie.

C'est une bonne nouvelle que la majorité des personnes qui contractent la COVID-19 finissent par s’en remettre, reconnaît l’épidémiologiste de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) Mohsen Sadatsafavi.

Mais les efforts devraient être consacrés au dépistage, aux tests et à la garantie que nous avons la capacité de traiter les personnes atteintes de maladies graves, ajoute-t-il.

Sont considérés comme étant guéris les individus qui sont asymptomatiques pendant 10 jours, indique la porte-parole du ministère de la Santé de la province, Paula Smith.

Des personnes en tenue de protection travaillent dans le quartier Downtown Eastside, à Vancouver, le mercredi 1er avril 2020.

Le premier cas présumé de la COVID-19 en Colombie-Britannique a été recensé le 26 janvier.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Le nombre de morts, meilleur indicateur

Toutefois, le nombre de décès liés à l’infection du coronavirus est un indicateur beaucoup plus fiable de la propagation de la maladie, puisqu'il n'est pas touché par le nombre de tests effectués, explique M. Sadatsafavi.

Imaginez que vous viviez dans une province qui ne fait aucun test. Il n'y aurait pas de personnes infectées, mais on verrait des gens mourir du virus.

Mohsen Sadatsafavi, épidémiologiste, UBC

Nous devons attendre un peu plus longtemps pour comprendre ce qui se passe véritablement au Canada, dit-il.

Pas de données sur les cas rétablis au Québec

Interrogé sur les raisons pour lesquelles son gouvernement ne rend plus public le nombre de cas rétablis, comme le fait la Colombie-Britannique, le premier ministre québécois, François Legault, a maintenu que sa priorité est le dépistage.

Le Québec compte à la fois le plus grand nombre de cas de COVID-19 au pays et le plus grand nombre de tests effectués, malgré l’arrivée tardive des premiers cas répertoriés.

Je comprends que c’est réconfortant de se faire dire qu’il y a des gens qui ne l’ont plus, mais la priorité, c’est de tester les gens qui ont des symptômes.

François Legault, premier ministre du Québec

Une stratégie critiquée

Les autorités sanitaires de la Colombie-Britannique font d'ailleurs l’objet de critiques quant au nombre de tests effectués. Alors qu’ailleurs au pays, on tente de tester le plus grand nombre de gens possible, les tests sont ici réservés à des groupes précis, les travailleurs de la santé, par exemple.

Il serait préférable de tester tous les cas suspects, pour ainsi découvrir l'ampleur de l’épidémie, recommande sans équivoque le Dr Peter Phillips, expert en maladies infectieuses de l’UBC. Le nombre considérable des tests effectués en Corée du Sud a permis de contenir l'épidémie, rappelle-t-il.

Rétablis, mais avec des poumons affaiblis?

Par ailleurs, la question du rétablissement soulève des questions, selon un épistémologue de l’UBC, Tom Koch.

Combien de personnes parmi celles qui se sont rétablies ont une capacité pulmonaire réduite et auront besoin d'une thérapie respiratoire à plus long terme? demande-t-il.

À ce sujet, le ministère de la Santé a indiqué ne pas avoir d’information à fournir au le public à l’heure actuelle .

L'évolution de la COVID-19 d'heure en heure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Politique provinciale